Comment prier sans obtenir de résultats? (3 de 9: La prière de l’idolâtre)

psg 2011-01-21La prière de l’idolâtre (Prier quelqu’un d’autre que Dieu)

Aujourd’hui encore, nous devons aborder une autre problématique qu’on retrouve particulièrement dans le catholicisme: Les prières adressées aux personnes décédées, comme par exemple Marie, qui fut mère de Jésus, et les saints.

Avant d’aller plus loin, précisons tout de suite que j’aborde un sujet que je connais très bien car j’ai été catholique très pratiquant pendant quelques années.  À l’époque, j’étais aussi passionné des rituels que je le suis maintenant de Dieu. Je m’étais aménagé un espace de prière dans un grand placard. J’y avais dressé un autel, autour duquel j’avais disposé sur le mur des images pieuses illustrant les quinze mystères joyeux, glorieux et douloureux du chapelet. Au centre de l’autel, j’avais placé un petit tabernacle que j’avais fabriqué moi-même et dans lequel j’avais installé une petite lumière. Et dans le tabernacle se trouvait le Saint Sacrement, c’est à dire une hostie qui était consacrée par le prêtre et que j’avais ramené de l’église. Je m’adonnais donc à ce qu’on appelle l’adoration du Saint Sacrement, qui était pour moi la présence tangible de Jésus transformé en pain. Je priais Marie, l’archange Michael ainsi que plusieurs saints. Et pour ajouter à l’expérience, j’achetais dans une librairie catholique le même encens qui est utilisé dans les églises, que je faisais brûler pendant mes séances d’adoration.  Notons que pendant cette période de ferveur religieuse, je vivais simultanément dans le péché.

Depuis cette époque, beaucoup de choses ont changées. Plusieurs prises de conscience m’ont amené à me dissocier du catholicisme et à approfondir la foi protestante. Dans le processus, j’en suis venu à reconnaître la Bible comme étant la Parole de Dieu. Dès lors, ma vie spirituelle n’a plus été conditionnée par des traditions ou des dogmes humains mais par la vérité parfaite révélée par Jésus Christ et ses saints apôtres. C’est alors que j’ai commencé à voir de véritables changements dans ma vie. Et lorsque j’ai finalement reconnu que j’étais un pécheur qui devait se repentir, j’ai commencé à comprendre véritablement le mystère de la croix. Par cette connaissance, ma vie n’a pas été seulement changée mais complètement anéantie.  Je suis mort avec Christ. Et je suis né de nouveau. Et désormais, frères et soeurs, ma vie est le Christ. Il est TOUT pour moi. Et j’exalterai son nom à jamais.

Lorsque nous rencontrons Christ, nous trouvons un trésor. Et nous sommes prêts à renoncer à tout pour ce trésor. Car Christ n’est pas seulement une personne. Il est Celui qui est. Il est Celui par lequel nous avons été créés. Nous sommes issus de Lui et portons son essence et sa vie. Les mots me manquent en ce moment pour décrire sa beauté. Je ne parle pas d’une beauté visible mais d’une beauté transcendante que nous pouvons ressentir lorsque nous sommes dans sa présence. Une beauté qui se reflète aussi dans toutes les paroles de Dieu et dans toutes ses voies. À l’occasion, le simple fait de penser à Jésus, au milieu de mes occupations quotidiennes, peut me transporter jusqu’aux larmes.  Je suis tout à Lui. Il est tout à moi. Il est l’époux de mon âme. Mon berger. Mon Seigneur. Mon Sauveur. Mon Roi. Mon père. Mon frère. Mon Dieu. Mon Tout en tout.  À cause de son éclat, toute autre chose ou personne ressemble à une ombre. Rien ni personne ne peut même commencer à se comparer à l’éclat de sa gloire. Et rien ni personne ne peut m’accorder les bénédictions qu’il offre. Il possède toute chose. La vérité, le Salut et la vie éternelle.

Considérez cette scène sublime:

Dès ce moment, plusieurs de ses disciples se retirèrent, et ils n’allaient plus avec lui. Jésus donc dit aux douze : Et vous, ne voulez-vous pas aussi vous en aller ? Simon Pierre lui répondit : Seigneur, à qui irions-nous ? Tu as les paroles de la vie éternelle. (Jean 6.66-68)

À qui irions-nous? C’est à mes yeux l’un des plus beaux versets de la bible. Ce passage nous ramène au jardin d’Éden, au moment où l’homme décida que Dieu n’était plus assez. Au moment où il crut pouvoir trouver autre chose en dehors de Celui qui est. Pensez-y. Dieu est tout. Et il se donne à ses enfants entièrement et avec amour. Mais l’homme a cherché la plénitude et les bénédictions ailleurs que dans Celui qui est TOUT. Et il n’a donc trouvé que néant et destruction. Et nous expérimentons depuis des millénaires les conséquences de ce choix insensé.

Peut-être saisissez-vous le lien avec le sujet de cet article.  Pierre demande « À qui irions-nous? »  C’est une question purement rhétorique, qui contient en soi la glorieuse réponse.  Mais l’Église catholique, étrangement, trouve une autre réponse:

  • À qui irions-nous? À la vierge Marie.
  • À qui irions-nous? À Saint Joseph.
  • À qui irions-nous? À Saint Michel, Sainte Anne, Saint François d’Assise, Sainte-Thérèse, Saint-Frère-André.

La courageuse question à se poser est la suivante: Pourquoi eux et pas Christ? Ou mieux encore: Qu’est-ce que Sainte Marie ou Sainte Thérèse ont, que Christ n’a pas?

La seule réponse possible est: RIEN

Si vous cherchez auprès des défunts des bénédictions que vous ne croyez pas pouvoir trouver dans le Créateur, vous nagez en pleine hérésie et entretenez des pensées idolâtres. Si vous pensez que des hommes et des femmes décédés peuvent vous obtenir des bénédictions, alors que Jésus, le Parfait, a justement donné sa vie sur la croix pour cela, vous négligez le don gratuit de la grâce de Dieu pour vous tourner vers des promesses humaines. Je dis « promesses humaines » car ce sont des hommes qui vous ont enseignés que vous pouviez prier des personnes. Pas Dieu. Cherchez dans le Nouveau Testament des passages où Jésus ou ses apôtres prient une autre personne que Dieu. Vous n’en trouverez pas. Pas un seul. Car ce n’est pas ainsi que Jésus nous a appris à prier.

« Oui mais nous ne prions pas Marie. Nous lui demandons d’intercéder pour nous. »

Cet argument, que j’ai moi-même servi à mes détracteurs lorsque j’étais catholique, ne sert qu’à jouer avec les mots pour soutenir une doctrine qui ne résiste pas à l’épreuve des Saintes Écritures. Car que nous appelions cela « prier Marie » ou « demander l’intercession de Marie », le résultat est exactement le même dans le concret des choses: Nous nous tournons vers une créature pour obtenir de l’aide alors que Jésus nous a commandé de nous tourner vers le Père. Et comme résultat, nous nous attachons à ce que nous contemplons. Et toute gloire ne revient plus au Dieu saint. Son éclat est entaché par un culte qui nous éloigne de lui.

N’avez-vous pas lu dans les Écritures que Dieu est un Dieu jaloux?

« Oh mais il s’agit là du Dieu de l’Ancien Testament… »

Non. Le Dieu de l’Ancien Testament est le même que celui du Nouveau Testament. En fait, Jésus était l’incarnation du Dieu de l’Ancien Testament. Il était UN avec le père. Et la scène où il chasse violemment les vendeurs du temple avec un fouet démontre que toute concurrence a toujours excité la colère et la jalousie de Dieu. Non parce que Dieu est un être narcissique et mégalomane, mais parce qu’il est le Roi de gloire et qu’il nous créé pour que nous l’adorions et soyons unis à lui dans une relation d’amour éternel. Nous sommes créés par lui et pour lui. Alors lorsque nous nous tournons vers autre chose pour notre salut ou notre sanctification, nous soulevons son indignation.

Mais Marie nous conduit à Jésus!

Pourquoi passer par Marie pour aller à Jésus? Jésus a dit: Venez à moi, vous tous qui êtes fatigués et chargés, et je vous donnerai du repos. (Matthieu 11.28) Alors que faites-vous aux pieds de Marie ou des saints? Allez à Jésus. Il est le chemin, la vérité et la vie. Il possède toute autorité.

Lorsque vous désirez obtenir justice auprès d’un commerce qui vous a lésé, confiez-vous vos doléances au commis qui se trouve à la caisse ou au gérant qui possède le pouvoir de vous accorder vos souhaits? Si vous désirez des résultats, vous irez au gérant.

« Oui mais le commis connaît le gérant. Et il peut me conduire à lui. »

D’accord, je vous le concède. Mais si le gérant se trouve là, devant vous, et vous dit: « Venez à moi. » Que ferez-vous? Allez-vous vous entêter à vous adresser au commis?

Ne comprenez-vous pas que par le Sang de Jésus, vous avez libre accès au Trône de Dieu? Ne comprenez-vous pas que si vous êtes né de nouveau, vous êtes fils et filles de Dieu et que vous pouvez vous adresser à lui comme à un Père? Alors pourquoi vous en priver?

La vérité, c’est que vous n’avez pas encore eu la pleine révélation du Père par Jésus. Vous croyez encore que Dieu est un être inaccessible et éloigné, qui requiert l’intercession des saints pour que vous puissiez espérer obtenir une réponse favorable de sa part. Certains d’entre vous ont encore le sentiment que Dieu est capricieux et colérique et qu’il ne peut tolérer votre présence ou vos prières. Alors vous faites brûler de l’encens et des chandelles, vous récitez des formules et des litanies, vous demandez l’aide des saints, dans l’espoir que ce Dieu inaccessible daignera tourner ses regards vers vous.

Oh, frères et soeurs, ne comprenez-vous pas que par le sang de Jésus, nous avons une libre entrée dans le Sanctuaire de Dieu? (Hébreux 10.19) Que cherchez-vous ailleurs? L’intercession? Mais le Fils et l’Esprit Saint intercèdent déjà pour vous auprès du Père (Hébreux 7.25 et Romains 8.26-27)! La glorieuse et sainte trinité vous ouvre déjà les bras! Votre créateur vous appelle! Et vous, vous répondez à cet appel en consacrant une partie de vos temps de prière à vous adresser à des personnes décédées.

Peut-être pensez-vous que demander l’intercession d’un Saint est la même chose que demander l’intercession de nos frères et soeurs de l’Église. Mais ce n’est pas le cas. Nous prions les uns pour les autres par charité et par union fraternelle. Nous présentons nos demandes à notre prochain car ainsi nous portons le fardeau les uns des autres. C’est ce dont la Bible parle dans 2 Corinthiens 1.11, Ephésiens 1.16, Philippiens 1.19, 2 Timothée 1.3. Mais nulle part la Bible ne nous enseigne à prier une personne qui est au ciel. Car cette dernière ne possède pas l’omniscience. Elle ne peut lire les pensées de notre coeur. Elle est désormais dans la présence de Dieu. Et nous demeurons sur terre. Il n’y a pas de communion entre les vivants et les morts. Cela, c’est du paganisme et de la nécromancie.

Tôt ou tard, lorsque vous cherchez dans le ciel autre chose que Jésus, vous en viendrez à transformer la demande d’intercession en prière, puis la prière en idolâtrie, comme le confirment ces prières populaires de l’Église:

Prière de Consécration à Marie, où le croyant affirme lui appartenir, alors que nous n’appartenons qu’à Dieu seul :

« Ô Marie, ma Mère et ma Reine, je me donne entièrement à vous. Et pour vous montrer ma dévotion, je vous consacre en ce jour mes yeux, mes oreilles, ma bouche, mon coeur et tout mon être sans réserve. C’est pourquoi, Mère très aimante, puisque je vous appartiens, je vous prie de me garder et de me protéger comme votre propre bien. Ainsi soit-il. »

Extrait de la prière à Saint Joseph, où ce dernier ne se contente pas d’intercéder pour nous mais nous assiste lui-même, alors que notre secours et notre assistance doivent venir de Dieu:

« Je vous prie et vous supplie humblement de m’assister de votre pouvoir et de votre force… »

Extrait du Memomare, où l’on se prosterne devant Marie plutôt que devant Dieu et où Marie ne fait pas qu’intercéder mais exauce les prières:

« Ô Vierge des vierges, ô ma Mère, je viens à vous, et gémissant sous le poids de mes péchés, je me prosterne devant vous. Ô Mère du Verbe, ne méprisez pas mes prières, mais écoutez les favorablement et daignez les exaucer. »

Extrait du Salve Regina, où l’on affirme que Marie est notre vie, alors qu’en vérité notre vie c’est le Christ, où l’on dit qu’elle est notre espérance, alors que notre espérance est en Dieu seul, où l’on invoque sa miséricorde, comme si c’était elle qui avait le pouvoir de pardonner les péchés:

« Salut, Reine, Mère de miséricorde, Notre vie, notre douceur, notre espérance, salut ! Vers toi nous crions, enfants d’Ève exilés, vers toi nous soupirons, gémissant et pleurant dans cette vallée de larmes. Ô toi notre avocate, tourne vers nous ton regard miséricordieux. »

Extrait de la prière à Sainte-Thérèse de l’Enfant Jésus, où la demande d’intercession est transformée en demande de bénédictions:

« Sainte Thérèse de l’Enfant-Jésus, souvenez-vous de votre promesse de faire du bien sur la terre, répandez avec abondance votre pluie de roses sur ceux qui vous invoquent »

Extrait de la prière à Marie qui défait les noeuds, prière moderne blasphématoire qui nomme Marie unique consolatrice alors que c’est le Saint Esprit qui est notre consolateur:

« J’espère en toi. Tu es l’unique consolatrice que Dieu m’a donnée, tu es la forteresse de mes forces fragiles. »

Si vous êtes honnêtes avec vous-mêmes, vous conviendrez que ces prières ne conduisent pas à Jésus. Elles conduisent à des créatures auxquelles nous attribuons des pouvoirs. C’est de l’idolâtrie et du paganisme.

Alors si vous désirez prier sans obtenir de résultats, vous pouvez continuer de prier des personnes qui sont décédées, qui ne peuvent entendre vos prières (puisqu’elles ne possèdent pas l’omniscience) et qui n’ont aucun pouvoir. Ou vous pouvez suivre avec obéissance les instructions de Jésus en Matthieu 6.9. Priez le Père. Dans le nom du véritable et unique intercesseur, Jésus Christ, qui a versé son sang afin que vous puissiez vous adresser à Dieu avec confiance:

Car il y a un seul Dieu, et aussi un seul médiateur entre Dieu et les hommes, Jésus Christ homme, qui s’est donné lui-même en rançon pour tous. (1 Timothée 2.5)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s