Comment prier sans obtenir de résultats? (2 de 9: La prière du perroquet)

psg 2011-01-19

La prière du perroquet (Prier en croyant que la répétition donnera plus de résultats)

Une prière est une discussion avec Dieu. Il est le Père. Nous sommes l’enfant. Et nous discutons en toute simplicité, sans affectation. Lorsque nous sortons de ce cadre, nous versons dans les rituels, la superstition et la magie.  À travers l’Histoire humaine et les différentes religions païennes, l’homme a toujours prié.  Mais il prie un Dieu qu’il ne connaît pas, parce qu’il n’a pas eu la révélation du Père par le Fils. Alors sa prière est un rituel, une technique destinée à établir le contact avec un Dieu inconnu. L’homme utilise alors différents stratagèmes qui attireront selon lui les faveurs divines. Il peut par exemple offrir des sacrifices ou user de longues litanies.

L’Église catholique a malheureusement été contaminée par cette religiosité païenne en intégrant la prière du chapelet. Qu’est-ce que le chapelet? Il s’agit de la même prière répétée encore et encore, dans le but d’obtenir une réponse de Dieu. Partout dans la littérature catholique, nous pouvons lire des promesses du genre: Récitez le chapelet et obtenez telle ou telle chose.  Récitez le Rosaire (3 chapelets) et obtenez encore plus (voir le lien).

Vous savez pourtant sans doute qu’on ne peut manipuler Dieu, ni l’impressionner, ni lui tordre un bras.  On ne peut surtout pas utiliser de techniques ou de rituels à son égard. Il est le Dieu vivant. Il est une personne. Ou plus précisément trois personnes. Il n’est pas une lampe magique qui accorde des souhaits selon certaines instructions, ni un Dieu impersonnel dont la puissance peut être activée en prononçant une formule précise. Il est un Père.

Vous n’avez donc pas à répéter. Il comprend la première fois.
Vous n’avez donc pas à répéter. Il comprend la première fois.
Vous n’avez donc pas à répéter. Il comprend la première fois.
Vous n’avez donc pas à répéter. Il comprend la première fois.
Vous n’avez donc pas à répéter. Il comprend la première fois.
Vous n’avez donc pas à répéter. Il comprend la première fois.
Vous n’avez donc pas à répéter. Il comprend la première fois.
Vous n’avez donc pas à répéter. Il comprend la première fois.
Vous n’avez donc pas à répéter. Il comprend la première fois.
Vous n’avez donc pas à répéter. Il comprend la première fois.

Avez-vous bien saisi ce qui précède?

Vous n’avez donc pas à répéter. Il comprend la première fois.
Vous n’avez donc pas à répéter. Il comprend la première fois.
Vous n’avez donc pas à répéter. Il comprend la première fois.
Vous n’avez donc pas à répéter. Il comprend la première fois.
Vous n’avez donc pas à répéter. Il comprend la première fois.
Vous n’avez donc pas à répéter. Il comprend la première fois.
Vous n’avez donc pas à répéter. Il comprend la première fois.
Vous n’avez donc pas à répéter. Il comprend la première fois.
Vous n’avez donc pas à répéter. Il comprend la première fois.
Vous n’avez donc pas à répéter. Il comprend la première fois.

Avez-vous bien saisi ce qui précède?

Vous n’avez donc pas à répéter. Il comprend la première fois.
Vous n’avez donc pas à répéter. Il comprend la première fois.
Vous n’avez donc pas à répéter. Il comprend la première fois.
Vous n’avez donc pas à répéter. Il comprend la première fois.
Vous n’avez donc pas à répéter. Il comprend la première fois.
Vous n’avez donc pas à répéter. Il comprend la première fois.
Vous n’avez donc pas à répéter. Il comprend la première fois.
Vous n’avez donc pas à répéter. Il comprend la première fois.
Vous n’avez donc pas à répéter. Il comprend la première fois.
Vous n’avez donc pas à répéter. Il comprend la première fois.

Avez-vous bien saisi ce qui précède?

Vous n’avez donc pas à répéter. Il comprend la première fois.
Vous n’avez donc pas à répéter. Il comprend la première fois.
Vous n’avez donc pas à répéter. Il comprend la première fois.
Vous n’avez donc pas à répéter. Il comprend la première fois.
Vous n’avez donc pas à répéter. Il comprend la première fois.
Vous n’avez donc pas à répéter. Il comprend la première fois.
Vous n’avez donc pas à répéter. Il comprend la première fois.
Vous n’avez donc pas à répéter. Il comprend la première fois.
Vous n’avez donc pas à répéter. Il comprend la première fois.
Vous n’avez donc pas à répéter. Il comprend la première fois.

Avez-vous bien saisi ce qui précède?

Vous n’avez donc pas à répéter. Il comprend la première fois.
Vous n’avez donc pas à répéter. Il comprend la première fois.
Vous n’avez donc pas à répéter. Il comprend la première fois.
Vous n’avez donc pas à répéter. Il comprend la première fois.
Vous n’avez donc pas à répéter. Il comprend la première fois.
Vous n’avez donc pas à répéter. Il comprend la première fois.
Vous n’avez donc pas à répéter. Il comprend la première fois.
Vous n’avez donc pas à répéter. Il comprend la première fois.
Vous n’avez donc pas à répéter. Il comprend la première fois.
Vous n’avez donc pas à répéter. Il comprend la première fois.

Avez-vous bien saisi ce qui précède?

Je viens tout juste de vous adresser la parole comme on adresse la parole à Dieu par le chapelet. J’ai répété un énoncé dix fois. J’ai enchaîné avec une phrase, puis j’ai répété à nouveau mon énoncé dix fois, et ainsi de suite. Si j’avais voulu vous adresser la parole dans la langue du Rosaire, il aurait fallu que je prenne l’ensemble et que je répète trois fois, ce qui aurait totalisé 15o répétitions du même énoncé.

Maintenant, ma question est: Avez-vous lu chacune des 50 phrases? Je me risque à deviner que ce n’est pas le cas. Pourquoi? Parce que vous n’êtes pas bête.  Après quelques répétitions, vous avez parcouru l’ensemble et vous vous êtes dit: « Bon ça va, j’ai pigé. » Alors pourquoi croyez-vous que nous, qui sommes humains et limités, comprenons après une ou deux répétitions, mais que Dieu, qui est omnipotent, omniscient et omniprésent, aurait besoin de plus? Que cherchez-vous donc à réaliser par le chapelet? Croyez-vous que vous aurez plus de pouvoir? Que vous serez plus entendu?

Maintenant vient le temps d’écouter Jésus et de lui obéir:

En priant, ne multipliez pas de vaines paroles, comme les païens, qui s’imaginent qu’à force de paroles ils seront exaucés. Ne leur ressemblez pas ; car votre Père sait de quoi vous avez besoin, avant que vous le lui demandiez. (Matthieu 6.7-8)

Je conviens que certains passages des Écritures sont difficiles à comprendre. Mais ici, l’ordre est clair et ne se prête pas à l’interprétation: Ne multipliez pas de vaines paroles.

« Mais… ce ne sont pas de vaines paroles, ce sont des paroles tirées de la Bible! »

Dans ce cas, vous utilisez des paroles tirées de la Bible pour désobéir à Jésus.

« Mais… Marie apparaît sur la terre et elle nous exhorte à réciter le chapelet ».

Très bien. Obéissez aux apparitions et désobéissez à Jésus.

« Mais l’Église… le Pape… »

Ce sont des hommes. Christ était Dieu. Écoutez la voix de Dieu et non des hommes.

Considérez sérieusement les paroles radicales de Paul à ce sujet:

Eh bien, si quelqu’un – même nous, même un ange du ciel – vous annonçait un message différent de celui que nous vous avons annoncé, qu’il soit maudit ! (Galates 1.8 – Bible du Semeur)

Révélation divine ou tradition humaine?

Les paroles de Jésus au sujet de la prière sont si limpides. Ce n’est pas à force de paroles que vous serez exaucé. Et Jésus explique pourquoi: parce que Dieu est un père et il sait ce dont vous avez besoin.  Alors si vous répétez le « Je vous salue Marie » 153 fois par jour et 1071 fois par semaine, ou que vous répétez le « Notre Père » autant de fois, vous n’avez rien gagné de plus que celui qui s’est adressé au Père en toute simplicité, comme le ferait l’enfant, pour demander ce dont il a besoin. Et non seulement vous n’avez rien gagné, mais vous avez consacré peut-être une heure par jour à désobéir à Christ et à répéter sans cesse des litanies, des formules, des prières, des paroles de la Bible, en croyant que cela avait un quelconque effet sur Dieu ou sa Providence.

Je suis conscient que si vous êtes de confession catholique, vous n’êtes probablement pas convaincu. Vous êtes peut-être même choqué par mes paroles.  Mais voilà: ce n’est pas moi qui le dis. C’est Jésus. Êtes-vous prêt à renoncer à une tradition pour suivre Christ? Êtes-vous prêt à renoncer à TOUT, y compris aux traditions, pour obéir à celui que vous appelez Seigneur et Maître?

Les traditions religieuses constituent l’une des puissances les plus imposantes de ce monde. Le pouvoir d’une tradition religieuse est tel que vous pouvez très bien lire une directive de Christ, tel que « Ne répétez pas de vaines paroles »… et lire une toute autre chose. Les traditions créent un voile devant les yeux et la conscience, qui vous imperméabilise à la Révélation de Dieu. Les traditions peuvent même vous rendre hostiles à la vérité.  Pensez-y.  Qui a exigé la crucifixion de Jésus? Était-ce l’empire romain? Aucunement.  Même Pilate ne trouvait rien à redire sur le Christ.  En fait, ce sont les dirigeants religieux de l’époque. Ils ne pouvaient supporter que Jésus bouscule leurs traditions. Alors même que Jésus accomplissait devant leurs yeux les prophéties annoncées depuis des millénaires, tout ce qu’ils voyaient était une menace à leur système religieux.

Ne vous méprenez pas.  Je n’essaie pas ici de convertir les catholiques au protestantisme.  Je n’éprouve aucun intérêt à voir une personne se ranger à mon avis.  Je n’y vois rien de gratifiant.  Mais j’ai une passion pour Christ qui me consume.  Et mon coeur espère voir chacun de vous lui obéir.  Car c’est lui qui possède les paroles de la vie éternelle. Lui seul.

Je ne dis pas non plus que vous rôtirez en enfer parce que vous usez du chapelet. Le sujet de cette série d’articles n’est pas le salut mais la prière. Mais je vous supplie d’examiner vos croyances à la lumière de la Parole de Dieu. Car en vous accrochant à vos traditions, vous risquez de vous priver des bénédictions de Dieu et de la véritable liberté en Christ.

Jésus demanda aux pharisiens de son époque:

Pourquoi transgressez-vous le commandement de Dieu au profit de votre tradition ? (Matthieu 15.3)

Cette question se pose encore aujourd’hui. Est nous devons y répondre. Pourquoi transgressons-nous le commandement de Dieu au profit de notre tradition? Pourquoi, alors que Jésus a dit: « Ne répétez pas de vaines paroles », répétons-nous de vaines paroles? Jésus a dit:

Vous annulez ainsi la parole de Dieu au profit de votre tradition. (Matthieu 15.6)

La parole de Dieu est vraie. Ses promesses sont vraies. Mais la Parole et les promesses sont souvent annulées, neutralisées au profit de nos traditions. Le père désire nous accorder un déluge de bénédictions par les seuls mérites de Jésus Christ sur la croix, mais nous nous détournons de la vraie prière pour la remplacer par un substitut païen et superstitieux, croyant qu’à force de parole, nous serons exaucés. Frères et soeurs, si vous désirez voir les promesses de Dieu se réaliser, vous devez lever le voile, renoncer aux traditions, ignorer l’avis des hommes et vous en remettre entièrement au Seigneur Jésus et à ses paroles. Car il est le Verbe fait chair. C’est à LUI que vous devez obéir.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s