Chaque homme est pleinement responsable de ses péchés

PSG 2008-11-16

Il est vrai qu’une multitude de facteurs extérieurs influencent nos comportements et peuvent donc favoriser le péché dans notre vie.  Néanmoins, Dieu nous tient responsables pour chacune de nos décisions.  Nous ne sommes pas des victimes et nous ne pouvons tourner nos regards vers l’extérieur pour trouver un coupable.

Certains accusent leur environnement pour excuser leur faiblesse.  Pourtant, Jésus a dit que  « c’est du coeur que viennent les mauvaises pensées, les meurtres, les adultères, les impudicités, les vols, les faux témoignages, les calomnies. » (Matthieu 15.19 LSG) Le péché n’est donc pas un problème de société.  C’est une maladie du coeur.  Un problème spirituel dont la responsabilité relève de l’individu.

Je discutais récemment sur un forum chrétien au sujet de la pureté sexuelle et je remarquais que beaucoup de croyants excusent leur faiblesse en disant combien la société d’aujourd’hui est devenue hyper-sexualisée.  C’est un fait.  Mais se servir de ce fait pour abaisser nos standards moraux équivaut à dire que Dieu n’est pas assez puissant pour nous permettre de vivre de façon juste dans ce monde.  Nous pouvons aisément prédire que ceux qui fournissent de telles excuses continueront de vivre sous la tyrannie de leur chair puisqu’ils ouvrent généreusement la porte à l’ennemi de leur âme.  En effet, nous ne pouvons expérimenter la victoire que si nous assumons entièrement la responsabilité de nos gestes.  Assumer notre responsabilité conduit à la conviction du péché.  La conviction du péché conduit à la repentance.  Et la repentance est la voie du salut et de la sanctification.

Certains accusent également le diable pour leurs déboires.  La première fois que quelqu’un a tenté d’utiliser cette stratégie, c’était Ève au Jardin d’Éden et voyez le résultat (Génèse 3.13-16).   Satan n’a qu’un pouvoir de suggestion.  De la même façon qu’en Éden il n’a jamais enfoncé le fruit défendu dans le gosier d’Ève, il n’a jamais forcé notre main à se poser au mauvais endroit ou nos yeux à contempler ce qui est interdit.  Tout relève de notre libre arbitre.  Et toute la responsabilité nous revient.

Si nous n’étions  que des mammifères, comme plusieurs aiment le croire, il en serait tout autrement.  Nous ne pourrions être tenus responsables de nos gestes puisque tout comportement animal est prédéterminé par son environnement.  Chez les animaux, la liberté n’existe pas.  Mais  en réalité, nous sommes créés à l’image de Dieu, un privilège immense qui comporte également son lot de responsabilités.  Nous ne pouvons être des fils du Très-Haut et plaider l’impuissance.  L’herbe des champs peut expliquer ses mouvements par le vent, la barque sur la mer peut expliquer sa direction par les vagues, mais l’homme ne peut expliquer ses choix par les circonstances extérieures.  Il est un être moral et est donc tenu responsable par son Créateur.  Les excuses peuvent certes nous réconforter et nous convaincre que nous sommes victimes de nos circonstances.  Mais Dieu connaît notre coeur et il n’est nullement impressionné.  Lui, il SAIT qu’il nous a créés avec la capacité de choisir entre le bien et le mal.  Nos arguments ne l’intéressent donc pas.  Ce qui l’intéresse, c’est ce que nous choisirons.  Lui ou le monde?  La vertu ou le péché?  La lumière ou les ténèbres?  La vie ou la mort?

Si personne n’était responsable de ses décisions, tout le monde irait au ciel.  Au moment du jugement dernier, Dieu dirait au pire des meurtrier: « Bon, tu as fait beaucoup de mal.  Tu as tué des innocents.  Mais ton passé n’a pas été facile.  Alors je t’accorde le pardon. »  Mais les choses ne se passent pas ainsi dans la réalité.   La seule attitude appropriée est donc de reconnaître notre faiblesse avec humilité, de confesser nos péchés et de suivre les directives que Dieu nous donne pour triompher du mal.

Prendre notre responsabilité peut être difficile au début.  Mais lorsque nous cultivons fidèlement cette attitude, nous réalisons au fil du temps qu’elle nous donne du pouvoir.  Nous ne sommes plus tributaires des circonstances extérieures.  Nous ne dépendons plus des gens ou des choses pour changer.  Nous sommes en position d’obéir à Dieu et de l’honorer par notre vie.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s