Le péché n’est pas une plaisanterie, alors coupez votre main droite (1 de 2)

psg 2011-01-14

Pour ce siècle, le péché est devenu un sujet de dérision.  L’homme se plaît même à défier les lois éternelles de Dieu en exaltant des termes qui sont du domaine du mal.  Par exemple, je vois de plus en plus de biscuits qui portent la mention « Décadent ».   Une pub de fromage à tartiner vante son produit « Diablement bon. »  On peut acheter des chocolats « Black Magic » (Magie noire), ramener à la maison une bière nommée «La Maudite» ou des gâteries dont l’emballage affiche une image folklorique de Satan.

D’un point de vue purement naturel et logique, ce phénomène est anodin.  Un psychiatre expliquerait probablement que la société essaie d’exorciser sa culpabilité en donnant un ton léger aux concepts qui autrefois la troublait.  Mais l’homme spirituel reconnaîtra que cette culture est en fait manipulée par le prince de ce monde et qu’elle renverse systématiquement les notions de bien et de mal établies et révélées par Dieu.

Il ne s’agit pas ici d’une conspiration humaine.  Les publicitaires qui élaborent la mise en marché de ces différents produits ne s’assoient pas à une table pour déterminer de quelle façon ils pourront renverser les valeurs bibliques et amener le monde à sa perte.  Non.  Tout ce qu’ils font, c’est d’agir au quotidien sans jamais consulter Dieu.  Et parce qu’ils sont dépourvus de toute lumière divine, ils agissent dans les ténèbres, sont inspirées par les ténèbres et produisent les ténèbres.  Alors même qu’ils sont bien intentionnés, alors que leur seule préoccupation est de faire un bon coup et d’obtenir la reconnaissance et les promotions, ils se laissent porter par l’ambiance spirituelle du moment et se font ennemis de Dieu à leur insu.

Parce que notre culture est modelée de façon à diminuer la vertu et exalter le péché, l’homme spirituel doit donc se nourrir continuellement de la Parole de Dieu et être habité par l’Esprit Saint afin que son intelligence soit renouvelée.  Ce n’est qu’ainsi qu’il pourra exercer son discernement du bien et du mal.  Malheureusement, parce que le chrétien moyen néglige la Parole et la prière, les philosophies de ce monde s’infiltrent subtilement en lui et brouillent sa vision.  Dès lors, il ne voit plus le monde à travers les yeux du Père céleste, mais à travers des lunettes déformées et sales qui le poussent à trébucher tous les jours.

L’Église et le péché

Une des plaies qui minent la chrétienté moderne est le libéralisme.  Trop de chrétiens mal affermis diminuent la gravité du péché ou ne s’en préoccupent tout simplement pas.  La cause première est que bien des gens assis sur les bancs d’églises ne sont pas sauvés.  Ils n’ont pas donné leur vie à Christ et ne peuvent donc avoir de discernement spirituel.   D’autres sont sauvés, mais ne sont pas nourris d’un enseignement solide.  On ne leur sert que des prêches joliment ficelées, mais essentiellement creuses et inefficaces.  La majorité des chrétiens dans le monde sont des chrétiens affamés.  Ils ont maturé et ont passé l’étape du lait depuis longtemps mais personne ne leur offre de bonne viande.  Ils sont donc faibles et mal préparés au combat de la vie chrétienne.

L’Évangile de Jésus Christ, c’est la reconnaissance du péché, la repentance, l’acceptation du Salut et la vie nouvelle en Dieu.  Cette vie nouvelle implique la consécration et la sainteté.  Combien fréquentent une église où ces sujets sont enseignés clairement et de façon régulière?  Si c’est votre cas, heureux êtes-vous!

– Oh mais ces sujets sont pour les débutants.  Nous savons déjà ce que sont le péché et la repentance.  Nous nous sommes tous repentis il y a des années.  C’est pourquoi nous abordons maintenant d’autres sujets.

Oh, homme aveugle!  Ne sais-tu pas que la repentance est un processus de tous les jours?  Ce n’est pas seulement au moment où nous donnons notre vie à Christ (si toutefois nous l’avons donnée) que nous devons reconnaître nos péchés et les confesser.  C’est au quotidien.  À chaque moment.  Et cela n’a rien de pénible ou de culpabilisant.  Au contraire, le chrétien qui vit par la grâce ne connaît point la honte et la culpabilité car il reconnaît le mal qu’il fait et le confesse aussitôt à Dieu.

L’amour envers Dieu entraîne le discernement et la haine du péché

La meilleure façon de saisir la gravité du péché est d’approfondir notre connaissance de Dieu.  Et quand je dis cela, je ne fais pas référence à la connaissance intellectuelle mais plutôt à la connaissance personnelle, intime et profonde.  Plus nous nous approchons du Père, et plus notre coeur bat au même rythme que le siens.  Plus nos pensées se conforment aux siennes.  Et plus notre affection se détourne des choses de ce monde pour se tourner vers les trésors d’en-haut.

Lorsque nous voyons la gloire de Dieu, nous comprenons beaucoup mieux le péché.  Nous comprenons ce que signifie la désobéissance à Dieu.  Lorsque nous savons combien Dieu est digne, nous réalisons que chaque rébellion est un outrage indescriptible.  Comment nous, qui avons reçu toutes choses des mains de Dieu, la vie, le Salut, et l’éternité, pouvons oser défier son autorité et vivre comme si nous étions les rois de ce monde?  Comment pouvons-nous ignorer les avertissements et corrections de Dieu et conformer notre moralité à celle d’un monde perdu et éloigné de la face de Dieu?

Nous sommes si confus vis-à-vis du péché.  Certains chrétiens ne réalisent même plus ce que représente le péché pour Dieu.  Si vous désirez en avoir une révélation, contemplez la croix.  Et voyez comment le Père y a brisé le Fils pour l’expiation de nos péchés.  L’ampleur des souffrances de Christ et le drame du Père qui a détourné sa face de lui parce qu’il portait nos fautes, devrait nous faire réaliser à quel point le péché est une chose terrible et très sérieuse.

La solution n’est pas de se culpabiliser, de marcher le dos courbé et de gémir sur notre condition humaine.  Cette attitude ne fera que nous rendre misérables et donnera encore plus de pouvoir au péché.  La solution est de demeurer dans la présence de Dieu, de chercher sa face dès le lever du jour.  Lorsque nous sommes en Christ et que Christ est en nous, nous comprenons alors le péché.  Et cette compréhension nous donne un esprit sobre et posé, une attitude d’humilité qui est favorable à l’oeuvre de Dieu en nous.  Nous cessons alors d’être un chrétien superficiel qui relativise ses fautes et abuse de la grâce.  Nous devenons des hommes et des femmes affermis, solides, inébranlables.  Car nous marchons dans la vérité, avec une conscience et des mains pures. Et nous commençons alors à être le sel de la terre et la lumière du monde.  Car nous avons laissé Dieu identifier et éradiquer ce qui est mal en nous.

L’attitude que Jésus nous demande face au péché

A cause de la gravité du péché, Jésus a toujours exprimé une position ferme et radicale face à ce dernier.  Cela se révèle particulièrement dans ce passage bien connu où il invite ses auditeurs à couper leur main, leur pied et arracher leur oeil s’il le faut, afin d’éviter la chute.  Dans le prochain article, je vais aborder le sujet en approfondissant la nécessité de cette attitude radicale prescrite par Dieu.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s