Comment mettre fin à la culpabilité (3 de 3)

psg 2012-02-01

Le troisième et dernier obstacle qui nous empêche d’être libéré de la culpabilité est nous-même. Plusieurs attitudes peuvent en effet nous maintenir prisonniers d’un état de culpabilité, même lorsque rien ni personne ne nous condamne.  Il est impératif de travailler sur ce problème car non seulement la culpabilité vous vole votre joie mais elle empoisonne votre relation avec Dieu, avec les autres et avec vous-mêmes.  La culpabilité nourrit la misère.  Elle dérègle la personnalité, les pensées et émotions et même le fonctionnement normal du corps.  Pour plusieurs d’entre nous, elle maintient également l’emprise du péché sur nous: Nous cédons à des péchés qui génèrent de la culpabilité, puis nous usons du péché comme sédatif pour nous soustraire à cette culpabilité, ce qui nous condamne à encore plus de culpabilité.

Voici donc quelques exemples d’attitudes qui peuvent nous empêcher de goûter à la joie d’une conscience en paix:

  • Une réponse humaine  au sentiment de culpabilité: Dans la première partie de cette série d’articles, nous avons vu deux réponses communes à la culpabilité: La négation et l’expiation. Il est important de s’assurer que nous ne n’avons pas adopté l’une de ces stratégies. Pour ce faire, considérons l’inefficacité de ces deux options. La négation d’une faute ne peut neutraliser la culpabilité. Elle ne peut que la glisser sous le tapis et transformer la culpabilité en un sentiment de honte et de haine de soi-même. L’expiation, quant à elle, est inefficace car rien ni personne ne peut nous assurer que nous avons suffisamment payé le prix pour les péchés commis. L’expiation nous laisse avec un sentiment d’incertitude et n’enraye donc pas la culpabilité. Elle ne fait que l’adoucir et donner un sens du devoir accompli, ce qui ne suffit pas à éprouver le sentiment de pleine liberté que Dieu désire nous accorder. La foi au sacrifice de Jésus sur la croix nous permet de vaincre cette mauvaise attitude.
  • Une identification avec vos actions: Si vos croyez que vos actions déterminent ce que vous valez, chaque péché provoque une honte et une culpabilité démesurées car il remet chaque fois en question votre identité et votre valeur en tant qu’enfant de Dieu. Le péché vous abat et vous amène au désespoir car vous jugez votre valeur en fonction de ce que vous FAITES, alors que Dieu vous aime pour qui vous ÊTES. Méditer sur la croix et sur l’amour inconditionnel de Dieu peut nous aider à vaincre cette mauvaise attitude.
  • Le perfectionnisme et le refus de vous reconnaître en tant que pécheur: Si vous persistez à croire que vous êtes une « bonne personne » qui mérite le ciel plutôt que de reconnaître votre dépravation et votre besoin absolu d’un Sauveur, chaque péché porte atteinte à cette fausse identité et ébranle vos prétentions. La culpabilité est décuplée par votre orgueil puis intériorisée au lieu d’être confessée. Devant ses fautes, le perfectionniste se dit inconsciemment: « Comment est-il possible qu’une personne aussi sublime et parfaite que moi puisse commettre une telle erreur? » tandis que celui qui reconnaît sa nature pécheresse est attristé mais non surpris de ses fautes et il les confesse en toute simplicité et s’en trouve ainsi libéré.
  • L’incrédulité: Si vous confessez à Dieu vos péchés mais que vous ne croyez pas qu’il possède le pouvoir de vous pardonner et vous purifier complètement, vous avez un problème d’incrédulité qui vous prive de la liberté et de la paix. Ce problème doit être absolument confronté et résolu car vous pourrez difficilement entretenir une relation d’amour avec le Père du Ciel si vous ne croyez pas à sa miséricorde. Votre manque de foi vous amènera en effet à croire que Dieu est fâché contre vous, et bientôt vous fuirez sa présence plutôt que de la rechercher dans la prière. Le remède à l’incrédulité est la Parole de Dieu. Nourrissez-vous de la Bible à chaque jour afin de renouveler votre intelligence et détruire les mensonges qui vous ont été inculqués. Lorsque vous n’avez qu’une connaissance sommaire de Dieu, il est difficile de vaincre le sentiment de culpabilité car votre confession est faite devant un Dieu qui a été façonné par votre culture. Mais en connaissant réellement le Dieu vivant, en sachant combien il est majestueux, triomphant, puissant, miséricordieux, vous pouvez vous confier en lui en toute confiance et le laisser effacer toutes vos fautes.
  • Le mythe des péchés trop gros ou trop nombreux: Ce problème découle du précédent. Votre manque de foi en Dieu vous amène à croire que vous avez commis des péchés trop graves ou nombreux pour être pardonnés. Ne limitez pas le Dieu d’Israël. Rien ni personne ne peut surpasser sa puissance ni sa miséricorde. Il n’existe aucun degré au-delà duquel le péché devient hors de portée de la grâce. Le péché ne sera jamais plus grand que le Créateur. Le sang que Dieu a versé sur la croix a une valeur infinie et il recouvre donc toute faute. Le fini ne peut triompher de l’infini.
  • La sécurité d’un état intérieur connu: C’est étrange, mais nous pouvons refuser de lâcher prise face à la culpabilité car elle est notre compagne de route depuis toujours. La liberté d’une conscience pure et irréprochable peut donner le vertige à certains d’entre nous. Comme si cela était trop beau pour être vrai. Mais c’est ce don que Dieu nous a donné par la croix. Dieu désire notre bonheur. Alors pourquoi résister? Une spiritualité dépourvue de joie et de liberté est absurde et aberrante car elle nie le plan de Dieu pour chacun de nous. Comme le dit si bien John Piper: « God is most glorified in us when we are most satisfied in Him. » (C’est lorsque nous sommes le plus satisfaits en Dieu que Dieu est le plus glorifié en nous)

La culpabilité ne devrait pas être la marque de commerce du chrétien. Au contraire. Le chrétien est le seul être humain sur la terre dont le Dieu a versé son propre sang pour le racheter de TOUTES SES FAUTES. Pour tous les autres, il ne reste que l’alternative de la négation et de l’expiation, toutes deux inefficaces et inutiles. Si vous avez donné votre vie à Jésus Christ, vous pouvez désormais marcher la tête haute et refuser la condamnation. Cela ne signifie pas que vous ne prenez plus aucune critique et que vous ne vous repentez plus de vos péchés. Seulement, vous pouvez accepter une fois pour toutes que vous êtes entre les mains d’un Dieu d’amour et de miséricorde, et vous pouvez rejeter avec force tous les mensonges qui s’opposent à cette vérité. Ainsi libéré, vous ne consacrerez plus vos énergies à expier vos fautes ou à les tasser sous le tapis. Vous pourrez vous consacrer à aimer Dieu de toute votre coeur, de toute votre âme et de toutes vos forces, ainsi qu’à aimer votre prochain comme vous-mêmes.

Que la paix de Dieu, qui surpasse toute intelligence, garde vos coeurs et vos pensées en Jésus Christ.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s