Lettre à un lecteur musulman

psg 2011-05-23Un lecteur adepte de l’Islam m’a écrit hier afin de m’exposer sa foi et de me dire que j’insultais Dieu en croyant que Jésus était venu pour nous sauver. J’ai aussitôt eu à coeur de lui répondre mais malheureusement, cette personne n’avait pas laissé d’adresse de courriel. Ne pouvant le rejoindre directement, je publie ma réponse ici, priant de tout coeur pour qu’il puisse lire ce message:

Cher ami,

C’est avec crainte et tremblements que je réponds aujourd’hui à ton message, sachant que ce qui est en jeu va beaucoup plus loin qu’une simple discussion théologique: il est question ici du salut de ton âme. Je prie donc le Seigneur de pouvoir parler en son nom et de t’exprimer ce qu’Il désire te dire.

J’ai l’habitude de m’appuyer sur les Saintes Écritures afin de m’adresser à un homme car je ne veux pas parler de mon propre fond et faire l’étalage de mes réflexions personnelles car ces dernières sont de peu d’utilité. Cependant, à ce que j’ai compris de ton blog, tu crois que certains segments de la Bible ont été falsifiés et que le seul moyen de discerner quels sont ces segments est de vérifier s’ils correspondent au Coran. À partir de là, mon recours à la Bible risque d’être vain car tu rejetteras toute parole qui entrera en conflit avec tes croyances personnelles. Je vais donc y recourir avec modération.

À première vue, ta religion et ma foi se ressemblent. Nous partageons des pages de l’histoire du peuple de Dieu. Nous connaissons tous les deux Moïse et les prophètes. Nous croyons en un seul Dieu qui mérite tout honneur et toute adoration. Mais au-delà de tout ça, il existe un abîme entre nous: celui de la grâce.

Tu crois pouvoir plaire à Dieu par le culte que tu lui rends. Tu crois pouvoir être sauvé en obéissant aux commandements. Et tu as raison. Comme tu le mentionne sur ton blog, Jésus a dit lui-même: « Si tu veux entrer dans la vie, observe ses commandements » (Matthieu 19.17)

Le problème est que tu en es incapable. Comme moi, d’ailleurs. Comme tous. Comme le jeune homme riche auquel Jésus s’adressait dans ce récit. Et c’est d’ailleurs ce que Jésus s’apprêtait à dévoiler. Après que Jésus lui ait mentionné quelques observances, le jeune homme s’est empressé de répondre, plein d’assurance, qu’il observait déjà tout cela. Alors Jésus, connaissant son coeur, l’a invité à se déposséder de tous ses biens. Et le jeune homme s’est retourné et est parti tout triste. Pourquoi? Parce qu’il n’aimait pas Dieu autant qu’il s’aimait lui-même. Il n’était pas prêt à quitter son confort pour donner sa vie au Père.

Cette histoire est la tienne et la mienne, Chokri. L’homme naît dans le péché et à cause de cela il est ennemi de Dieu. Dieu est infiniment juste et saint. Il est lumière et n’a aucune part avec les ténèbres. Notre relation avec lui est donc brisée. Nos péchés nous séparent de Dieu. Rien de ce que nous pouvons faire ne peut donc nous sauver. Car chacun de nos péchés est commis envers un Dieu infiniment grand. La peine que nous méritons doit donc être exemplaire et infiniment grande.

Même si nous prions 40 fois par jour, même si nous donnons tous nos biens aux déshérités de ce monde, même si nous vivons une vie d’ascétisme ou plongeons en permanence nos esprits dans des textes sacrés, rien de cela ne peut compenser le tort que nous causons à Dieu par notre désobéissance. Lorsque nous croyons que nous pouvons échapper à la damnation à cause de nos prouesses spirituelles, nous insultons Dieu et sa Justice en prétendant qu’il ne nous punira pas pour nos fautes. Nous croyons que nous pouvons acheter le salut par nos bonnes actions, alors que nos actions et prières ne sont rien. Le prophète Ésaïe disait:

Nous sommes tous comme des impurs, et toute notre justice est comme un vêtement souillé; nous sommes tous flétris comme une feuille, et nos crimes nous emportent comme le vent.  (Ésaïe 6.5)

Tu diras peut-être alors: « Oui, mais Allah est miséricordieux… »

En effet, Dieu est lent à la colère et riche en miséricorde. Mais cette miséricorde ne se manifeste jamais au détriment de la justice divine.

Imagine que tu reviens chez toi le soir et que tu trouves ceux que tu aimes étendus par terre dans une mare de sang. Tu réalises qu’ils ont été brutalisés, violés et assassinés froidement. Puis en levant les yeux, tu aperçois le coupable, dont les mains sont couvertes de sang, qui se dirige vers la fenêtre pour s’échapper. Tu le poursuis et réussis à le plaquer contre le sol. L’envie de mettre fin à ses jours te traverse l’esprit à cause du crime odieux et gratuit qu’il vient de commettre mais au même moment tu entends les sirènes de police et tu décides de le remettre aux autorités afin qu’il soit puni par la justice. Le jour du jugement, tu te présentes à la cour et attends avec impatience le verdict. Le juge dit alors:

« Cet homme est reconnu coupable d’avoir brutalisé, violé et tué les membres d’une famille respectable, en plus d’autres crimes commis dans les années précédentes. Cependant, étant donné les regrets qu’il a exprimé pendant le procès, je le déclare aujourd’hui libre. Car je suis un juge miséricordieux. »

Quelle serait ta réaction? Admirerais-tu ce juge pour ses qualités humaines exceptionnelles? Ou te lèverais-tu dans la salle, indigné et rempli de colère, pour crier à l’injustice? Notre conscience sait qu’un tel verdict serait tout aussi ignoble que le crime lui-même. Et toute victime qui serait confrontée à un tel juge consacrerait ensuite tous ses efforts à le faire destituer de ses fonctions, à cause du mépris qu’il a pour la justice.

Pourtant, lorsque nous croyons pouvoir être sauvé à cause de notre religiosité, nous croyons que Dieu est comme le juge de cette histoire. Alors que nous sommes condamnés pour nos fautes, nous pensons que notre vie spirituelle compensera le tort causé à Dieu et à notre prochain. Alors que nous péchons chaque jour, que nous vouons un culte à nous-mêmes, nous croyons que Dieu détournera le regard de nos péchés, comme un juge inique, et qu’il nous donnera accès à son royaume! Quelle folie! Nous abaissons les standards de Dieu aux nôtres. Nous croyons qu’une note de passage suffira. Mais ce n’est pas le cas. Dieu exige la perfection. Et tout péché nous disqualifie. Car Dieu est parfait et saint. Nous ne le sommes pas.

Salomon disait avec justesse que « Celui qui absout le coupable [est] en abomination à l’Éternel. » (Proverbe 17.15) Dieu ne peut donc nous absoudre car nous sommes coupables et méritons la peine qui a été prévue par Dieu dès les débuts de l’humanité: LA MORT. Satan essaie toujours de dire: « Oh non, vous ne mourrez pas. » Mais c’est pourtant ce qui arrivera. Peu importe ce que nous essayons de faire pour nous racheter. Ainsi que l’a dit le roi David:

L’Éternel, du haut des cieux, regarde les fils de l’homme, pour voir s’il y a quelqu’un qui soit intelligent, qui cherche Dieu. Tous sont égarés, tous sont pervertis; il n’en est aucun qui fasse le bien, pas même un seul. » (Psaumes 14.2-3)

Crois-tu, cher ami musulman, t’élever au-dessus de ta condition, au-dessus de ce que Dieu a révélé sur la nature de l’homme? Crois-tu être sans péché? Ou crois-tu que Dieu t’absoudra à cause de ta religion? Crois-tu vraiment, sincèrement, que Dieu détourne le regard de tes péchés et renonce à sa justice au nom de la miséricorde?

En vérité, il n’y a en principe aucune issue pour nous. Puisque tous sont pervertis, tous sont condamnés à mort pour l’éternité, y compris toi et moi. Mais Dieu a néanmoins déterminé avant même la fondation du monde qu’il offrirait à l’homme une voie pour son salut. Cette voie n’est pas une religion ou une philosophie, mais une personne, Jésus Christ.

Contrairement à ce que tu affirmes dans ton blog, Jésus a dit lui-même être le fils unique de Dieu et être venu pour nous sauver:

Car Dieu a tant aimé le monde qu’il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne périsse point, mais qu’il ait la vie éternelle. Dieu, en effet, n’a pas envoyé son Fils dans le monde pour qu’il juge le monde, mais pour que le monde soit sauvé par lui. Celui qui croit en lui n’est point jugé; mais celui qui ne croit pas est déjà jugé, parce qu’il n’a pas cru au nom du Fils unique de Dieu.  (Jean 3.16-18)

Tu diras peut-être que ce n’est pas ce que Jésus a affirmé, que certains mots ont été ajoutés ou retranchés. C’est une façon facile de mettre de côté la Parole de Dieu. Ainsi, tu préserves peut-être ta foi dans l’Islam, mais tu ne pourras échapper à la justice de Dieu pour autant. Tu devras payer pour tes péchés. Et la peine prévue est la mort. Alors ou bien tu assume ton choix ou bien tu te tournes vers Christ. Car il est venu pour payer ta peine de mort. Il est venu pour expier pour tes péchés. La justice de Dieu a été satisfaite par la mort de Jésus, qui est mort à ta place. Dieu te l’a donné afin que tu ne périsses point.

Cette vérité dépasse le cadre du nouveau testament. Tous les prophètes avaient annoncé cet événement extraordinaire où la justice et la miséricorde de Dieu allaient être manifestées pleinement par l’incarnation du Fils unique de Dieu. Esaïe a prophétisé clairement que Jésus allait être blessé pour nos péchés et brisé pour nos iniquités, que le châtiment qui nous était réservé allait tomber sur lui (Ésaïe 53). Ce chapitre d’Ésaïe n’est qu’une partie d’une somme imposante de prophéties bibliques pointant vers l’incarnation du Fils de Dieu. Pour discréditer Jésus en tant que Fils de Dieu mort pour nos péchés, il faut discréditer la loi et les prophètes.

Jean le Baptiste, le sacrificateur qui a préparé la venue de Jésus, a été clair sur les implications de sa venue sur terre:

Celui qui croit au Fils a la vie éternelle; celui qui ne croit pas au Fils ne verra point la vie, mais la colère de Dieu demeure sur lui.  (Jean 3.36)

La colère de Dieu demeure sur nous si nous ne croyons pas en lui. Car Dieu est juste et nos péchés nous condamnent. Nos consciences sont souillées par la multitude de nos fautes. Et nous aurons à payer le prix tôt ou tard. À moins que nous ne mettions notre foi en Celui qui a payé le prix pour nous.

Tout est donc question de repentance et d’humilité. Ou bien nous persistons à croire que nous pouvons nous sauver par nos bonnes oeuvres et notre piété, espoir qui témoigne de notre ignorance de la justice de Dieu et de notre orgueil spirituel, ou bien nous reconnaissons que nous sommes séparés de Dieu, que nous sommes pécheurs et que nous ne méritons que les flammes éternelles. Ou bien nous poursuivons notre zèle religieux en pensant impressionner le Père par notre vie de prière, de sacrifices et de bonnes oeuvres, ou bien nous nous repentons de nos péchés et acceptons le don gratuit de la vie éternelle que Dieu nous a offert en la personne de Jésus Christ. Ou bien nous prêtons attention à la voix des prophéties bibliques et de Celui qui est venu les accomplir il y a 2000 ans, ou bien nous nous accrochons à nos croyances parce que nous avons trop à perdre, comme le jeune homme riche auquel nous avons fait mention plus tôt. Ou bien nous continuons d’être notre propre dieu, ou bien nous avons le coeur brisé devant l’Éternel et accueillons avec larmes la pure grâce qu’il nous a offert sur la croix non pas comme une récompense mais comme un cadeau immérité, motivé par la pure miséricorde de Dieu.

Si tu désires la vie éternelle, n’endurcit pas ton coeur. Considère ces choses avec un coeur sincère:

Cette lumière [Jésus Christ] était la véritable lumière, qui, en venant dans le monde, éclaire tout homme. Elle était dans le monde, et le monde a été fait par elle, et le monde ne l’a point connue. Elle est venue chez les siens, et les siens ne l’ont point reçue. Mais à tous ceux qui l’ont reçue, à ceux qui croient en son nom, elle a donné le pouvoir de devenir enfants de Dieu, lesquels sont nés, non du sang, ni de la volonté de la chair, ni de la volonté de l’homme, mais de Dieu. Et la parole a été faite chair, et elle a habité parmi nous, pleine de grâce et de vérité; et nous avons contemplé sa gloire, une gloire comme la gloire du Fils unique venu du Père. Jean lui a rendu témoignage, et s’est écrié: C’est celui dont j’ai dit: Celui qui vient après moi m’a précédé, car il était avant moi. Et nous avons tous reçu de sa plénitude, et grâce pour grâce; car la loi a été donnée par Moïse, la grâce et la vérité sont venues par Jésus Christ. Personne n’a jamais vu Dieu; le Fils unique, qui est dans le sein du Père, est celui qui l’a fait connaître. (Jean 1.9-18)

Que le Dieu de toutes grâces t’amène à la repentance et te révèle sa gloire, afin que tu laisses derrière toi toute religion stérile et dépourvue de puissance et que tu accueilles le don de la vie surnaturelle et abondante qui est offerte en Christ. Ne t’appuie pas sur tes propres forces et sur ta propre justice. Souviens-toi que Dieu est saint et que personne d’autre que Lui ne peut te sauver. Aucune religion ne peut le faire, pas même la religion chrétienne. Seul le sang de Jésus versé pour tes péchés peut te soustraire à la condamnation qui t’est destinée justement. Médites ces choses. Et je t’en conjure, réconcilie-toi avec ton Dieu avant qu’il ne soit trop tard.

Paix en Christ.

Jean

3 réflexions sur “Lettre à un lecteur musulman

  1. Salut Fr.Jean. J’ai lu avec beaucoup d’intérêt ta « lettre à un lecteur musulman ». C’est clair tout ce que tu y relates et gloire à Dieu. Je suis Emmanuel. Je suis au Nord du Cameroun dans une zone essentiellement musulmane, il y a bientôt 3 ans, pour des raisons professionnelles. J’avouerai que nos amis musulmans sont sincères, ils veulent vraiment être sauvés, mais au nom de la religion refuse la solution ultime pour le salut de l’humanité: Jésus Christ, Fils Unique de Dieu. Nous en discutons régulièrement ici, et je suis arrivé à comprendre pourquoi les musulmans refusent l’évangile, du moins, la plus part des musulmans. Le problème se trouve au niveau de l’identité de Jésus. Il peuvent sans problème affirmer qu’il est Fils de Marie « Issa Ibn Mariam » ou alors prophète, et messager de Dieu; mais ils deviennent rouge quand la bible et les chrétiens parlent de Jésus comme Fils de Dieu. Ils sont choqués parce qu’ils pensent qu’on parle de Fils dans le sens humain du terme. Ainsi ils pensent que c’est un blasphème de dire cela parce que ça sous-entendrait que Dieu aurait des rapports sexuels et puis de cet acte Jésus est né. Chers lecteurs musulmans ou autre, Jésus est Fils de Dieu non dans une appréhension physique, mais plutôt dans ce sens où c’est l’Esprit de Dieu qui venant sur Marie (fait préalablement annoncé par l’ange), place cet enfant dans sont ceint qui plus tard naîtra, grandira en stature, en beauté et en grâce, pour faire les miracles dont vous entendez dire qu’il a faite et puis mourir comme établit par Dieu pour le salut de tous ceux qui croient en Lui. Dans Jean 8:42; Jésus peut dit: » Si Dieu était votre Père, vous m’aimeriez, car c’est de Dieu que je suis sorti et que je viens; je ne suis pas venu de moi-même, mais c’est lui qui m’a envoyé.
    Pourquoi ne comprenez-vous pas mon langage? Parce que vous ne pouvez écouter ma parole. »
    Un musulman pourrait poser cette question: « Est-ce à dire que si je ne crois pas en Jésus, alors je ne serai pas sauvé? » La réponse a cette question est donnée par Jésus lui-même dans Jean 14:6 lorsqu’il déclare: »Je suis le chemin, la vérité, et la vie. Nul ne vient au Père que par moi.  » Amis musulmans, le coran vous recommande de lire les évangiles et de croire tout ce qui y est écris. C’est une rébellion que de réagir contre votre propre livre en agissant de la sorte. Vous rejetez la vérité de l’évangile, raisonnez sur des faits pourtant très clair. Qui sera à plaindre?
    Sois béni Fr. Jean et paix à Tous

  2. Merci Emmanuel de nous apporter cette perspective en tant que croyant qui fréquente régulièrement des musulmans. Lorsque nous lisons les 4 évangiles et que nous considérons l’ensemble de la vie et des enseignements de Jésus, sa divinité transparaît de façon si évidente qu’il n’avait pas besoin de dire explicitement « Je suis Dieu », tout comme un pommier n’a pas besoin de porter un écriteau qui dit « Je suis un pommier ». Les fruits révèlent beaucoup plus que les paroles et toute personne qui a des yeux pour voir et des oreilles pour entendre sait nécessairement que Jésus était plus qu’un homme. Une personne qui apaise les tempêtes, qui marche sur l’eau et qui ressuscite les morts est plus qu’un homme. Une personne qui se dit ÊTRE la vie et qui dit avoir existé avant qu’Abraham ne fut est plus qu’un homme. Cet aveuglement sur la nature divine de Christ, un aveuglement dont nous avons d’ailleurs tous été victimes avant d’être sauvés par la grâce, montre à quel point le péché obscurcit l’intelligence. Et tandis que les dévots musulmans condamnent les chrétiens parce que, pensent-ils,nous donnons à Allah un associé en la personne de Jésus (qui est pourtant Dieu lui-même), ils ne réalisent pas que le péché qui les habite est incurable et que ce péché les pousse à leur insu à se faire eux-mêmes associés de Allah et à devenir ainsi l’objet de sa colère. Car lorsque nous péchons, nous nions la royauté de Dieu sur notre vie et nous nous faisons dieux nous-mêmes, comme Adam et Ève ont tenté de le faire. Ainsi, le péché que le Coran qualifie d’impardonnable est commis par chacun d’entre nous au quotidien. Nous nous élevons continuellement à la hauteur de Dieu, même les plus pieux et « humbles » d’entre nous. Et c’est pourquoi nous avons besoin de la grâce. Car aucun de nos sacrifices, aucune de nos bonnes actions, ne pourra jamais compenser pour notre arrogance face à Dieu. Aucune de nos prouesses religieuses ne nous méritera le Ciel. Nous avons besoin d’un sauveur. Nous avons besoin de Jésus. Alleluia à l’Agneau de Dieu qui enlève le péché du monde!

  3. Gloire à Dieu, au Plus Haut des Cieux! Jésus Christ est la vie, il est la paix et la joie que nos âmes recherchaient et dont ils ont été comblés. Il n’ y a de salut qu’en lui seul. J’invite ainsi ceux des musulmans qui liront ceci à réaliser que c’est une folie que de croire que la religion puisse sauver. Jésus voudrait que vous (musulmans) soyez rassurés de ce qu’il est réellement le salut promis, le chemin que vous demandez à Allah chaque matin dans vos prières quand vous dites « montre-nous le chemin ». Ceux de vos dirigeants spirituels qui vous demandent de ne même pas toucher à la bible vont en l’encontre d’un commandement contenu dans le coran qui vous recommande à tous de lire les évangiles (la bible)! Dans la bible, nous lisons: »Jésus lui dit: Je suis la résurrection et la vie. Celui qui croit en moi vivra, quand même il serait mort; et quiconque vit et croit en moi ne mourra jamais. Crois-tu cela? » Jean 11:25-26. Où d’autre pouvons-nous trouver d’aussi fortes déclarations si ce n’est dans la bible! Qui d’autre pourrait tenir un tel propos si ce n’est le prince de la vie! Dans le coran pourtant (tous les musulmans peuvent le vérifier d’ailleurs), la Sourate 19 ou encore Maryam, s’adressant à tous les musulmans, déclare ceci dans les versets 70-71: »Puis nous sommes le meilleur à savoir ceux qui méritent le plus d’être brûlés. Il n’ y a personne parmi vous qui ne passera pas par l’Enfer: Car il s’agit là pour ton Seigneur d’une sentence irrévocable ». Sincèrement, je n’aimerai pas être à votre place. Mais ce n’est pas tout chers amis musulmans. Dans la Sourate 46 (Al ahqaf), vous lirez au verset 9 que Mohammed déclare à vous ses adeptes qu’il ne sait pas ce que sera non seulement son sort à lui après sa mort, mais encore plus le votre (musulmans). Il déclare: » je ne suis pas une innovation parmi les messagers; et je ne sais pas ce que l’on fera de moi, ni de vous. Je ne fais que suivre ce qui m’est révélé; et je ne suis qu’un avertisseur ». Mohammed vous a averti, et les chrétiens par amour pour vous (prêts à même mourir pour ce message que vous lisez) ne cessent de vous montrer la vérité. Qu’allez vous faire de tout ceci? Continuer de le rejeter tout en sachant que votre salut est illusoire aussi longtemps que vous placez votre foi en une religion qui n’a rien à vous offrir si ce n’est des menaces et des persécutions contre quiconque oserait renoncer à elle? Il vaut mieux mourir pour la vérité, pour avoir confesser Jésus dans sa vie et reçu la vie éternelle que de vivre dans un semblant d’harmonie, de prospérité, de pratiques de rituels religieux et d’amour et plus tard se retrouver en Enfer. Car c’est une utopie et même une insulte contre Dieu (Saint et Juste) de penser qu’il vous sauvera à cause des vos œuvres.
    Nous (chrétiens) vous supplions: S’il vous plaît, soyez réconciliés avec Dieu, accepter Jésus dans vos vies comme Seigneur et Sauveur. Personne d’autre que Jésus ne peut vous apporter le salut. C’est la vérité.
    Jésus signifie littéralement: Dieu sauve ou Dieu délivre.
    Salut à toi mon Fr. Jean que j’aime de l’amour de Christ et que Dieu bénisse l’œuvre de tes mains, particulièrement ce ministère qu’il t’a confié. Par tes articles, (Je ne sais pas pour les autres), je suis toujours bénis! Je te souhaite d’ailleurs le meilleur pour cet année 2017, à toi et à ta famille. Soyez bénis!
    Paix sur tous les lecteurs
    Gloire à Dieu au nom de Jésus!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s