5- De la pornographie à la corruption de la féminité

psg 2013-09-26Le féminisme a fait beaucoup de travail en quelques décennies pour que la femme soit reconnue socialement, qu’elle cesse d’être considérée comme un sous-humain par certains et qu’elle puisse jouir des mêmes droits fondamentaux que l’homme. Ce mouvement a eu des effets positifs indéniables car il a contrecarré plusieurs injustices et abus que la femme subissait au quotidien. Toutefois, comme tout mouvement initié par la sagesse humaine plutôt que par l’Esprit de Dieu, le féminisme comporte des failles qui exposent les nouvelles générations de jeunes femmes à d’autres formes d’abus et de dégradation qui n’existaient pas auparavant.

Le problème du féminisme est qu’il définit la femme en fonction de sa reconnaissance sociale, de sa réussite professionnelle, de son indépendance et de son pouvoir personnel. Il ne s’attarde que très peu à la vertu, au caractère et à la profondeur spirituelle, alors que ce sont ces dimensions qui importent le plus. Au fond, le féminisme est, dans bien des cas, une version sophistiquée de la dépendance affective: la femme cherche l’approbation dans le regard d’un spectateur, plutôt que de découvrir sa véritable identité en Dieu et d’opérer à partir de cette identité. Jusqu’à récemment, cette recherche d’approbation passait surtout par la réussite professionnelle. Une femme carriériste ou très active socialement était l’ultime symbole de la réussite et de la féminité, ce qui a donné naissance à de grands noms, à des femmes qui ont marqué l’Histoire. Mais au fil du temps, les règles ont changé. La « libération sexuelle » de la société a entraîné un intérêt grandissant pour le sexe, si bien que de plus en plus, la femme n’obtient plus la reconnaissance sociale par sa réussite mais par son sex-appeal.

Observez et interrogez les jeunes écolières qui n’ont pas même atteint l’âge de la puberté et tentez de trouver si le féminisme des 40 dernières années leur a donné une identité solide et un caractère fort. En vérité, vous ne trouverez qu’une tragique soif de plaire. Et la société étant hyper-sexualisée, plaire ne signifie pas autre chose qu’être sexy. Ironiquement, même les magazines destinés aux fillettes ou aux femmes, qui sont souvent dirigés par des éditrices et rédactrices élevées avec des idées féministes, propagent cette vision superficielle et réductrice de la femme. Si vous croisez du regard ces magazines dans les kiosques, vous trouverez que les deux thèmes parmi les plus récurrents sont la beauté et le sexe. Si des magazines comme Elle Québec faisaient la promotion du caractère et de la vertu, je serais sans doute intéressé à abonner mes deux adolescentes. Mais hélas…

L’effet de la pornographie sur l’identité de la femme

La propagation mondiale de la pornographie, particulièrement depuis l’ère d’Internet, a sérieusement envenimé les choses. Chez la femme, le désir de séduire n’a évidemment rien de nouveau. Mais la pornographie a redéfinit l’idée de la séduction. Il ne suffit plus pour la femme d’avoir de beaux yeux ou une longue chevelure scintillante pour se faire remarquer. La femme doit montrer (ou du moins laisser croire) qu’elle peut rivaliser avec les porno stars.

Si vous êtes une femme et que vous ne ressentez pas ce besoin, je comprends et je ne doute pas de votre parole. Mais considérez les nouvelles générations et la culture dans laquelle les jeunes filles grandissent. Récemment, la chanteuse Miley Cyrus (alias Hannah Montana) a créé un énorme tapage médiatique en offrant une performance carrément pornographique devant un auditoire de tous âges, lors du MTV Video Music Awards 2013. Sa prestation a créé un déluge record de commentaires sur Twitter.  Ces commentaires était en grande proportion négatifs mais le but était atteint: se faire remarquer. Et les millions de jeunes fans qui ont été témoins de cet événement ont pigé le message: Si vous voulez sortir de l’anonymat et être reconnue, vous devez montrer votre corps. Que vous soyez vertueuse ou que vous obteniez de bons résultats scolaires, le monde s’en moque. Mais si vous êtes osée, on vous remarquera et vous obtiendrez « l’amour » que vous n’avez peut-être jamais reçu.

Nous voyons que tous les éléments sont en place pour mener au désastre émotionnel et spirituel. Nous avons d’une part la femme qui abandonne son rôle biblique de veiller sur ses enfants, afin de poursuivre une vie professionnelle qui la valorisera aux yeux de la société; nous avons d’autre part l’homme immature et dépourvu de caractère qui ne s’investit pas dans ses enfants mais plutôt dans ses petites passions personnelles; puis nous avons la fillette, laissée à elle-même, qui est désespérée de recevoir l’affection et le soutien de ses parents, d’être dirigée selon des valeurs morales solides, mais qui n’a pour référence que les amis et les médias. Elle voit alors à la télé les stars de l’heure, les Miley Cyrus, Shakira, Beyonce, Lady Gaga, Madonna, Britney Spears et autres, elle contemple la vénération que ces stars reçoivent du monde entier et elles se disent: Moi aussi, je veux être comme elles!!! Ce scénario est évidemment une généralisation, mais c’est ce qui arrive en ce moment dans des millions et des millions de foyers. Et ce désastre affaiblit les fondements-même de la famille et donc de la société. Il ne s’agit pas d’une dramatisation venant d’un fanatique religieux, mais d’un fait objectif et observable qui inquiète même de plus en plus de psychologues.

Que dit la Parole de Dieu sur l’identité féminine? Un des passages les plus connus et aussi les plus inspirants est celui que nous retrouvons dans le livre des proverbes, qui dresse un portrait de la femme selon le plan de Dieu:

Qui peut trouver une femme vertueuse? Elle a bien plus de valeur que les perles. Le coeur de son mari a confiance en elle, Et les produits ne lui feront pas défaut. Elle lui fait du bien, et non du mal, Tous les jours de sa vie.

Elle se procure de la laine et du lin, Et travaille d’une main joyeuse. Elle est comme un navire marchand, Elle amène son pain de loin. Elle se lève lorsqu’il est encore nuit, Et elle donne la nourriture à sa maison Et la tâche à ses servantes. Elle pense à un champ, et elle l’acquiert; Du fruit de son travail elle plante une vigne. Elle ceint de force ses reins, Et elle affermit ses bras. Elle sent que ce qu’elle gagne est bon; Sa lampe ne s’éteint point pendant la nuit.

Elle met la main à la quenouille, Et ses doigts tiennent le fuseau. Elle tend la main au malheureux, Elle tend la main à l’indigent. Elle ne craint pas la neige pour sa maison, Car toute sa maison est vêtue de cramoisi. Elle se fait des couvertures, Elle a des vêtements de fin lin et de pourpre.

Son mari est considéré aux portes, Lorsqu’il siège avec les anciens du pays. Elle fait des chemises, et les vend, Et elle livre des ceintures au marchand. Elle est revêtue de force et de gloire, Et elle se rit de l’avenir.

Elle ouvre la bouche avec sagesse, Et des instructions aimables sont sur sa langue. Elle veille sur ce qui se passe dans sa maison, Et elle ne mange pas le pain de paresse. Ses fils se lèvent, et la disent heureuse; Son mari se lève, et lui donne des louanges:

Plusieurs filles ont une conduite vertueuse; Mais toi, tu les surpasses toutes. La grâce est trompeuse, et la beauté est vaine; La femme qui craint l’Éternel est celle qui sera louée. Récompensez-la du fruit de son travail, Et qu’aux portes ses oeuvres la louent. (Proverbes 31.10-31)

En comparant ce portrait saisissant de la femme avec le standard de la société, nous réalisons à quel point nous nous éloignons de plus en plus collectivement de la vérité. Et la femme est la première victime de cette situation. Nous entendons parler sans arrêt de la femme-objet, mais nous ne réalisons pas à quel point la transformation de la femme en tant qu’objet est une tragédie qui porte atteinte directement à la gloire de Dieu. Lorsque nous utilisons, ne serait-ce qu’en pensées, une créature façonnée par Dieu et destinée à la gloire éternelle, pour la transformer en objet de satisfaction personnelle, nous commettons un péché grave. Un péché qui viole les deux commandements fondamentaux donnés par Jésus: L’amour de Dieu et l’amour du prochain. Et notre société se vautre sans remords dans ce péché, attirant sur elle le jugement et la colère de Dieu.

En tant qu’hommes, nous avons le devoir de ne pas nourrir ce système satanique. Car le moindre clic de souris sur un lien pornographique est une approbation implicite de ce système. Nous justifions la dégradation de la féminité afin de nourrir notre propre corruption. Nous injectons dans ce système du temps et de l’argent, pour le plus grand plaisir de Satan, qui a besoin de ces ressources pour propager son souffle de destruction sur la planète. L’homme de Dieu n’encourage pas l’impudeur mais entoure la femme d’honneur et de révérence. Il encourage et souligne la vertu plutôt que la sensualité. Il regarde la femme comme une personne digne et égale à lui et lui témoigne le respect qui lui est dû.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s