Que signifie « par sa grâce »?

psg 2011-11-29

Avant de débuter l’écriture de nouveaux articles, il serait utile de commencer par le commencement en définissant l’expression qui a donné à ce blog son nom : par sa grâce. Comprendre cette expression est en effet d’une grande importance pour nous car cela détermine l’état d’esprit avec lequel nous menons le combat pour la sainteté et quelle en sera l’issue.

Il existe une multitude d’approches pour vaincre le péché, dont la plupart reposent sur l’effort humain. En gros, l’idée derrière ces approches est que nous avons le pouvoir de réformer nos comportements en nous y prenant de la bonne façon. Certains diront simplement qu’il suffit de renforcer notre volonté. D’autres proposeront des méthodes poussées qui s’appuient sur la psychologie moderne (thérapie comportementale, programmation neurolinguistique, hypnose, etc.) Ces diverses méthodes peuvent fonctionner pour certains. Quant à nous, nous utilisons une approche diamétralement différente: le recours à la grâce de Dieu.

Pour nous, le péché est un problème de taille qui nécessite l’intervention d’une force qui est supérieure à la nôtre. Nous avons atteint un point de rupture ou une prise de conscience profonde qui nous a dévoilé notre faiblesse humaine et notre incapacité à nous en sortir seuls. Comme les Alcooliques Anonymes, nous avons admis être impuissants devant notre péché.  Ce moment de brisement intérieur est le début de notre guérison et de notre délivrance. Il est le terrain nécessaire pour que la repentance puisse prendre place et pour que Dieu puisse intervenir. Car tant que nous nions être malades, nous ne pouvons tout simplement pas recevoir le remède de la grâce. Mais lorsque nous reconnaissons avec humilité que nous sommes à bout de ressources et que la maladie du péché poursuit son œuvre de corruption en nous, alors nous pouvons tendre la main vers Christ.

Jésus a bien dit :

Ce ne sont pas ceux qui se portent bien qui ont besoin de médecin, mais les malades. Je ne suis pas venu appeler des justes, mais des pécheurs. (Marc 2.17)

Si vous reconnaissez votre impuissance face au péché, alors Christ est venu pour vous. Et ce qu’il vous offre n’est pas simplement une béquille qui vous permettra de supporter vos faiblesses, mais bien la puissance de son Esprit pour vaincre la dépendance et écraser la tête de l’ennemi. La vie chrétienne n’est pas une vie de misère mais de victoire et de domination sur le mal.

« Pas sa grâce » signifie que ce n’est pas dans mes propres ressources que je vais puiser la force de vaincre car, comme le dit Saint Paul:

Ce qui est bon, (…) n’habite pas en moi, c’est-à-dire dans ma chair : j’ai la volonté, mais non le pouvoir de faire le bien. (Romains 7.18)

C’est plutôt la présence de Dieu en moi qui me permettra de dominer l’ennemi. Nous pourrions dire que nous combattons « Par sa puissance », mais le terme « grâce » est encore plus approprié, car la grâce signifie « cadeau non mérité ». Ce terme nous rappelle ainsi que si nous obtenons la victoire, ce n’est pas à cause de notre vertu, notre noblesse, notre vaillance, notre courage ou notre volonté, mais bien par la pure miséricorde d’un Dieu qui est venu nous secourir alors que nous avions tout fait pour mériter la condamnation et la mort. La grâce nous rappelle que nous sommes petits et que Dieu est grand. Elle nous rappelle que nous dépendons de Dieu à tout moment et que nous ne serons jamais des parvenus spirituels, des êtres qui auraient atteint un tel degré de perfectionnement que la puissance de Dieu ne nous serait plus utile. Dans une lutte où l’orgueil précède la chute, la grâce impose l’humilité nécessaire pour rester debout dans la tentation.

Ce blog repose donc entièrement sur cette notion de la grâce. Vous ne trouverez donc pas une multitude de textes destinés à vous motiver ou à vous convaincre de renforcer votre volonté car cela ne ferait que vous donner le sentiment que la victoire repose sur vos propres forces, ce qui représenterait un mensonge et un faux espoir.  Le monde vous dira peut-être que si vous rechutez, c’est parce que vous devez vous fortifier et vous corriger, ce qui vous fait croire implicitement que la chair peut être perfectionnée. Mais la Bible enseigne plutôt que votre chair doit être crucifiée puisqu’elle n’est bonne à rien, étant marquée par la loi du péché qui agit en elle. Comme l’indiquait Jean le Baptiste, vous devez diminuer afin que Dieu croisse en vous. Vous devez faire mourir votre chair afin que la vie de Dieu en vous puisse se manifester pleinement.

Beaucoup de gens consultent des spécialistes pendant des années sans jamais goûter à la liberté. C’est qu’ils essaient de changer leurs comportements sans changer leur cœur. Dieu a par contre le pouvoir de prendre un cœur de pierre et de le transformer en un cœur nouveau, fait de chair, rempli de l’Esprit et capable d’aimer Dieu et ses commandements. Certes, certains arrivent à réformer certaines sphères de leur vie par diverses approches humaines. Mais ça ne fait que poser un bandage sur une nature totalement corrompue. Vous pouvez peut-être vous libérer d’un problème, mais vous conservez la même nature ennemie de Dieu et le péché continue de vous tenir en esclavage sous d’autres formes. C’est pourquoi la grâce de Dieu est essentielle pour aller au-delà de la sobriété sexuelle et atteindre véritablement la pleine liberté que Christ a promise :

Jésus, revêtu de la puissance de l’Esprit (…) se rendit à Nazareth, où il avait été élevé, et, selon sa coutume, il entra dans la synagogue le jour du sabbat. Il se leva pour faire la lecture, et on lui remit le livre du prophète Ésaïe. L’ayant déroulé, il trouva l’endroit où il était écrit : L’Esprit du Seigneur est sur moi, parce qu’il m’a oint pour annoncer une bonne nouvelle aux pauvres ; Il m’a envoyé pour guérir ceux qui ont le coeur brisé, pour proclamer aux captifs la délivrance, et aux aveugles le recouvrement de la vue, pour renvoyer libres les opprimés, pour publier une année de grâce du Seigneur. Ensuite, il roula le livre, le remit au serviteur, et s’assit. Tous ceux qui se trouvaient dans la synagogue avaient les regards fixés sur lui. Alors il commença à leur dire : Aujourd’hui cette parole de l’Écriture, que vous venez d’entendre, est accomplie. (Luc 4.14-21)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s