Vaincre la chair par l’esprit (2 de 2)

psg 2013-05-29

Alors quel est donc le problème avec notre chair? Pourquoi nos efforts humains ne nous permettent-ils pas de nous affranchir? Et pourquoi aurions-nous absolument besoin de Dieu alors que bien des gens n’ont pas la foi et arrivent à se débarrasser de leurs problèmes compulsifs?

On ne peut nier que l’homme possède beaucoup de pouvoir en lui-même. Dieu n’a pas fait de nous des amibes sans substance. Il nous a fait à son image et malgré la chute originelle, nous détenons toujours une certaine puissance qui nous permet de croître, de progresser, de vaincre des obstacles. L’homme est donc puissant. Mais il n’est pas TOUT-PUISSANT. Il n’est pas invincible. Et il n’est certainement pas parfait. Si bien qu’il arrive un moment dans la vie d’un homme où surgit un obstacle qui le dépasse. Une montagne infranchissable qui le remet à sa place. La dépendance à la pornographie ou à la masturbation peut être un de ces obstacles. Et un nombre accablant d’hommes modernes sont aux prises avec ce problème. Certains s’en sortent, c’est vrai. Et c’est tant mieux pour eux. Mais pour nous, les approches humaines et la psychologie semblent sans effet. Et il semble que rien ni personne n’arrive à nous aider. Même nos convictions religieuses et notre foi en Dieu semblent impuissants devant ce Goliath.

Notre problème est que nous avons rencontré un ennemi plus fort que nous. Nous sommes tout simplement incapables de développer la force nécessaire pour terrasser cet ennemi. Notre histoire personnelle nous le prouve cruellement. Mais nous persistons à entrer dans l’arène avec l’espoir d’y arriver. Nous pensons qu’avec un peu plus de conviction, de volonté, de motivation ou même de mortification ou de piété, nous arriverons à vaincre. Mais nous courons vers l’échec. Car nous nous entêtons à combattre avec notre chair. Alors que les armes du chrétien sont spirituelles.

Lorsque je parle de la chair, je parle en termes bibliques. La chair n’est pas le corps à proprement parler. La chair dont la Bible parle est la partie déchue de l’homme, la partie qui, malgré notre conversion, demeure liée par la loi du péché. Cette partie se manifeste en partie à travers notre corps, par les désirs et les pulsions diverses (car nous n’avons pas encore reçus nos corps glorieux) mais elle se manifeste aussi et surtout au niveau des pensées et des émotions.  Cette chair, donc, n’a pas été affectée directement par notre nouvelle naissance. En d’autres termes, le jour où vous avez confessé vos péchés à Christ et que vous lui avez remis votre vie, c’est votre esprit qui a été régénéré. Vous avez reçu un coeur et un esprit nouveau. Mais une partie humaine de vous – la chair – a déclaré à ce moment: « Désolé, mais moi je ne marche pas. Je ne me soumettrai pas à ce Dieu que tu professes. » À partir du moment de votre conversion, une guerre a donc été officiellement déclarée. D’un côté, votre esprit et celui de Dieu (donc, la majorité) et d’un autre côté votre chair, qui marche en accord avec le système du monde et le diable qui gouverne ce système.

Une des erreurs est de croire que nous sommes en guerre contre notre corps. Mais le corps est un champ de bataille plus qu’un ennemi. Le corps, de lui-même, n’a pas de volonté propre. Il obéit plus qu’il ne commande. Le véritable ennemi est l’esprit du monde, la loi du péché, qui demeurent actifs en nous-mêmes et autour de nous. Le combat n’est pas entre l’âme et le corps, comme beaucoup de système religieux l’enseignent, mais entre l’esprit régénéré et la chair qui ne se soumet pas aux lois de Dieu. Et cette chair, cette partie non régénérée, est active autant dans le corps que dans les pensées et les émotions. C’est ce qui explique la dualité en nous, une dualité que nos proches arrivent difficilement à s’expliquer. Une conjointe blessée par la dépendance de son mari lui demandera: « Ne veux-tu donc pas t’en sortir? ». Et l’homme répondra habituellement par l’affirmative. Et c’est souvent le cas. Et ce désir, cette volonté, cette intention qui est en accord avec les lois de Dieu, relève généralement de l’esprit régénéré. Mais simultanément, la loi du péché s’exprime à travers les émotions, les pensées et le corps. C’est comme si nous avions deux personnalités. L’une qui aime Dieu et désire lui obéir. Et une autre qui déteste Dieu et aime le péché. Cette dualité est déchirante et peut affecter considérablement notre santé mentale et physique.  Et elle est naturellement désastreuse pour le couple.

Le sevrage est donc une guerre interne. Lorsque nous décidons avec fermeté de vivre dans la pureté, nous mettons de l’avant l’esprit en nous. Mais la chair ne tarde pas à exprimer sa rébellion. Après quelques jours (ou dans certains cas quelques heures), elle réclame le péché dont elle se nourrit. L’erreur est de répondre à ces envies en excitant en nous-mêmes les pensées et émotions contraires au péché. Nous cherchons la motivation nécessaire pour vaincre. Mais habituellement, nous travaillons à partir de la chair, ce qui est absurde. Nous essayons de faire en sorte qu’elle se soumette à Dieu… ce qui est l’équivalent de vouloir transformer une ombre en lumière. La chair ne veut pas ET NE PEUT PAS se soumettre à Dieu:

…l’affection de la chair, c’est la mort, tandis que l’affection de l’esprit, c’est la vie et la paix ; car l’affection de la chair est inimitié contre Dieu, parce qu’elle ne se soumet pas à la loi de Dieu, et qu’elle ne le peut même pas… (Romains 8.6-7)

Les mots de ce passage sont importants et précieux.  On y dit que la chair NE PEUT MÊME PAS se soumettre à la loi de Dieu.  C’est une impossibilité car la chair recherche le péché, la mort et la destruction.  Lorsque vous vous motivez à ne pas rechuter, vous travaillez pourtant de façon charnelle.  Vos intentions sont louables mais vous sollicitez une partie de vous qui est en fait contre vous.  C’est pour cette raison que tous ceux qui entreprennent un sevrage ont l’impression que leurs efforts sont contre nature.  Et c’est pourquoi le monde dit que la masturbation, le goût pour la pornographie, la convoitise, l’infidélité… sont des penchants NATURELS de l’homme et qu’il est ridicule de combattre ces tendances.  Et dans un sens, le monde a raison.  Car ces penchants sont propres à la chair.  La chair VEUT pécher.  Elle n’a même pas le germe d’un début de désir de plaire à Dieu.  Car l’intention secrète et fondamentale de la chair est d’être elle-même Dieu.  Elle veut que tout soit centré et organisé en fonction d’elle.  Elle veut être le nombril de l’univers.  Dieu est donc pour elle le méchant, l’ennemi, l’empêcheur de tourner en rond, l’autorité haïssable qui l’empêche de vivre sa vie à sa façon et d’exercer son règne et sa tyrannie.   Tous ceux qui tentent donc de vaincre cette partie de leur nature humaine en utilisant des moyens humains se condamnent à échouer.  C’est pourquoi il est presque cruel de demander à un homme de vivre dans la pureté s’il n’opère pas selon l’esprit.  Car on lui demande des pensées et des actions contre nature.  Et c’est impossible.  Et c’est pourquoi dans le monde et même souvent dans les églises, on prend le sujet de la pureté avec un grain de sel car on sait bien que nous sommes des hommes et que les hommes sont ainsi.

Le problème ici est un problème d’identité.  Le chrétien s’identifie à sa chair.  Il croit que ces désirs viennent de LUI.  C’est vrai pour un païen car le païen n’a pas reçu le don de la vie éternelle.  Son esprit est mort.  Jésus considérait d’ailleurs les gens sans foi comme étant morts (Luc 9.60 et Matthieu 8.22)  Ce n’est pas une figure de style mais une tragique réalité.  L’homme sans Dieu n’est qu’un organisme vivant et tout ce qu’il a – et donc tout ce à quoi il peut s’identifier – est sa chair, sa nature humaine… car son essence divine est comme inexistante, son esprit est mort en lui.  Il est donc condamné à vivre selon la chair et à obéir à ses désirs.  L’humanité se voit d’ailleurs elle-même sous cet angle.  Les gens se croient descendants du singe.  Ils croient n’être que des mammifères.

Le chrétien qui s’identifie à sa chair se trouve dans le même pétrin que le païen car il cherche à vaincre la chair par la chair.  Il se motive, prends des résolutions, fait des promesses à l’être aimé et à Dieu, écoute des enseignements, lit des livres ou des blogs comme celui-ci et agite les poings comme un lutteur enragé.  Mais il peut très bien, dans la minute qui suit, se retrouver assis devant son écran, à chercher frénétiquement des vidéos pornographiques.  Que s’est-il donc passé entre la résolution et la compulsion?  Rien en fait.  La résolution était appuyée sur une volonté humaine, un effort charnel en vue d’être une meilleure personne.  L’esprit, l’homme intérieur n’a pas été sollicité.  Et Dieu non plus.  « Oui mais j’ai pourtant prié! » direz-vous.  D’accord, peut-être.  Mais au moment ou vous avez eu une pensée pour Dieu, vous étiez déjà vendu à l’idée de rechuter.  Vous aviez préparé mentalement ce moment.  Votre chair était fin prête pour s’envoyer en l’air.  Votre prière tenait plus de la formalité religieuse que d’un cri profond de l’esprit vers le Père.  Il était déjà trop tard pour jouer aux personnes spirituelles.  Le véritable combat devait être préparé bien à l’avance, par une vie diamétralement différente de celle que vous avez mené jusqu’ici.  Et on parle ici de la vie selon l’esprit.  La vie selon l’esprit n’est pas quelque chose qu’on active au besoin à l’aide de l’interrupteur de la prière.  Il s’agit d’un investissement complet de votre esprit et de votre vie dans une relation honnête et continuelle avec Dieu.  Et c’est probablement là que l’échec s’explique.

En conclusion, nous verrons dans la série d’articles prochains de quelle façon nous pouvons vivre selon l’esprit.  Car vous avez probablement lu le passage: « Marchez selon l’Esprit, et vous n’accomplirez pas les désirs de la chair » (Galates 5.16)… mais comment vit-on exactement selon l’esprit?  À quoi ressemble l’état d’esprit et la réalité quotidienne d’un chrétien qui vit non pas selon la chair mais selon l’esprit?  Je ne prétends pas pouvoir apporter une réponse complète à cette question car je suis moi-même comme vous: en apprentissage.  J’écris peut-être avec habileté mais je n’ai pas d’auréole au-dessus de la tête et si vous me rencontrez un jour, vous ne serez pas terrassé par la présence de Dieu en moi.  Je suis simplement votre frère et votre compagnon de combat et je tenterai de vous partager ce que j’ai appris au fil du temps.   Que Dieu vous garde!

Une réflexion sur “Vaincre la chair par l’esprit (2 de 2)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s