Traitez l’impureté sexuelle comme un ennemi meurtrier

psg 2010-07-14Lorsque nous entreprenons de rejeter le péché sexuel, il est impératif de voir ce dernier tel qu’il est.  Le péché sexuel n’est pas un compagnon de route.  Il n’est pas un simple petit plaisir qu’il serait préférable de mettre de côté.  Le péché sexuel est un ennemi meurtrier.  Point à la ligne.

Un ennemi meurtrier?  N’est-ce pas exagéré?

Nous doutons souvent de la gravité du péché et des rechutes sexuelles car nous vivons dans l’ignorance spirituelle.  Nous évaluons les choses à la lumière de nos raisonnements et sommes influencés par la permissivité de notre environnement social.  Nous considérons seulement nos actions en superficie.  Et nous nous disons: si je rechute, ce ne sera pas la fin du monde.  J’ai déjà rechuté dans le passé et l’expérience démontre que je peux toujours me relever.  Je peux toujours demander le pardon de Dieu.

Nous ignorons que chaque péché commis de plein gré provoque une onde de choc à tous les niveaux de notre vie.   Et nous ignorons que cette onde de choc, quoique bénigne en apparence, peut à tout moment provoquer l’effondrement de ce qui nous est précieux: notre relation avec Dieu, notre relation avec notre famille, notre santé, notre travail, nos finances, etc.

A cause de cette ignorance, nous nous accommodons du péché.  Pourtant, nous n’aimons pas l’effet poisseux qu’il provoque sur notre conscience et nous savons qu’il déplaît à Dieu.  Mais il nous semble presque que ses avantages contrebalancent ses inconvénients.  Cette perception est une grave erreur de jugement, résultant de notre incapacité à voir les choses en profondeur.  Nous ignorons qu’en fait, nous entretenons des liens avec une puissance occulte et destructrice.  Nous ignorons que nous marchons sur le sentier de la mort.

Ma belle-mère a acheté récemment un énorme chien.  Un berger allemand dressé pour l’attaque.  Lorsque je vais chez elle, elle le met dans une cage mais cette cage semble si peu solide que je deviens très nerveux en m’approchant de lui car il aboie avec rage, montre les dents et ne semble vouloir qu’une chose: me sauter à la gorge et me réduire en pièces.  Je crains ce chien et je l’ai en aversion car je sais qu’il représente un réel danger.  Mais lorsque je pense au péché sexuel, je n’éprouve pas des sentiments aussi hostiles.  Pourtant, le péché est beaucoup plus menaçant.  Si nous pouvions connaître toutes les histoires d’horreur découlant du péché sexuel… si nous pouvions savoir combien de personnes et de familles ont été complètement ravagées par lui… nous serions peut-être moins enclins à le laisser entrer dans nos vies.

Le problème est que même si le péché est plus meurtrier et violent que le berger allemand dont j’ai parlé, il paraît inoffensif car il opère en douceur.  Sa morsure n’est pas comme celle d’un chien d’attaque.  Elle n’est pas vive et soudaine.  Elle s’installe avec progression.  Et la douleur est si graduelle que nous nous y habituons.  Jusqu’à ce que nous réalisions que nous sommes infectés, empoisonnés, à l’agonie, plongés dans des ténèbres épaisses, incapables de guérir ce mal qui nous engloutit.

Nous devons donc apprendre à voir au-delà des apparences.  Nous devons voir la finalité du péché.  Non pas ce qu’il est au début.  Mais ce qu’il sera à la fin.  Non pas le malaise qu’il créé au départ , mais la douleur inimaginable qu’il provoque à force de l’avoir admis dans notre vie.  Pouvez-vous concevoir la douleur et la terreur que provoquerait une meute d’énormes chiens enragés et affamés qui se jettent sur vous et dont les dents déchirent votre chair sans pitié?  Sachez et croyez que ceci n’est rien, comparé au résultat final du péché.

Peut-être que l’adversaire vous chuchote en ce moment des paroles de réconfort et de minimisation.  Peut-être qu’il vous dit que tout ceci n’est qu’une absurde tentative de dramatiser dans le but de convaincre.  Et peut-être rechuterez-vous dans les prochaines 24 heures, vous disant qu’après tout, ce ne sera pas la première fois et que vous avez toujours fini par vous relever.

De nombreuses personnes ont pensé ainsi.  Elles ont fait fit des avertissements de la Bible.  Elles ont joué avec le feu.  Elles ont cru que le péché sexuel était un problème… mais qu’il pouvait être réglé plus tard.  Et un jour leur vie a basculé.  Le péché les a mené à un degré de dépravation qu’ils ne croyaient jamais possible d’atteindre.  La maladie physique ou mentale, la prison ou la mort a surpris beaucoup d’entre eux.  Et ils ont tout perdu.  Leur héritage n’a été que souffrance et désespoir.

La Bible dit que le salaire du péché, c’est la mort.  Le croyez-vous?  Il ne s’agit pas d’une simple figure de style.  Il s’agit d’une vérité fondamentale.  Alors ne traitez plus le péché comme il se présente à vous.  Traitez-le comme il sera pour vous à la fin: un ennemi meurtrier.  Anticipez ses intentions destructrices.  Lorsqu’il vient à vous, il ne vous apporte rien.  Il « ne vient que pour dérober, égorger et détruire  » (Jean 10.10)

Lorsque l’envie de vous vautrer dans la débauche sexuelle se présente à vous, ne prenez pas le temps de considérer ce désir, comme s’il vous était présenté par un vieil ami pour votre propre bien.  Reconnaissez la nature satanique de la proposition.  Reconnaissez, derrière les douces paroles, le poison caché qui vous a été destiné.  Et rejetez la tentation par l’autorité de Jésus Christ.  Dégainez l’épée de la Parole et tranchez la tête de cet ennemi qui veut vous arracher ce qui vous est le plus précieux, y compris votre propre vie.  Luttez pour votre liberté et celle de vos proches.  Cessez d’entrer dans le jeu de l’adversaire.  Au nom de Dieu, tuez-le!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s