Les effets destructeurs de la pornographie sur le couple (1 de 4)

psg 2012-02-24Il m’est souvent arrivé d’entendre des psychologues et sexologues vanter les mérites de la pornographie qui, selon eux, peut permettre de « pimenter » la vie sexuelle du couple et nourrir son univers érotique.  Cela démontre qu’un diplôme universitaire n’est pas nécessairement un gage de sagesse.  Car ces prétentions sont absolument tordues.

Mon but ici n’est pas de m’en prendre personnellement aux sexologues mais à souligner que la meilleure référence en matière de sexualité est la Bible.  Car la Bible est inspirée de Dieu.  Et c’est Dieu qui a créé la sexualité.  Ce n’est ni la science ni le génie humain qui a donné naissance aux plaisirs de la chair mais bien le Créateur, celui-là même qui a formé les galaxies.  Il est donc toujours avisé de tendre l’oreille à sa Parole et de suivre ses instructions afin d’utiliser à bon escient les dons merveilleux qu’il nous a offert, dont celui de la sexualité.

Notre monde accorde une place grandissante à la pornographie.  Il s’agit d’une industrie milliardaire qui exploite les appétits naturels de l’être humain pour en faire un commerce honteux qui s’oppose directement à toutes les lois de Dieu.  Elle enrichit de nombreuses personnes, allant du voisin d’à côté jusqu’aux membres du crime organisé.  En amont, elle exploite et avilit des hommes et des femmes qui sont dysfonctionnels ou qui ont besoin d’argent au point d’offrir leur nudité à des millions de consommateurs.  Et en aval, elle régurgite des millions d’images qui inondent et contaminent la société entière et créent un phénomène de dépravation universelle de la moralité.

Ce discours amusera l’esprit humaniste qui considère souvent la pudeur et la modestie comme une forme de névrose.  Pour beaucoup de penseurs de notre société « hautement évoluée », toute censure de la sexualité humaine ne peut être qu’un vestige d’une pensée judéo-chrétienne révolue, qui doit assurément faire place à l’émancipation sexuelle et au libertinage.  Comme le dit la pensée populaire, tout est permis si c’est entre adultes consentants.  Or, ce laxisme généralisé conduit notre monde dans un chaos moral sans précédent.  Des millions de vies sont déchirées par la dépendance sexuelle.  Et des millions de familles et de mariages sont détruits et réduits à néant à cause de l’impudicité qui contamine tous les médias.

En 2003, à une rencontre de l’American Academy of Matrimonial Lawyers (Académie Américaine des Avocats Matrimoniaux), les deux tiers des 350 avocats participant à la rencontre ont affirmé que l’Internet jouait un rôle prépondérant dans les divorces des dernières années.  L’intérêt excessif pour la pornographie étant impliqué dans plus de la moitié de ces cas, alors que la pornographie jouait un rôle presque inexistant dans les divorces survenus neuf ou dix ans auparavant. (Source: divorcewizards.com)  Ce ne sont pas ici les élucubrations d’un chrétien déconnecté de la réalité, mais les faits réels et vérifiables.  C’est un très minime aperçu du drame qui se produit à l’échelle mondiale dans les familles qui sont contaminées par ce poison, créant la dissolution de la cellule familiale et projetant des millions et des millions d’enfants dans un univers psychologique dysfonctionnel qui les amènera à répéter le même cycle destructeur et à transmettre cette mort latente aux générations futures.

Comme dans toutes les sphères de la vie, désobéir à Dieu et aimer le péché peut sembler à priori une option excitante et pleine de promesses car le tentateur prend toujours soin de dissimuler la mort qui se trouve derrière le leurre.    La pornographie peut sembler légitime et positive pour l’esprit charnel.  Elle peut sembler répondre à un besoin naturel et même paraître comme un trophée en l’honneur de l’émancipation sexuelle moderne.  Mais dans les faits, elle est absolument détestable.    Le salaire de la pornographie est la mort.  Et lorsqu’elle entre sous le toit familial et s’attaque à l’institution sacrée du mariage, son effet destructeur est décuplé.

Nous verrons donc au cours des prochains articles de quelle façon la pornographie détruit le couple.  Je compte démontrer qu’elle ne correspond pas au portrait que les sexologues aiment dépeindre d’elle.  Elle n’est pas un ajout servant à pimenter la vie sexuelle du couple.  Elle est une abomination.  Elle est détestée de Dieu.  Même lorsque la pornographie n’est pas consommée de façon obsessive-compulsive, même lorsqu’elle semble être utilisée avec modération et avec un plein consentement réciproque, elle demeure un péché.  Et le péché n’a jamais apporté quoi que ce soit de bon à l’homme.  Il n’est synonyme que de souffrances.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s