Dieu est-il contre le plaisir? (6 de 6)

psg 2009-12-11

Maintenant que nous avons démontré bibliquement que le plaisir fait partie de la vie en Dieu, il importe de déterminer où se situent les balises.  Car si « tout nous est permis », comme le disait Paul, il est par contre évident que ce « tout » n’inclut pas le péché.  Par exemple, une personne qui prend plaisir à faire souffrir les gens autour d’elle ne pourrait se justifier en disant qu’elle vit sous la grâce et que tout lui est permis.  C’est évident.  Une liberté qui inclut des comportements destructeurs serait absurde.  Mais parfois, certaines vérités ne sont pas aussi limpides. La vie nous place devant des choix où la ligne semble floue entre le péché et le plaisir. Et c’est là qu’il importe de discerner avec sagesse quelle est la volonté de Dieu pour notre vie. Et heureusement, nous ne sommes pas laissés à nous-mêmes à ce chapitre. Dieu nous a donné deux soutiens afin de nous guider: sa Parole et son Esprit.

Le rôle de la Parole de Dieu

Même si la venue de Jésus Christ dans le monde a signifié l’abolition des lois rituelles (ex: circoncision, sacrifice d’animaux, etc.) et civiles (ex: lapidation), le coeur et la volonté de Dieu sont demeurés les mêmes, ce qui signifie que les exigences morales de Dieu n’ont pas changées. Ce qui était moralement inacceptable dans l’Ancien testament n’est pas devenu miraculeusement approuvé ou toléré par Dieu à la venue de Jésus , comme le prétendent certains qui abusent du don de la grâce pour justifier leur vie de péché.  Jésus nous a prévenus contre cette mauvaise interprétation:

Ne croyez pas que je sois venu pour abolir la loi ou les prophètes ; je suis venu non pour abolir, mais pour accomplir. Car, je vous le dis en vérité, tant que le ciel et la terre ne passeront point, il ne disparaîtra pas de la loi un seul iota ou un seul trait de lettre, jusqu’à ce que tout soit arrivé. Celui donc qui supprimera l’un de ces plus petits commandements, et qui enseignera aux hommes à faire de même, sera appelé le plus petit dans le royaume des cieux ; mais celui qui les observera, et qui enseignera à les observer, celui-là sera appelé grand dans le royaume des cieux. (Matthieu 5.17-18)

La Parole de Dieu nous donne donc de nombreuses balises importantes concernant notre vie spirituelle et morale.  Ainsi, nous savons entre autres que la rancune, l’idolâtrie, la médisance, l’orgueil, le matérialisme et l’homosexualité déplaisent à Dieu.  Il importe donc de lire la Parole pour renouveler notre intelligence et connaître les principes généraux qui devraient guider notre vie.

Le rôle de l’Esprit Saint

Dans la quatrième partie de cette série, nous avons vu que la vie chrétienne n’est pas seulement une question d’obéissance à la loi écrite mais de l’écoute de la voix de Dieu en nous.  L’Esprit Saint est notre guide.  Cela ne rend pas la Bible superflue.  Loin de là.  La Parole étant inspirée par le même Esprit qui nous habite, elle ne fait que confirmer ce que l’Esprit nous dicte et nous permet de corriger aussi de fausses inspirations et convictions.  L’Esprit et la Parole agissent ainsi en synergie pour guider notre conscience et embraser notre désir d’obéir à Dieu.

L’Esprit saint est particulièrement important lorsque nous sommes confrontés à des situations dont la Parole de Dieu ne traite pas directement. Par exemple, la Bible ne donne aucune directive claire concernant la masturbation, l’avortement ou l’euthanasie.  Elle est également silencieuse sur les réalités de notre vie moderne telle que l’utilisation de l’Internet ou les styles de musique que nous devrions écouter.  C’est pourquoi L’Esprit de Dieu est essentiel pour nous guider dans les multiples choix qui s’offrent à nous au quotidien. C’est grâce à lui que nous pouvons déterminer si tel plaisir ou tel comportement est agréable à Dieu.

En plus de nous permettre de différencier le bien et le mal absolus, l’Esprit de Dieu nous permet de détecter le mal relatif. En effet, il peut arriver qu’un plaisir accepté par Dieu soit mauvais en certaines occasions. Un bon morceau de gâteau au chocolat n’est pas un péché.  Mais s’il est mangé en présence d’une personne qui essaie de contrôler son poids, il peut en devenir un péché.  Une bonne bière froide par une chaude journée d’été peut être une bonne idée… mais en présence d’un alcoolique, la bonne idée peut devenir également un péché.  Nous pouvons alors être tentés d’invoquer notre liberté chrétienne mais nous allons ainsi à l’encontre de L’Esprit d’amour qui nous habite et qui tente de nous amener à un sacrifice pour le bien d’autrui.

Lorsque l’Église de Christ a vue le jour, la grâce et la liberté permettait aux chrétiens de manger des aliments qui étaient jusqu’alors interdits par la loi juive. Mais Paul invitait les chrétiens à ne pas abuser de leur liberté en l’exerçant sans discernement. Il invitait les fidèles de Rome à tenir compte de l’amour que l’Esprit désir répandre en chacun de nous:

Je sais et je suis persuadé par le Seigneur Jésus que rien n’est impur en soi, et qu’une chose n’est impure que pour celui qui la croit impure. Mais si, pour un aliment, ton frère est attristé, tu ne marches plus selon l’amour : ne cause pas, par ton aliment, la perte de celui pour lequel Christ est mort.

Que votre privilège ne soit pas un sujet de calomnie. Car le royaume de Dieu, ce n’est pas le manger et le boire, mais la justice, la paix et la joie, par le Saint Esprit. Celui qui sert Christ de cette manière est agréable à Dieu et approuvé des hommes. Ainsi donc, recherchons ce qui contribue à la paix et à l’édification mutuelle.

Pour un aliment, ne détruis pas l’oeuvre de Dieu. A la vérité toutes choses sont pures ; mais il est mal à l’homme, quand il mange, de devenir une pierre d’achoppement. Il est bien de ne pas manger de viande, de ne pas boire de vin, et de s’abstenir de ce qui peut être pour ton frère une occasion de chute, de scandale ou de faiblesse.

Cette foi que tu as, garde-la pour toi devant Dieu. Heureux celui qui ne se condamne pas lui-même dans ce qu’il approuve ! (Romains 14.14-22)

Déçu?

Peut-être que certains lecteurs ont suivi cette série en ayant en tête des interrogations sur des plaisirs spécifiques de leur vie. Si vous cherchiez une approbation ou une réprobation de vos comportements, vous serez donc déçu en voyant que je n’ai abordé que des principes généraux.  Mais j’ai volontairement traité le sujet de cette façon car c’est aussi la façon dont la Bible aborde souvent les questions morales.  Tout cela sert à vous encourager à aller vers Celui qui possède toutes les réponses et qui désire vous guider dans les voies de la justice et de la vérité. Trop souvent, nous cherchons à l’extérieur de nous des réponses. Nous fouillons sur Google, parcourons les forums et les blogs, demandons l’avis de notre entourage, alors que pendant tout ce temps, l’Esprit du Dieu vivant est présent, disposé à nous révéler la vérité.  Parfois aussi, nous savons déjà quelle est la vérité.  Nous pouvons, par exemple, ressentir que certaines de nos activités sexuelles déplaisent à Dieu.  Mais nous n’arrivons pas à faire le deuil de ce plaisir et que la Bible n’en parle pas explicitement, alors nous cherchons à droite et à gauche pour un argument qui pourrait nous justifier.

Si vous avez des doutes concernant certains plaisirs de la vie, c’est dans la prière que vous trouverez les réponses. Cela ne vous empêche pas de consulter des gens que vous connaissez pour leur maturité spirituelle. La sagesse des hommes de Dieu est précieuse et peut vous aider à exercer votre discernement et la Bible nous encourage à nous tourner ainsi vers nos frères et soeurs dans la foi pour obtenir des conseils.  Mais rappelez-vous toujours que si vous avez donné votre vie à Christ, le Père a déposé en vous le don de l’Esprit.  Et c’est par cet Esprit que vous arriverez à la connaissance de la vérité: Croyez en cette promesse des Écritures:

Si quelqu’un d’entre vous manque de sagesse, qu’il la demande à Dieu, qui donne à tous simplement et sans reproche, et elle lui sera donnée.  (Jacques 1.5)

En résumé, soyez toujours assurés que Dieu n’est pas contre le plaisir, dans la mesure où ce dernier demeure dans les paramètres qu’il a établis.  Lorsque vous savourez de la crème glacée ou que vous appréciez un moment d’intimité conjugale, il s’agit pour vous d’une occasion d’exprimer votre reconnaissance pour le monde merveilleux que Dieu a créé et pour les innombrables bénédictions qu’il a placé dans votre vie.

Que Dieu vous guide dans ses voies parfaites.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s