6- De la pornographie à la criminalité (partie 1)

psg 2013-10-10

En introduction du présent sujet, j’aimerais vous partager dans un premier temps l’extrait d’une entrevue que j’ai entendu il y a quelques années à l’émission de radio Family Life Today.  L’invité était Gary Haugen, fondateur et président de International Justice Mission, une oeuvre dédiée à secourir les victimes de l’esclavage, de l’exploitation sexuelle et d’autres formes d’oppressions violentes.  L’entrevue était dirigée par Dennis Rainey et Bob Lepine.  Je vous traduit ici l’extrait le plus important.  Dans le prochain article, nous pourrons ensuite approfondir le sujet  et établir le lien entre la progression de la pornographie et de la criminalité:

_______

Extrait de l’entrevue Upholding Justice du 27 novembre 2008:

« DENNIS: Nous avons discuté de ton livre, « Terrify no more » (La fin de la terreur), et ce livre est rédigé autour de l’histoire d’une petite communauté du Cambodge, située à une dizaine de kilomètres de Phnom Penh, c’est exact?

GARY: C’est exact.  C’est un petit village du nom de Svay Pak que j’ai vu la première fois après avoir fait un tour de motocyclette à l’extérieur de Phnom Penh et après avoir traversé plusieurs petits villages typiques des pays en voie de développement, constitués de plusieurs cabanes longeant une unique route de terre.  Ce qui était plutôt particulier avec ce village, c’est que de chaque côté, il n’y avait rien d’autre que des bordels.  Ça avait l’apparence de n’importe quel façade de commerce que vous trouvez dans les pays en voie de développement, à l’exception des barreaux de fer sur le devant.  Et à l’extérieur de ces barreaux de fer s’entassaient des tas de jeunes femmes et d’enfants qui était à vendre pour procurer du sexe aux clients.  Alors vous longez la rue…

DENNIS: OK, alors tu longes la rue en passant devant de jeunes enfants qui sont en fait des prostituées?

GARY: En fait, les plus jeunes enfants sont dans les chambres arrières.  Alors ce que vous voyez en longeant la rue , ce sont seulement les filles qui ont peut-être 15, 16 ou 17 ans – Bref, les plus vieilles d’entre elles.  Les plus âgées sont placées devant par les proxénètes afin d’inciter les clients à entrer à l’intérieur.  Et si vous voulez entrer dans l’un de ces bordels, vous y entrez tout simplement.  Personne ne craint d’être pris en flagrant délit ou de voir les choses tourner mal ou quoi que ce soit du genre.  Vous entrez tout simplement et on vous présente des tas de ces enfants qui sont forcés à procurer du sexe à toute personne qui a de l’argent à offrir.

DENNIS: Quand tu parles d’enfants…

GARY: Oui?

DENNIS:  De quel âge parle-t-on?

GARY: Eh bien, la plupart sont de jeunes adolescentes, alors on parle de 12, 13, 17 ans.  Mais il y a aussi des tas d’enfants dont l’âge varie de 5 à 10 ans que je pouvais violer, brutaliser, sodomiser en échange de quelques billets.  Car c’est exactement pour faire ces choses que les clients vont à cet endroit, et ces enfants endurent cela jour après jour après jour.

DENNIS:  OK, maintenant tu as fait mention des clients – Qui sont ces gens qui parcourent ces rues?  Qui sont les clients?

GARY: Dans ce village, il s’agit principalement de pédophiles étrangers et d’adeptes du tourisme sexuel qui viennent des quatre coins du monde afin d’y commettre ces crimes odieux contre les enfants.  Et ils peuvent le faire en toute impunité.

L’UNICEF nous dit qu’à chaque année, environ 1 million de nouveaux enfants sont forcés à se prostituer à travers le monde.  Alors tandis que je voyais tous ces enfants dans ce seul village, il y en avait des millions d’autres ailleurs dans le monde.

DENNIS: Tu sais, je compare ce chiffre – 1 millions de nouveaux enfants chaque année – avec d’autres données sur lesquelles je suis tombé tout récemment, lesquelles indiquent qu’il y a de 35 à 50 millions d’orphelins à travers le monde.   Dans les prochaines 5 années, ce chiffre doublera à plus de 105 millions.  Donc, ce 1 million de nouveaux enfants forcés à se prostituer risque de doubler et même de tripler car ces orphelins n’auront personne pour les protéger.

GARY: Je crois que ce que nous devons faire en ce moment est de nous tourner vers les Écritures afin de comprendre pourquoi.  La Parole de Dieu parle si souvent de la nécessité de défendre l’orphelin, du devoir de démontrer de la compassion et d’élever la voix pour l’orphelin.  Pourquoi?  Parce que non seulement l’orphelin est menacé par le risque de ne pas avoir de quoi se nourrir et être logé, ou de ne pas être en mesure de recevoir des soins médicaux – mais ce dont il a besoin avant tout est la protection.

Et l’une des façons par lesquelles l’orphelin risque de devenir une proie dans ce monde déchu est par le biais de l’abus sexuel.  Et si ces abus sont permis et que personne n’a à payer le prix pour avoir commis de telles choses envers ces enfants, les abus et les assauts sexuels envers les enfants continueront à se répandre de façon épidémique partout dans le monde.

BOB: Gary, tu te trouvais à Svay Pak, au Cambodge, parce que quelqu’un vous avait alerté sur ce qui se passait là-bas.  Tu y est allé pour constater toi-même les faits.  Une fois que tu vois ce qui s’y déroule, peux-tu aller voir les autorités et dire: « Vous devez arrêter ces gens »  Je veux dire, les gens savent certainement ce qui se passe ici… et visiblement personne n’agit.

GARY: Eh bien, c’est la réalité choquante que les américains doivent comprendre – Nous avons entendu parler la première fois du problème au Cambodge suite à des rumeurs qui étaient parvenues à nos bureaux dans le nord de la Thaïlande, selon lesquelles de petits enfants étaient vendus dans ce marché ouvert du sexe.  Alors nous avons envoyés quelques enquêteurs sur les lieux et avons constatés que c’était bel et bien réel.

Ce que nous devions faire était d’amener cette information à des autorités qui auraient la volonté de déclencher une intervention.  Une des chose que nous avons pu faire fut d’impliquer l’ambassadeur des États-Unise là-bas.  Le Congrès Américain a voté en 2000 le « Trafficking Victim’s Protection Act« , qui représente la voix et les valeurs du peuple américain dans sa volonté de se tenir aux côtés des victimes du trafic sexuel.  Cette loi dit en gros que si vous ne rencontrez pas les exigences minimales en termes de protection des enfants contre l’exploitation sexuelle, il y aura des conséquences indésirables dans vos relations avec les USA.  C’est précisément ce qui arrivait au Cambodge, alors l’ambassadeur a pris l’information détaillée que nous avions fournis aux autorités cambodgiennes – informations qui avaient déjà dégringolées au dernier échelon de leur priorité d’action – et leur a dit: « Si vous voulez traiter ce dossier en priorité et éviter de fâcheuses conséquences avec les États-Unis, vous devez prendre action contre Svay Pak et collaborer avec International Justice Mission afin de prendre les choses en main ».

Ainsi, nous avons été capables d’établir une relation solide avec la police cambodgienne, laquelle a mandaté une unité spéciale pour cette mission.  Nous avons pu ensuite rassembler beaucoup d’enfants en un même endroit.  Cela a nécessité beaucoup de travail et nous avons employé une ruse en organisant ce que les gens de Svay Pak croyaient être une partouse sexuelle à laquelle tous les occidentaux viendraient, de façon à ce que tous les enfants à vendre soient amenés dans un lieu spécifique où serait effectuée la descente.  Et juste au moment où tout cela devait prendre place, avec tous les dangers et les tensions que cela impliquait, après des mois et des mois de préparatifs, nous sommes arrivés au point critique où l’opération allait réussir ou non.  Et je crois que la seule façon d’affronter un tel moment est de demander au Dieu de justice d’être avec nous.

BOB: Et il y avait sans doute, Gary, beaucoup de tension dans cette pièce.  Vos coeurs devaient battre la chamade.  Vous marchiez sur un terrain dangereux… et si Dieu n’était pas avec vous…

DENNIS: Oui, car c’est une bataille…

BOB: « Seigneur, ne nous laisse pas partir d’ici à moins que tu ne marches avec nous »

DENNIS: Exactement.

BOB: C’était le cri des Israélites dans l’Ancien Testament et vous devez avoir prié de la même façon.

GARY: Il y avait en effet une tension incroyable.  Non seulement à cause des menaces spécifiques qui étaient inhérentes à nos opérations dans la région, mais aussi à cause des tensions incroyables qui pesaient au-dessus de ces enfants dont les visages nous étaient connus et dont nous connaissions les noms.  Nous connaissions les sévices qui leur étaient infligés et le moment était venu de voir si nous allions arriver à les secourir ou non.  Car si vous faites une première tentative et qu’elle échoue, les chances que ces enfants demeurent dans le secteur sont très très minces.

DENNIS: Gary, présente-nous deux de ces enfants que vous avez secourus.

GARY: Il y en a une parmi elles, en particulier, que je n’oublierai jamais de toute ma vie.  Elle apparaissait dans l’une des enquêtes secrètes que nous avions effectués à Svay Pak.  Grâce aux caméras cachées, nous pouvions voir sur les images sombres et granuleuses une série d’enfants qui étaient présentés à notre enquêteur, et ils semblaient être de plus en plus jeunes, comme si le proxénète tentait de trouver ce que notre enquêteur cherchait en terme d’enfant.

Au début, on lui a présenté des fillettes de 11 et 12 ans; puis une de 8 et 9 ans; la prochaine chose que nous voyons est une petite fille qui est enlevée des bras d’une fillette plus vieille et qui lui est présentée… et cette petite fille n’a que 5 ans.  Nous en sommes venus à apprendre qu’elle s’appelait Lahm, et elle faisait partie de ces enfants que nous avions pu connaître grâce aux vidéos.  Nous savions ce qui était fait aux enfants comme Lahm alors nous espérions que Lahm serait présente au jour prévu où les proxénètes devaient rassembler tous les enfants en un même lieu, afin de pouvoir les secourir par le biais de cette opération policière.

(…) J’avais dans ma poche une liste des noms de chacun de ces enfants, avec leur photo, et chaque jour, là bas au Cambodge, je priais: « Oh, Dieu, amène ces enfants ».  C’est une des choses auxquelles vous vous ouvrez, lorsque vous oeuvrez pour la justice.  Ça vous oblige à vous reposer sur la foi.  Vous dites: « Seigneur, tu es le Dieu de justice.  C’est ce que Tu dis dans ta Parole.  Et voici ces enfants qui souffrent, Seigneur, et nous sommes sur le point d’intervenir pour tenter d’apporter l’amour, la compassion et la justice auxquels tu nous appelles.  Mais si Tu n’agis pas, Seigneur, Nous serons écrasés comme des insectes. »  Et c’est ainsi que vous ouvrez votre coeur à une forme de souffrance.

BOB: Alors aviez vous- je ne sais pas – des autobus, des véhicules d’escouade, des policiers qui sont venus à Svay Pak pour encercler la ville?

GARY:  Effectivement.  Nous avions plusieurs autobus remplis d’officiers de police préparés pour la descente, et l’une des choses les plus puissantes qui sont survenues après l’intervention, c’est que nous avons été en mesure d’arrêter plusieurs des individus-clé de cette industrie.  Puis nous avons été en mesure de voir ces individus poursuivis et condamnés.  Ceci a envoyé un message très clair non seulement au village de Svay Pak mais aussi à travers toute la contrée de Phnom Penh: Il y aura désormais un prix à payer pour faire le trafic de ces enfants.

Maintenant, Svay Pak, ce petit village qui était le théâtre d’un esclavage sexuel des plus dégoûtants, voit ses bordels placardés.  Et nous avons vu les autorités faire un virage radical dans le domaine de la protection de ces enfants particulièrement vulnérables. « 

_______

Dans une entrevue plus récente, Gary Haugen a partagé avec l’auditoire de Family Life Today ce dont il a été témoin lors d’une récente visite dans le même village:

Extrait de l’entrevue The Good News About Injustice (day 2 of 2) du 12novembre 2010:

« Je viens tout juste de revenir d’une visite qui m’a totalement bouleversé car ce que j’ai vu en retournant à Svay Pak, c’est qu’il n’y a plus aucun bordel dans ces rues.  Il n’y a plus d’enfants à vendre dans la rue principale de ce village.  À la place, j’ai visité une église sur la rue principale, afin de prendre part à une assemblée vivante et tapageuse avec des centaines de citoyens et un pasteur cambodgien.

En fait, l’un des anciens bordels dans lesquels nous avions fait une descente est maintenant un centre de bienfaisance pour les enfants.  J’ai même une nièce adolescente qui y est allée afin d’oeuvrer auprès des enfants de Svay Pak et elle se trouvait à l’endroit précis qui aurait été, quelques années auparavant, le pire endroit imaginable où ma nièce aurait pu se retrouver.  Mais à la place, elle y travaille pour les enfants.

Je crois que nous voyons ici le corps de Christ (la communauté des croyants) qui intervient sur place.  En premier lieu, International Justice Mission a été capable de faire ce qui était en son pouvoir, c’est-à-dire d’aider les autorités locales à établir la loi et l’ordre dans ce village et assurer la protection des enfants.  Mais ensuite, le corps de Christ entre en scène pour combler les besoins et apporter la lumière de l’amour de Christ de tellement de façons différentes.  C’est une transformation extraordinaire dont je n’aurais jamais pu rêver…

C’est le scandale de l’Évangile: les chrétiens accourent vers les lieux obscurs pour apporter la lumière.  C’est le héros, n’est-ce-pas, qui pénètre dans un bâtiment en feu dont tout le monde sort en courant?  Je crois que c’est la puissance de l’amour de Christ.  Christ a dit que l’amour parfait triomphe de la peur. »

_______

L’extrait de cette entrevue nous permet d’avoir une idée des ravages de la pornographie dans le monde.  Ces touristes sexuels, qui déboursent quelques milliers de dollars pour prendre l’avion et aller violer des enfants de 5 ans dans des villages reculés ne sont pas nés ainsi.  Les monstres-nés n’existent pas; nous parlons plutôt ici d’un phénomène global et épidémique qui peut être relié à des causes spécifiques.  Nous parlons d’hommes venant de pays riches, élevés dans un climat moral et éthique relativement civilisé, souvent pères de famille, qui prennent la décision d’aller dans un autre pays pour y commettre des atrocités.  Et ils s’y rendent par milliers et par milliers.  Et malgré l’oeuvre extraordinaire de plusieurs chrétiens pour contrer ce fléau, le phénomène continue de prendre de l’ampleur.  Dans une conférence de Ravi Zacharias disponible sur YouTube intitulée Life’s toughest questions, Ravi fait mention d’une rencontre avec une femme oeuvrant également pour secourir les enfants victimes du traffic sexuel.  Cette femme lui faisait mention d’une fillette qui venait d’être arrachée des griffes d’un touriste sexuel… et cette fillette avait 18 mois!!!

Il serait naïf de refuser tout rapprochement entre le déluge de pornographie qui inonde le monde et ces crimes odieux qui se multiplient sans cesse et détruisent des millions de vies innocentes.  Pour qu’un homme s’abaisse à un tel niveau et agisse comme un démon, un processus doit avoir pris place en lui.  Les abuseurs existent depuis la nuit des temps… mais l’ampleur jamais vue de ce phénomène indique qu’un nouvel élément est entré en jeu afin de nourrir ce goût de la perversité et transformer des hommes normaux en brutes insensibles.  Ce nouvel élément est la pornographie.  Et c’est ce que nous tenterons de démontrer dans le prochain article.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s