Comment prier sans obtenir de résultats? (5 de 9: La prière du coupable )

psg 2011-01-25La prière du coupable (prier alors que notre conscience nous accuse)

Le désir consumant de Dieu, c’est que nous soyons UN avec lui et avec nos frères et soeurs en Christ. L’amour est le lien qui nous unit tous. Lorsque nous péchons, nous brisons l’unité avec Dieu et avec l’autre. C’est pourquoi nous ne pouvons aller en prière et demander des choses alors que notre conscience nous accuse.

Techniquement, nous pouvons obtenir des réponses à nos prières même lorsque nous vivons dans le péché.  Le meilleur exemple est celui de notre conversion où, alors que nous étions pécheurs, Dieu nous a entendus et a manifesté sa gloire dans nos vies.  Dans sa souveraineté, Dieu a le pouvoir de répondre à toute prière selon son bon plaisir.  Il n’est limité par aucun de nos péchés.  Sauf que de façon générale, Dieu réserve ses bénédictions pour ceux qui l’adorent et le craignent.  De plus, le péché entrave nos prières car une conscience coupable entraîne le doute. Lorsque nous savons que nous avons offensé Dieu ou notre prochain, nous avons le sentiment que Dieu est en colère et qu’il ne répondra pas. Et puisque la foi n’est pas au rendez-vous, les résultats ne le sont pas non plus.

Avant de prier, donc, il est important de faire un examen de conscience. Si nous avons péché contre Dieu, nous devons lui demander sincèrement pardon et lui demander son assistance pour ne plus recommencer. Et si nous avons heurté une autre personne, nous devons d’abord nous réconcilier avec cette personne ou du moins prendre l’engagement, devant Dieu, de le faire dès que possible:

Si donc tu présentes ton offrande à l’autel, et que là tu te souviennes que ton frère a quelque chose contre toi, laisse là ton offrande devant l’autel, et va d’abord te réconcilier avec ton frère ; puis, viens présenter ton offrande. (Matthieu 5.23-24)

Il importe d’être très attentif à cet aspect de la prière.  L’homme, en tant que mari et chef de famille, doit veiller particulièrement à honorer sa femme, à travailler chaque jour à construire l’intimité qui l’unit à elle et à pardonner toutes ses offenses afin de ne pas entretenir du ressentiment envers celle qui ne fait qu’une seul chair avec lui. Se présenter devant le Roi alors que nous avons une dent contre sa princesse est une très mauvaise idée. Non seulement ce ressentiment empêche d’obtenir des résultats, mais il va pleinement à l’encontre de la volonté de Dieu et de l’état d’esprit évangélique:

Maris, montrer à votre tour de la sagesse dans vos rapports avec vos femmes, comme avec un sexe plus faible ; honorez-les, comme devant aussi hériter avec vous de la grâce de la vie. Qu’il en soit ainsi, afin que rien ne vienne faire obstacle à vos prières.  (1 Pierre 3.7)

La question à se poser est donc: « Ma conscience m’accuse-t-elle de quelque chose? » car toute accusation de votre conscience fera obstacle à vos prières.  Ce ne sont pas tant les péchés qui posent problème, car ces derniers ont eu leur compte sur la croix. Ce détail est très important car sinon vous risquez d’approcher Dieu en vous disant:  « Peut-être que j’ai des péchés cachés, des fautes dont je ne me rappelle plus, et que cela empêchera Dieu de me répondre! »

De grâce, ne vous tourmentez pas avec de telles pensées car sinon vous risquez de ne jamais prier avec foi.  De toute façon vous n’aurez jamais conscience de tous vos péchés. La conscience du péché est une faculté qui se développe  en même temps que votre sanctification.  En ce moment, vous commettez des péchés au quotidien dont vous n’aurez conscience que dans quelques années, lorsque votre sensibilité spirituelle se sera affinée.  Et alors vous pleurerez en réalisant que pendant tout ce temps, vous avez commis ce péché sans même vous en rendre compte.  Il s’agit là d’une expérience commune à tous les saints.  Demandez donc simplement à Dieu de faire la lumière sur votre condition spirituelle et sur vos relations, de lui confesser les péchés qui doivent être confessés, puis de lui présenter vos requêtes avec confiance. Dieu ne vous tiendra pas rigueur de ce que vous ignorez. Car le prix de tous vos péchés, sans exceptions, a été payé sur la croix. Il n’y a donc pas de malédiction inconnue et tapie à quelque part. Jésus a payé le prix de vos fautes. La malédiction qui vous était destinée est retombée sur lui. Cependant, lorsque l’Esprit Saint vous montre un péché, vous devez prendre action.

Alors pour résumer, assurez-vous simplement de garder une conscience pure. Réconciliez-vous promptement avec Dieu et avec votre prochain. Et vous serez sur la bonne voie pour voir les promesses de Dieu se réaliser dans votre vie!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s