Que faites-vous de votre propre corps?

psg 2012-02-11Que faites-vous de votre propre corps?  Si vous êtes incroyant, la réponse va de soi.  Puisque c’est votre corps, vous en faites ce que vous voulez.  Si vous décidez de vous enfermer dans la salle de bain pour vous faire plaisir, qui sera en position de vous juger ou de vous dire ce que vous devez faire ou ne pas faire?  Si vous décidez de vous rendre à la tabagie du coin pour vous acheter une revue porno, qui pourra vous en empêcher?  Et si vous avez les moyens et l’envie de vous payer une prostituée, en quel honneur vous en empêchera-t-on?  Cet article ne s’adresse donc pas à ceux-là qui sont leur propre maître mais à ceux qui ont donné leur vie à Jésus-Christ et qui en ont fait leur Maître et Seigneur.

Si vous êtes chrétien, vous savez que vous ne vous appartenez pas.  Parce que votre vie a été rachetée par le sang de Jésus, vous appartenez désormais à celui qui a payé votre dette.   Et lorsque je dis que vous appartenez à Jésus, ça implique votre esprit, votre âme et votre corps.  Ainsi, tout doit être amené à la soumission de Celui qui a donné sa vie en rançon pour la vôtre.  Regardez votre main droite.  Est-elle à vous ou est-elle à celui qui vous a racheté?  Et ce que vous en ferez sera-t-il déterminé par vos propres désirs ou par ceux de votre divin maître?  Pouvez-vous réellement réclamer un droit sur cette main?  Ou pouvez-vous retirer à votre maître le pouvoir de déterminer où votre main et votre regard doivent être posés?

Ce langage semblera fanatique pour certains.  Dans une société comme la nôtre, ces notions d’autorité et de soumission ont un aspect répulsif.  Ainsi, lorsque nous appelons Jésus “Seigneur”, nous ne réalisons pas pleinement ce que nous déclarons.  Nous sommes heureux que Jésus ait porté sur lui le poids de nos fautes mais nous ne sommes pas pour autant prêts à donner à notre tour notre vie sans réserve.  Alors que le Royaume de Dieu est une monarchie, nous le percevons comme un système démocratique.  Nous imaginons avoir le droit de vote, nous imaginons que notre opinion vaut autant que les décrets éternels de Dieu, nous nous réservons le droit de propriété et nous conservons le privilège de décider quand nous obéirons et quand nous ne le ferons pas.  Or, cette attitude est tout le contraire de l’appel de l’Évangile. Jésus a été clair sur le sujet:

Si quelqu’un veut venir après moi, qu’il renonce à lui-même, qu’il se charge de sa croix, et qu’il me suive.”  (Matthieu 16:24)

Même pour un chrétien, obéir à Dieu ne va pas de soi.  Car même si notre esprit est véritablement régénéré, nous avons toujours à lutter contre une nature humaine qui n’aime pas se sentir soumise à qui que ce soit.  La chute originelle a découlé du désir de s’affranchir de l’autorité pour décider nous-même des règles du jeu.  Voulons-nous donc vraiment nous placer sous le joug de Christ, même si celui-ci nous a promis que son joug serait doux et son fardeau léger (Matthieu 11.30)?  Notre esprit le désire assurément car il est né de Dieu, mais la chair s’entête à déclarer: “Je ne serai pas esclave de qui que ce soit.”  Mais nous savons tous que cette aspiration à la “liberté” et à “l’affranchissement” n’est qu’un leurre.  Car en refusant l’autorité de Dieu, nous nous abandonnons aux passions de ce monde et nous nous retrouvons aussitôt sous l’empire du péché et de celui qui en a été l’instigateur, Satan.  Et celui qui a été sous la gouvernance de Satan sait que ce dernier est un despote.  Nous sommes donc, qu’on le veuille ou non, esclave de quelque chose ou de quelqu’un.  Ce qui distingue le chrétien est qu’il utilise son libre-arbitre pour se placer sous la gouvernance d’un maître bon et miséricordieux désirant se révéler à lui non seulement comme Seigneur mais aussi comme Père.

Être conscient que nous appartenons à Dieu suscite des pensées de révérence et de crainte envers Dieu, ce qui est le début de la sagesse.  Trop souvent, des pasteurs ou prêtres ont tenté de réformer le comportement de leurs ouailles rebelles en brandissant exclusivement la menace de la damnation.  Il est vrai que l’enfer existe et que les impurs n’y entrerons pas.  Mais si la peur de brûler dans un feu éternel est votre principale motivation pour vous abstenir du péché, votre vie risque d’être misérable.  Car nous ne vivons pas pour échapper à l’enfer  mais pour goûter l’étreinte éternelle d’un Père qui a retrouvé son fils prodigue.

L’apôtre Paul a écrit:

Ne savez-vous pas que votre corps est le temple du Saint Esprit qui est en vous, que vous avez reçu de Dieu, et que vous ne vous appartenez point à vous-mêmes? Car vous avez été rachetés à un grand prix. Glorifiez donc Dieu dans votre corps et dans votre esprit, qui appartiennent à Dieu.  (1 Corinthiens 6:19-20)

Nous sommes tous appelés à glorifier Dieu avec  notre corps.  Ce corps  n’est pas notre ennemi, il n’a pas de volonté propre.  Il est un instrument qui répond aux ordres.  Et c’est nous qui déterminons si c’est aux ordres de Satan ou de Dieu que cet instrument répondra.  Plus facile à dire qu’à faire?  J’en conviens.  Mais ce qui est difficile n’est pas impossible pour autant.  Vous n’êtes pas la victime de vos passions.  Vous n’êtes pas sous l’autorité de votre chair.  C’est elle qui est sous votre autorité.  C’est donc vous qui déterminez à quoi serviront vos membres:

Ne livrez pas vos membres au péché, comme des instruments d’iniquité; mais donnez-vous vous-mêmes à Dieu, comme étant vivants de morts que vous étiez, et offrez à Dieu vos membres, comme des instruments de justice.  (Romains 6:13)

Aucune exhortation biblique n’est donnée en vain.  Dieu ne demande rien qui soit impossible à l’homme.  Le verset cité précédemment démontre donc qu’il est possible – et nécessaire – de livrer nos membres à Dieu afin qu’il puisse par eux étendre son règne sur la terre.  Nous lui appartenons!  Il a donc tous les droits sur nous.  Il est temps pour chacun de nous d’être conséquent.  S’il est vrai que Jésus est notre Seigneur, nous devons nous en rappeler la prochaine fois que l’ennemi s’approchera de nous avec une tentation sexuelle.  Nous devons nous rappeler que ce corps est le temple de Dieu, qu’il est sa propriété.  Sinon, nous ne pouvons tout simplement pas appeler Jésus notre “Seigneur”.  Ce serait une farce grossière.  Car déclarer notre allégeance à un Roi pour ensuite livrer nos membres au diable est source de scandale et de honte:

Ne savez-vous pas que vos corps sont des membres de Christ? Prendrai-je donc les membres de Christ, pour en faire les membres d’une prostituée?  (1 Corinthiens 6:15)

La Parole de Dieu nous illustre avec force les implications du péché sexuel.  Nous prenons notre corps, qui est le membre de Christ, pour servir Satan en échange d’un bref moment de plaisir.  Nous prostituons le corps de Christ!  Si nous pouvions saisir pleinement cette réalité plutôt que de brandir sans cesse notre liste de droits démocratiques, nous cesserions de nous complaire dans le péché et commencerions à éprouver pleinement la véritable crainte de Dieu, celle qui nous pousse à demeurer ferme et sobre en toutes circonstances.  La prochaine fois que vous aurez la main sur la souris et que le diable vous suggérera de cliquer sur un lien qui ouvre sur le péché, réfléchissez à ces réalités spirituelles: désirez-vous vraiment prendre votre main, qui est la main de Christ, pour surfer sur des sites pornographiques?  Désirez-vous afficher devant vos yeux, qui sont les yeux de Christ, des images sexuelles dégradantes?  Désirez-vous exposer Dieu à des scènes où ses propres créatures sont avilies par le péché, réduites à des objets de consommation alors qu’elles étaient destinées à la gloire éternelle?  Si vous avez de l’amour pour Dieu, cet amour vous donnera la force de triompher en ces moments décisifs.

Je ne dis pas toutes ces choses pour vous condamner mais pour vous implorer de vous abandonner complètement à Dieu et de vous donner corps et âme à sa divine royauté.  Faites de lui, d’une façon radicale et définitive, le Seigneur de votre vie.  Et confiez-vous en Lui pour obtenir la force de vaincre le mal.  Si Dieu est avec vous, rien ni personne ne pourra s’opposer à vous.  Amen!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s