Vaincre la chair par l’esprit (1 de 2)

psg 2013-05-28La plupart de ceux qui sont aux prises avec un problème d’impureté sexuelle, notamment dans le domaine de la pornographie ou de la masturbation, arrivent à se priver pour quelques jours.  Ainsi, chaque bonne résolution est suivie d’un certain laps de temps où il y a apparence de victoire sur le péché. Mais tôt ou tard, la chair devient agitée et ne semble plus trouver de repos.  Par conséquent, nous éprouvons des envies grandissantes de neutraliser ce sentiment inconfortable.  Le sexe devient alors une option envisageable, mais nous pouvons aussi tenter de palier à ces désirs en compulsant dans d’autres domaines.  On peut se gaver de nourriture, se tourner vers l’alcool ou la drogue, se perdre dans le divertissement ou avoir recours à toute autre forme de satisfaction charnelle.  Généralement, ces alternatives nous « soutiendront » pendant quelques jours de plus.  Mais la sexualité compulsive étant notre compagne et notre idole depuis si longtemps, nous finissons par nous trouver à nouveau à ses pieds et à nous offrir en sacrifice en échange de l’assouvissement de ce désir consumant qui nous habite.

En observant notre comportement, la plupart des gens en viendraient à la conclusion que le sexe est un gros problème pour nous.  Mais en vérité, le sexe n’est pas le problème.  Il est le symptôme d’un problème beaucoup plus profond.  L’homme qui cherche à s’affranchir du sexe compulsif sans comprendre ce problème profond perdra son temps, ses énergies et ses espoirs en essuyant des échecs à répétition.  Tout ce qu’il fera, ce sera de se lancer encore et encore dans le combat pour la pureté, les dents et les poings serrés, en espérant tenir plus longtemps que la fois précédente.

L’inconfort que nous ressentons pendant le sevrage indique que quelque chose en nous n’arrive pas à se soumettre, ni à la volonté de Dieu ni à notre propre volonté.  Il s’agit de notre chair.  Cette partie de nous ne peut se soumettre car elle est déjà esclaves d’un maître, qui est la loi du péché qui habite en elle.  Cet esclavage n’est pas manifeste 24 heures par jour.  Même un esclave peut jouir d’un minimum de liberté à l’intérieur des limites établies par son maître.  De même, vous pouvez passer une semaine sans ressentir la moindre tension sexuelle.  Mais lorsque vous arrivez au bout de votre chaîne, vous réalisez que votre liberté n’était qu’un moment de répit.  Vos chaînes vous ramènent à la réalité de votre impuissance.  Vous avez alors deux options: Tenter votre chance une autre fois et espérer que cette fois, aucune chaîne ne vous retiendra.  Ou réaliser que votre premier problème n’est pas la chaîne mais votre condition-même d’esclave.

La souffrance intérieure que nous ressentons lors du sevrage vient de la chair qui commence à taper du pied.  C’est comme si votre maître, en constatant que vous ne répondez pas à son appel, commence à s’impatienter.  Il ne tolère pas la dissidence car depuis des années, il s’est habitué à votre fidèle soumission.  Si vous persistez à tenir bon, le déchirement intérieur s’accentue.  Vous pouvez devenir irritable, impatient, colérique, triste.  Et la tension sexuelle s’accroît en vous.  L’ennemi profitera généralement de ces moments pour vous dire quelque chose comme:

« A quoi bon lutter contre ta nature?  Ne dit-on pas dans le monde qu’il est malsain de lutter contre ce qui est naturel?  Plein de gens consomment de la pornographie et se masturbent.  Ils ne sont pas malheureux pour autant.  Ils font même des blagues à ce sujet à la télé.  Pourquoi t’imposer une telle discipline?   Tu vois bien que tu ne fais qu’empirer ton état.  Ton désir sexuel tourne à l’obsession.  Alors que si tu te masturbes, tu te sentiras beaucoup mieux.  Dieu comprend et il te pardonnera, comme il l’a toujours fait… »

Et bla bla bla.  Nous pourrions continuer ainsi pendant longtemps, car les esprits d’impureté ont  de l’expérience dans le domaine de la tentation et leur liste d’arguments est inépuisable.  Ils n’hésiteront pas à utiliser même des versets bibliques, comme le diable l’a fait avec Jésus dans le désert, afin de vous convaincre de capituler.  Et puisque vous êtes faible, vulnérable émotionnellement, épuisé par le combat, et loin de votre zone de confort et de retraite habituelle, la rechute devient la réponse la plus séduisante.  Vous savez que vous ne devez pas le faire.  Vous voulez tenir bon.  Vous savez que vous désobéirez à Dieu et décevrez peut-être des gens autour de vous.  Mais à ce moment précis du combat, tout ce qui vous importe est de vous soustraire aux tirs ennemis, aux assauts de votre chair, du diable et du monde.  Vous décidez alors d’abandonner et de remettre à plus tard le combat.  Et c’est de cette façon que beaucoup d’entre nous avons vécu sous cette tyrannie pendant 5, 10, 20, 50 ans!  Nous gaspillons littéralement la seule vie que nous avons sur terre, sous l’oppression d’une nature charnelle qui fait encore et encore mille promesses et qui nous laisse pourtant défaits, dépressifs, abattus et remplis de haine envers nous-mêmes.

La bonne nouvelle est que cet état n’est pas inexorable.  Peu importe depuis combien de temps nous acceptons cet esclavage, nous avons tous, sans exception, accès à la victoire promise par Jésus Christ.  Et surtout, ne dites pas en ce moment: « Oh, ce sont de belles paroles mais ma propre situation est désespérée. »   Sachez que le jour où vos problèmes seront plus forts que le bras puissant de l’Éternel des armées, vous pourrez songer à postuler pour le trône de Dieu.  Mais ce jour n’arrivera jamais car RIEN n’est trop désespéré pour Dieu.  Il prend même plaisir et se glorifie en transformant des situations qui, à nos yeux, semblent nous condamner à la défaite et à la destruction.  Que votre dépendance ne touche que de l’érotisme ou qu’elle vous ait aspiré dans un gouffre de perversion, d’homosexualité, de pédophilie, de prostitution et j’en passe… RIEN n’est trop désespéré pour Dieu.  Et PERSONNE n’a atteint un point de non-retour où Dieu juge que vous n’avez plus droit à aucune chance.  Si vous lisez cet article en ce moment, c’est que Dieu, dans sa parfaite souveraineté, fait battre encore votre coeur.  Et s’il le fait battre encore, c’est qu’il désire que ce coeur se tourne vers Lui et fasse de Lui son seul et unique Dieu, qu’il aimera de toutes ses forces.

Mais comment faire, puisque nous avons été confrontés si souvent à l’échec?  Comment croire que la prochaine fois sera la bonne?  Naturellement, ce n’est pas en répétant le même scénario que dans les années passées que nous y arriverons.  Une phrase qui circule depuis plusieurs années et qui demeure vraie, dit que la définition de la folie est de répéter toujours la même chose en espérant obtenir un résultat différent.  Il s’agit en effet d’une forme de folie… peut-être pas au sens clinique, mais tout de même… vous verrez rarement des animaux, par exemple, s’entêter à répéter un comportement qui n’apporte aucun résultat.  La nature a été créée par Dieu de sorte que les êtres vivants, même sous des formes très élémentaires, assimilent des expériences et modifient leurs comportements en conséquence, ce qui est un principe tout à fait compréhensible et logique de la survie des espèces.  Mais l’homme, à cause de sa constitution spirituelle et de sa faculté de raisonnement, est susceptible de contrecarrer ce mécanisme naturel et de répéter sans cesse des comportements destructeurs, tout en cherchant à utiliser à répétition des méthodes qui ne fonctionnent pas.  C’est à ce moment qu’on réalise que l’intelligence qui nous a été donnée peut facilement jouer en notre défaveur si nous n’avons jamais appris ou désiré nous ancrer solidement en Dieu et nous diriger selon sa Parole.  Ainsi, notre intelligence est assujettie non pas à la vérité et à la sagesse, mais aux caprices de la chair, aux émotions, aux blessures passées, aux peurs, etc.  Elle est donc tordue, enlisée et incapable de fournir les clés de la libération.  Notre combat ne peut donc reposer sur notre nature humaine.  Il doit être abordé d’une façon spirituelle.

Dans le prochain article, nous établirons clairement et de façon biblique pour quelles raisons tous nos combats entrepris de nos propres forces sont voués à l’échec et de quelle façon nous pouvons concrètement lutter à partir de l’esprit et ainsi briser le cycle aliénant de la dépendance.

Que Dieu vous garde et vous remplisse de sagesse.  Amen!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s