Restaurer le couple et apprendre à aimer (6 de 9)

psg 2012-01-06En maintenant un monde secret et en usant du mensonge pour y arriver, nous causons des dommages considérables au couple. Et lorsque nous parlons d’un couple, nous ne parlons pas d’une entité abstraite et impersonnelle… mais bien d’êtres humains. Et surtout d’une partenaire qui se retrouve, par notre faute, plongée dans un marasme émotionnel pénible et aliénant.

Pensez seulement aux fois où votre confiance a été trahie. Il peut s’agir d’exemples anodins, comme par exemple la dernière fois où vous avez acheté un produit prometteur qui s’est avéré être d’une qualité médiocre. N’est-il pas frustrant de payer parfois le gros prix pour des biens qui ne durent pas? Je ne peux m’empêcher de penser en ce moment à la difficulté que ma femme et moi avons eu pour trouver un lecteur DVD digne de ce nom. Sur une période de deux ans, nous en avons acheté trois et ils ont rendu l’âme l’un après l’autre.  Il a donc fallu investir dans du haut de gamme afin de ne plus jeter ainsi notre argent par les fenêtres.  Pire encore, je me souviens avoir acheté un lecteur de cassettes portatif lorsque j’étais un jeune adulte (c’était avant l’époque des lecteurs MP3). Or, il s’avéra que le moteur de l’appareil n’avait même pas assez de force – même avec des piles neuves – pour faire avancer la cassette! Quelle blague! Ou bien les responsable de la production de cet appareil n’avaient jamais pris la peine de le tester convenablement. Ou bien ils l’avaient testé, ont réalisé que ce n’était pas au point, et se sont dit : « Bah… ils ne paieront que 15$ pour ce lecteur cassette alors il ne faut pas trop en demander… et de toute façon, personne ne va nous coller un procès pour une pacotille de ce genre.»

Dans ce type d’exemples, on peut toutefois présumer de l’innocence des fautifs et se dire  qu’il s’agit peut-être d’un défaut de fabrication. Mais il peut aussi arriver des occasions où nous sommes sciemment trompés. Il y a quelques années, ma femme et moi avons acheté une maison en Gaspésie parce que nous ne pouvions plus supporter la ville et n’arrivions pas à y trouver un logement convenable pour notre famille. Nous avons arrêté notre choix sur une maison centenaire typique de la Gaspésie: Une modeste maison de deux étages avec un revêtement de cèdre, située sur un terrain immense avec vue sur la mer et sur l’Île Bonaventure.  Et – plus important encore – elle était financée par le vendeur lui-même, ce qui convenait à notre situation financière peu reluisante. Mais après nous être installés dans notre nouvelle demeure, les problèmes ont commencé à apparaître.

D’abord, la pompe qui devait apporter l’eau courante n’apportait en fait aucune eau. Pendant des semaines, nous sommes donc allés chercher l’eau en voiture à environ 1 km de là.  Le vendeur fit finalement creuser un puits.  Mais lorsque l’hiver apparût, un problème plus sérieux apparut: La maison n’était pratiquement pas isolée. Lorsque les grands froids d’hiver se pointèrent en décembre, on se retrouva alors avec une maison impossible à chauffer. L’impitoyable vent passait à travers les murs du salon si bien que même avec toutes les plinthes électriques à plein régime, nous n’arrivions pas à maintenir la température au-dessus des 20 degrés celcius.

Nous essayâmes de discuter du problème avec le vendeur mais son attitude se mit à changer et il se mit à nous dire que nous aurions dû mieux nous préparer (alors qu’avant de signer le contrat il nous avait assurés que cette maison était habitable à l’année). Puis il devint manifeste que l’homme était légèrement fêlé. Il rendit visite à nos voisins pour les inciter à porter plainte contre nous, nous envoya une mise en demeure et réclama un lot de terre à bois qui faisait partie de l’entente mais que le notaire avait oublié d’ajouter au contrat. Bref, notre maison de rêve en Gaspésie devint un véritable cauchemar. Le stress intense me fit perdre une vingtaine de livres. Et je me mis à éprouver une profonde colère envers cet homme qui n’avait eu aucun scrupule à vendre une maison en ruine à un couple avec jeunes enfants.

Si vous avez quelques années d’expériences dans la vie, vous avez probablement rencontré aussi des situations similaires ou peut-être pires. Et vous savez la blessure et la colère que causent le mensonge et la tromperie. Vous savez ce que nous ressentons lorsque nous plaçons toute notre confiance dans une chose ou une personne et que nous réalisons après coup qu’on s’est moqués de nous. Vous avez donc l’expérience nécessaire pour comprendre en partie ce que ressent l’épouse d’un homme qui est esclave de l’impureté sexuelle.

Pensez-y. Lorsque vous avez rencontré la femme de votre vie, vous lui avez montré un aspect attirant de votre personnalité. Vous étiez amoureux, attentif, plein de promesses. Elle se sentait comme une perle de grand prix à vos yeux. Elle se levait le matin avec la hâte de vous revoir. Et elle se couchait le soir en rêvant de passer sa vie avec vous. Puis vous avez unis vos destinées devant Dieu, avez trouvé un lieu pour vivre et avez entrepris la construction de votre mariage. Cette femme vous a fait l’ultime cadeau: le cadeau de sa vie. Elle a pris la décision d’investir en vous, de consacrer sa vie à la vôtre en espérant que vous alliez consacrer la vôtre à la sienne. Elle a cru en un don réciproque, en un amour inconditionnel, en un projet de vie commun. Elle a renoncé à une partie de sa liberté pour contribuer à votre bonheur, pour construire éventuellement une famille et élever de magnifiques enfants qui vous ressemblent.

Mais de sombres nuages sont apparus. Car une partie de votre coeur ne lui appartenait pas vraiment. Cette partie était enchaînée à l’idole du sexe, à l’insu de tous. Une partie de vous était toujours séduite par l’interdit. Ça ne semblait pourtant pas être la fin du monde au départ. Car nous vivons dans une société qui tourne en dérision l’impudicité et qui enseigne que nous avons tous droit à notre petit jardin secret. Alors progressivement, vous avez consacré de plus en plus de temps et d’énergie à assouvir cette partie sombre de vous. Et cette partie – qui devait appartenir à votre douce moitié – s’est mise à prendre de l’ampleur.

Le dieu de la dépendance sexuelle a commencé à exiger de plus en plus de vous-même. Et comme cet aspect de votre vie ne devait pas faire partie du plan initial de votre vie de couple, vous avez commencé à mentir pour ne pas vous mettre les pieds dans les plats. Vous avez commencé à vous enfoncer sans vous en rendre parfaitement compte. Vous saviez que quelque chose ne tournait pas rond. Vous saviez probablement que vous deviez changer. Mais du même coup, vous étiez obnubilé par cette quête du plaisir sexuel. Vous étiez ivre de tous ces fantasmes que vous entreteniez jour et nuit. Et peu à peu, vous avez rompu les liens qui vous unissaient à votre partenaire: les liens d’intimité, de confiance, de tendresse authentique. Et cette partie sombre de vous, qui n’était au départ qu’un fragment de votre vie, est devenue une composante fondamentale de votre personnalité, un centre de gravité qui allait de plus en plus ordonner votre façon de penser et d’agir. Désormais, ce n’était plus votre femme qui était la joyaux de votre vie sur terre. C’était vous-même. Et votre plaisir. Point final.

Deux choses ont pu arriver dans ce contexte. Ou bien votre femme a été maintenue dans l’ignorance totale de ce qui se passait en vous. Ou bien elle a découvert le pot aux roses ou vous lui avez confessé vos fautes. Dans le premier cas, votre femme s’est trouvée dans la confusion car l’amant et l’homme merveilleux que vous étiez a fait place à un être distant, égoïste et immature. Et elle n’avait aucune idée de ce qui se passait. Et donc aucune piste de solution. Dans le seconde cas, votre femme a été au moins mise au fait de vos problèmes, mais pour en ressentir une profonde tristesse et le sentiment d’avoir été bernée. Dans les deux cas, vous avez trahi vos engagements, avez piétiné votre honneur et celui de votre épouse et avez saccagé le lien de confiance qui vous unissait.

L’amour sans la confiance ne peut qu’agoniser. Car l’amour implique de se donner à l’autre sans réserves. Or, on ne peut se donner à un traître. La femme doit donc se protéger de vous. Je ne dis pas tout cela pour vous culpabiliser à outrance ou pour que vous vous apitoyez. Je désire simplement brosser un portrait général de la situation et tenter de vous faire voir votre vie sous une perspective réaliste, dans l’espoir que vous en veniez à une véritable repentance.

Si vous mentez continuellement à celle qui devrait être votre alliée, vous ruinez tout. Votre amour n’est qu’une farce. Vous contredisez dès le départ la définition de l’amour. Et ce que vous apportez à votre partenaire n’est pas la vie mais les ténèbres et la mort. Car votre femme a un désir légitime et ordonné par Dieu: celui de se donner à vous et d’être sous votre leadership. Mais si vous lui mentez et la trahissez, vous l’obligez à demeurer seule, à l’écart de votre vie et de votre coeur, avec des rêves brisés et une immense colère. Car si nous pouvons éprouvons de la colère en étant bernés suite à une fraude quelconque, à combien plus forte raison la colère est-elle grande lorsqu’une femme se donne à un menteur et un manipulateur. Car dans le cas d’une fraude, ce n’est que de l’argent qui est misé et perdu. Mais dans le cas d’une vie de couple, c’est le coeur, le temps, la vie de votre épouse qui a été placée sur la balance. Peut-être que vous avez volé à votre partenaires des années de sa vie. Peut-être que vous lui avez fait gaspiller deux, cinq ou même vingt dans de sa précieuse et unique vie sur terre. Imaginez la colère et la tristesse qu’une telle injustice peut provoquer!

De grâce, ne plaidez pas l’innocence. Ne jetez pas le blâme sur l’autre. Cette option est celle des lâches. N’évoquez pas les défauts de votre partenaire pour justifier vos failles morales. Soyez un homme et prenez l’ENTIÈRE responsabilité de ce qui vous arrive. C’est vous qui êtes le leader alors c’est à vous que Dieu demandera des comptes. Alors il est temps de corriger la trajectoire du navire avant qu’il ne s’échoue et qu’il ne se brise contre les récifs de votre déchéance. Si le mensonge a fait partie de votre vie jusqu’à maintenant, il est plus que temps d’offrir quelque chose de mieux à celle qui vous a consacré sa destinée. Il est temps de devenir un homme d’honneur, un partenaire digne de confiance. Vous ne voulez pas entendre Jésus Christ vous dire ouvertement à la fin de votre vie, devant l’assemblée des saints et des anges:

Je ne vous ai jamais connus, retirez-vous de moi, vous qui commettez l’iniquité. » (Matthieu 7.23)

Car le mensonge est iniquité. Et la Parole de Dieu nous avertit que les menteurs n’hériteront pas du Royaume. Si vous êtes né de nouveau, si vous avez Dieu pour père, alors vous avez pour Dieu la vérité. Car Dieu est lumière, vérité et vie. Ne prenez pas cet avertissement à la légère. Il s’agit peut-être de l’ultime appel de Dieu à votre conscience. Cessez de mentir et vivez dans la vérité. Confessez à Dieu vos fautes et demandez-lui de vous indiquer comment les confesser à votre épouse. Vous cesserez alors de porter un poids insupportable sur les épaules. Vous porterez plutôt le joug léger de Christ, qui est une vie d’amour et de sacrifice. Et cette vie vous comblera tellement plus que celle du péché et de la tromperie. N’endurcissez donc pas votre coeur. Laissez Dieu vous changer et devenez un être vrai, authentique, aimant. Devenez à nouveau l’homme que votre partenaire a rencontré jadis. Par la grâce de Dieu, vous y arriverez. Amen, ainsi soit-il… pour la plus grande gloire de Dieu.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s