Gollum et son péché

PSG 2009-01-13

En observant la vie de Gollum, le personnage sombre et tourmenté du Seigneur des Anneaux, nous pouvons voir en lui la parfaite incarnation de tout homme qui est esclave du péché, que cet esclavage soit lié à la pornographie, à l’alcool, à la drogue, au jeu ou à tout autre plaisir ou substance.  Gollum est l’archétype d’une vie détruite par la dépendance.  À un point tel que lorsque nous approfondissons cette réflexion, nous pouvons deviner qu’il devait y avoir quelque chose d’intentionnel à ce chapitre de la part de Tolkien.  D’ailleurs, Tolkien disait: « Le Seigneur des anneaux est bien entendu une œuvre fondamentalement religieuse et catholique ; de manière inconsciente dans un premier temps, puis de manière consciente lorsque je l’ai retravaillée. » (Wikipedia)  Il est donc plus que probable que Gollum a été créé comme une puissante métaphore de la relation entre l’homme et le péché, comme nous le verrons dans ce qui suit:

  • Gollum vient d’une famille riche, prospère et respectée: L’homme  a été créé par Dieu, à son image.  Il a été placé sur terre afin d’honorer son Créateur par une vie de sainteté;
  • Gollum est mis en contact avec l’Anneau par accident et il le convoite aussitôt: Généralement, le dépendant entre en contact pour la première fois avec l’objet de son addiction de façon fortuite. Ce contact suscite une forte réaction, qui lui donne le désir de répéter l’expérience;
  • Gollum ignore que l’Anneau appartient au ténébreux Sauron: Le dépendant entre dans l’engrenage de l’addiction sans trop se rendre compte de ce qu’il fait. Il croit que le plaisir est forcément inoffensif et la société ne fait que lui confirmer ce mensonge;
  • Gollum commet un meurtre afin de posséder l’Anneau: Rapidement, le dépendant doit commettre des péchés afin de conserver et faire croître son univers secret: il ment, il manipule ou il use de violence;
  • Gollum voit sa personnalité changer tandis qu’il exploite les pouvoirs que lui confère l’Anneau: Le dépendant est progressivement transformé par ses péchés. Son innocence et sa beauté sont obscurcies par le côté sombre de sa dépendance. Il devient de plus en plus inaccessible, narcissique, orgueilleux, etc.;
  • La famille de Gollum en vient à le détester et à la rejeter: Lorsque le dépendant perd le contrôle de sa vie, il crée la colère et l’incompréhension de ceux qui l’entourent, principalement de sa famille immédiate, de sa conjointe, de ses enfants et de ses parents.
  • Gollum se met à errer dans des régions sauvages et désertiques: Le dépendant n’arrive plus à établir un contact authentique avec ses proches. Il s’enferme de plus en plus dans son univers intérieur, à l’écart de la vraie vie;
  • Gollum a de plus en plus de difficulté à supporter la lumière: Le dépendant mène une double vie. Il porte un poids grandissant de culpabilité et de honte. Il cache ses péchés et essaie de projeter une fausse image de lui-même. Il ne supporte plus la vérité car il est devenu le serviteur d’un monde ténébreux;
  • Gollum vit dans des grottes et n’y trouve que solitude, vide et remords: Bien qu’il prétend souvent être en pleine maîtrise de sa vie, le dépendant est en vérité tragiquement isolé. Le plaisir n’arrive plus à le combler et il ne sait plus comment connecter avec le vrai monde. Il est dévoré par les remords d’une vie de péché où il souffre et fait souffrir les gens autour de lui;
  • L’esprit de Gollum est consumé par l’Anneau, mais pas complètement détruit. Une parcelle de son ancienne identité demeure toujours en lui: Bien que l’esclavage détruise la personnalité du dépendant, une faible lumière demeure en lui. Sa conscience, son âme, demeure prostrée au fond de lui-même, incapable de se manifester mais toujours vivante;
  • Gollum porte l’Anneau pour un temps mais lorsqu’il ne peut plus en supporter la présence, il le cache dans un trou… jusqu’à ce que le pouvoir d’attraction du “précieux” le pousse à le porter à nouveau: Le dépendant ressent fréquemment l’effet destructeur de ses comportements compulsifs. Il essaie donc souvent de s’éloigner de l’objet de sa convoitise mais l’effet addictif du péché le pousse à y revenir sans cesse. Une biographie de Gollum illustre cette situation d’une façon frappante: « L’Anneau devint un tourment et un fardeau pour Gollum… et pourtant il l’appelait son “précieux” et ne pouvait se résigner à l’abandonner ». Tolkien dit lui-même: “Il le haïssait et l’aimait, tout comme il se haïssait et s’aimait lui-même. Il ne pouvait s’en départir. Sa volonté n’avait plus de poids dans ce domaine.” ;
  • L’Anneau possède sa propre volonté et chercher à revenir à Sauron: La dépendance n’est jamais statique. Elle présente une force gravitationnelle qui attire sa victime vers le bas. Si le dépendant n’arrive pas à se défaire de ses chaînes, il prend donc la direction de l’enfer;
  • Lorsque Gollum perd l’Anneau, il entreprend un long et périlleux voyage pour le récupérer, au cours duquel il est capturé, torturé, poursuivi, etc.: Lorsque le dépendant est séparé de l’objet de son addiction, il n’hésite pas à se compromettre, à mentir, à manipuler ou même à mettre sa vie en danger pour obtenir sa dose de plaisir. Il préférera l’humiliation et la dégradation plutôt que d’être privé de son “précieux” plaisir;
  • Deux personnalités cohabitent en Gollum. Tantôt, le bon côté semble apparaître, puis le côté sombre refait surface de façon inattendue: Le dépendant est affecté par la même double personnalité.  Un jour, alors que Gollum est devenu très sympathique avec les héros de l’aventure, une créature ailée monstrueuse passe tout près. Gollum est terrifié et son côté sombre refait aussitôt surface de façon inexplicable. Cette anecdote illustre bien la réalité du dépendant qui fait des efforts pour mener une vie convenable et sobre mais qui revient à ses anciens réflexes destructeurs dès qu’il rencontre des émotions avec lesquelles il n’arrive pas à composer.

Dans le Seigneur des Anneaux, Gollum connaît une fin tragique. Dans un ultime combat pour récupérer le précieux, il est précipité vers la mort, sa dernière parole étant: « précieux! ». Le dépendant a toujours devant lui ce choix. Il peut être détruit par le péché ou se repentir et changer. Tant que le voyage n’est pas terminé, la victoire sur la dépendance est toujours possible. Mais il ne faut pas tarder. Plus nous tardons, plus le “précieux” fait ses ravages en nous. Plus notre âme se confond avec la sienne, plus notre volonté est anéantie par son pouvoir d’attraction. Et plus le jour de notre destruction se rapproche.

Voici maintenant le temps favorable, voici maintenant le jour du salut.  (2 Corinthiens 6.2)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s