Les effets destructeurs de la pornographie sur le couple (4 de 4)

psg 2012-05-09

La contamination de l’acte sexuel

Lorsque l’homme prend l’habitude de consommer de la pornographie et en devient l’esclave, les relations sexuelles avec son épouse sont inévitablement contaminées par des pensées tordues et adultères qui rendent impossible la véritable communion.  L’homme dominé par l’impureté sexuelle perd progressivement l’aptitude à être pleinement dans le moment présent puisque son esprit est englouti par les images, souvenirs et fantasmes sexuels qui s’interposent entre lui et sa femme.  L’homme qui est asservi par les fantasmes n’arrive plus à faire l’amour, il ne se sert plus du corps de sa partenaire pour se stimuler lui-même pendant qu’il s’abandonne à ses rêveries coupables.  Le corps de sa femme n’est plus un temple sacré dont il prend soin avec tendresse et affection, mais un objet de son plaisir égoïste.

Si cette dynamique malsaine prive l’homme d’une vie sexuelle véritablement épanouissante, la personne qui en souffre le plus sera naturellement celle qui partage sa vie.  Lorsque la femme est consciente que son époux n’est pas réellement présent, que ses mouvements sont purement mécaniques, que son regard est fixé au-delà du siens, perdu dans une imagerie mentale adultère, il ne peut en résulter qu’un profond sentiment d’abandon et d’aliénation.  Lorsque l’acte qui représente l’ultime rapprochement devient l’expression de l’ultime solitude, alors les fondements du couple s’en retrouvent à chaque fois ébranlés.

La pornographie amènera l’homme ou bien à tenter de reproduire dans le lit conjugal ce qu’il a vu à l’écran, ou à se dissocier carrément de l’acte sexuel pour plonger dans son univers imaginaire.  Dans les deux cas, l’amour n’est plus au rendez-vous car l’homme fait de son propre plaisir le centre gravitationnel de la relation.  Il ne se préoccupe pas du plaisir de sa partenaire, il n’est pas animé par le désir de lui faire sentir combien elle est belle et attirante.  Il ne fait plus que reproduire le modèle moral des acteurs porno, un modèle dépourvu de la dignité, de l’honneur et du don de soi qui devraient imprégner la sexualité chrétienne.

Comme nous l’avons mentionné plus tôt dans cette série d’articles, le mandat de l’homme est entre autres de nourrir sa femme d’un amour authentique qui lui confirme sa beauté et sa valeur.  Il est appelé à être l’instrument de l’amour de Dieu, à témoigner par sa fidélité qu’elle est la reine de son coeur.  La pornographie saccage complètement ce plan divin en transformant l’homme en un garçonnet immature qui ne cherche qu’à recevoir plutôt qu’à donner.

Tout cela est d’une ironie frappante.  Car l’homme esclave de la pornographie s’est plût pendant une grande partie de sa vie à s’imaginer comme le héros d’innombrables scènes de sexe torrides.  Un Don Juan devant lequel toutes les demoiselles fondent de désir.  Mais au-delà du rêve, lorsque le héros se retrouve dans le lit avec une vraie femme, il démontre qu’il est inadéquat, qu’il est incapable d’établir un lien d’intimité réel.  Peut-être même qu’il sera incapable de maintenir une érection sans avoir recours aux fantasmes.  Car il en est toujours ainsi du péché.  Le diable séduit avec de grandes promesses.  Il offre d’étaler le monde à nos pieds et de faire de nous des dieux.  Mais lorsque la lumière de la vérité dissipe les mirages, nous réalisons que non seulement nous n’avons rien gagné de valable, mais que nous avons tout perdu.  Désobéir à Dieu est toujours une décision qui tourne à notre désavantage.  Car ses commandements sont vérité et vie.

Que le mariage soit honoré de tous, et le lit conjugal exempt de souillure, car Dieu jugera les impudiques et les adultères. (Hébreux 13:4)

Pour l’homme qui est esclave de ce monde, une telle exhortation sera traitée avec mépris.  Car souiller le lit conjugal est pour lui un mode de vie et peut-être même une fierté.  Certains hommes s’appliquent à transformer le lit conjugal en scène pornographique.  Ils insistent auprès de leur femme pour qu’elle se plie à leurs fantasmes, allant jusqu’à la manipuler afin d’obtenir ce qu’ils désirent.  Certains iront même jusqu’à photographier ou filmer l’intimité de leur couple et partager ces images sur Internet.  Ils déshonorent ainsi leur mariage et y prennent plaisir, inconscients que cette recherche des plaisirs fugitifs ruine leur couple et les place en situation de très grave jugement face à Dieu.

Le disciple de Jésus Christ n’imite pas le monde à ce chapitre mais il reconnaît le caractère sacré de l’acte sexuel.  Il s’applique à se donner entièrement et exclusivement à l’autre tout en faisant passer ses propres désirs au second plan.  Et paradoxalement, en cherchant ainsi à combler les besoins de l’autre sans penser à lui-même, il expérimente la quintessence de la véritable intimité.  Libéré de l’obsession de lui-même, il entre sans retenue dans l’acte sexuel et s’y abandonne dans la joie, goûtant ainsi à un degré d’amour et de proximité que l’homme charnel ne pourra jamais expérimenter.  En renonçant aux pensées adultères et au désir de projeter ses fantasmes sur sa bien-aimée, il peut se consacrer entièrement à celle qu’il aime, et lui témoigner toute l’attention qu’elle mérite, ce qui permet à cette dernière de s’épanouir et d’être nourrie à chaque jour par cet amour pur et divin.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s