Le mariage: un engagement total pour le meilleur et pour le pire (3 de 3)

PSG 2017-11-21

L’été dernier, ma femme et moi avons franchis le cap des vingt ans de mariage. Ce n’est pas un record mondial pour le moment mais c’est pour moi un cadeau du ciel inestimable, compte tenu de toutes ces unions qui font naufrage tout autour de nous. Je pourrais consacrer l’article entier à remercier Dieu pour ces deux décennies de vie commune car je suis pleinement conscient que cette réussite s’explique d’abord et avant tout par la grâce immense qui a été déversée en chacun de nous tout au long de ce parcours. Je pourrais aussi consacrer l’article entier à vanter les qualités exceptionnelles de mon épouse, sans lesquelles notre mariage ne serait plus aujourd’hui qu’une épave au fond de l’océan. Toutefois, vanter Dieu ou ma douce moitié ne sera pas de la plus grande utilité pour le lecteur alors je me permettrai plutôt de dégager dans ce qui suit deux principes bibliques essentiels pour que votre mariage puisse échapper à la destruction et puisse prospérer.  Il s’agit de principes éprouvés qui peuvent accomplir de vrais miracles.

 

1 – Ne perdez JAMAIS de vue la croix.  JAMAIS.

Si vous aimez les conseils de mariage à saveur psycho-pop, il est possible que ce premier conseil vous déçoive un peu. Pourtant, la croix de Christ est votre ultime référence et votre fondement inébranlable. La croix vous enseignera tout ce que vous devez savoir sur le mariage. Que vous voguiez sur des eaux paisibles ou que vous soyez sur le point de couler dans un océan en furie, la croix sera le phare qui vous guidera à bon port.

Ne lisez pas ce premier point en diagonale. Ne roulez pas les yeux en pensant que je me livre à un discours théologique creux qui ne peut avoir aucune application pratique dans la réalité de votre couple. La croix est source de salut.  Non seulement pour votre âme éternelle mais pour votre mariage ici bas.  Comment?

Pour comprendre, vous devez d’abord prendre conscience que l’un des plus sérieux ennemis de votre mariage est le ressentiment. Cet ennemi n’apparaît jamais au début d’une relation mais s’immisce tôt ou tard lorsque vous constatez – ô surprise inattendue – que vous avez marié une pécheresse et non un ange… ce qui est tout de même prévisible, compte tenu que vous êtes vous-même un terrible pécheur. En fait, Jésus a même dit que vous êtes méchant (Matthieu 7.11). Et comme le dit le dicton, qui se ressemble s’assemble. Il est donc vain de partir à la recherche de la femme parfaite. Si elle existait, elle ne serait pas intéressée par vous.  Bon, je sais que ce n’est pas le genre de commentaire qui contribuera à rehausser votre estime personnelle mais rien de mieux qu’une bonne dose de vérité biblique pour débuter une discussion sur le bon pied.

Le ressentiment est la forme latente de la haine et est formé de la même substance. De la même façon que le fantasme est la forme latente de l’adultère. Parce qu’il mijote sous la surface, il est facile de ne pas le voir et d’ignorer son effet destructeur.  Et pourtant, le ressentiment est bel et bien un ennemi meurtrier, tapi dans l’ombre, diffusant un lent poison qui asphyxie peu à peu le sentiment de communion, détruit l’intimité, endurcit le coeur et pave la voie à une multitude de péchés, lesquels conduisent trop souvent à la faillite complète et définitive du mariage.

J’aime beaucoup aller chercher la définition des mots. Parfois, la simple définition d’un dictionnaire peut apporter une grande lumière sur une vérité biblique.  Le Larousse en ligne définit le ressentiment ainsi:

« Fait de se souvenir avec aigreur de quelque chose ou désir de se venger d’un tort, d’une injustice. »

Wikipedia va encore plus en profondeur en abordant la cause sous-jacente:

« Sentiment d’hostilité à ce qui est identifié comme la cause d’une frustration. »

Le ressentiment est donc intimement lié à la frustration. Notre partenaire ne répond pas à nos attentes alors nous commençons à cultiver des pensées sombres et cyniques vis-à-vis l’autre. L’image idéalisée que nous nous étions formés de cette personne se désagrège au fil des mois et des années.  Mais en se désagrégeant ainsi, elle ne laisse pas place à la réalité mais à un portrait pessimiste et noirci de l’autre. Parce que nous avons laissé le ressentiment croître en nous, nous sommes désormais incapables de voir l’autre objectivement et de l’accepter et l’aimer tel qu’elle est. Pire encore, nous n’avons plus conscience de faire partie d’un couple formé de deux pécheurs dépravés. Nous entretenons plutôt cette idée plus ou moins avouée selon laquelle notre mariage irait si bien si notre partenaire était aussi merveilleuse que nous. À ce stade, notre orgueil est à son zénith. Et il danse joyeusement dans notre coeur, main dans la main avec notre ressentiment, au son d’une musique macabre qui laisse présager une triste fin pour cette union que Dieu a pourtant béni et voulu.  C’est pourquoi la Bible apporte cet avertissement:

Veillez à ce que nul ne se prive de la grâce de Dieu; à ce qu’aucune racine d’amertume, poussant des rejetons, ne produise du trouble, et que plusieurs n’en soient infectés; (Hébreux 12:15)

Il est impératif de ne jamais laisser le ressentiment et l’amertume croître en nous. Car ces sentiments produiront nécessairement des rejetons. Le ressentiment n’est pas comme un caillou qui repose inoffensivement au fond de vous. Il est une plante envahissante qui prendra sans cesse de l’expansion et étouffera toujours plus vos pensées et vos émotions.

C’est à ce niveau que la croix de Christ est salutaire et qu’elle trouve une application très pratique. Car tenter de vaincre le ressentiment par la puissance de votre volonté est une vaine entreprise. Mais tourner les yeux vers la croix vous enseignera que votre ressentiment est répugnant. Vous n’avez pas le moindre droit de lui réserver une place en vous. Car tandis que vous vous sentez justifié de méditer sur les fautes de votre partenaire, la croix vous rappelle que Dieu lui-même a versé son sang pour vous. Nous parlons ici du Dieu irréprochable, saint et glorieux qui a marché parmi les hommes il y a 2000 ans et qui a pourtant subi l’humiliation et l’horreur de la crucifixion afin que la somme astronomique de vos péchés contre Dieu vous soit pardonnée. Et maintenant que vous marchez sur terre libre de cette dette exorbitante, vous projetez de comptabiliser soigneusement les fautes commises par votre femme?  Sérieusement?

La Bible expose cet horrible péché à répétition.  Jésus l’a parfaitement illustré dans la parabole du serviteur impitoyable en Matthieu 18.23-35 ou par des paroles aussi directes et radicales que celles-ci:

…si vous ne pardonnez pas, votre Père qui est dans les cieux ne vous pardonnera pas non plus vos offenses. (Matthieu 11.26)

Le ressentiment n’est donc pas seulement une menace pour votre mariage mais pour votre propre destinée éternelle. Dieu est amour et il ne tolère pas le ressentiment. Parfois, pardonner peut prendre du temps et de la grâce. Certaines fautes requièrent plus de prière et de travail. Mais aucun chrétien ne peut cultiver indéfiniment le ressentiment et se justifier de le faire. L’Esprit Saint ne vous laissera tout simplement pas vivre ainsi. Il oeuvrera sans relâche pour vous faire lâcher le morceau.  Dieu vous a TOUT pardonné alors vous devez TOUT pardonner. Si vous arrivez à vous accommoder de la rancune, vous êtes dans une posture extrêmement précaire face à Dieu. Ne vous trompez pas vous-même à ce sujet.  Si vous ne pardonnez pas, votre Père qui est dans les cieux ne vous pardonnera pas non plus vos offenses. C’est difficile d’être plus clair. Et si Dieu ne vous pardonne pas, vous êtes séparé de lui et vous êtes condamné. Vous n’irez pas au Ciel. Personne ne va au ciel avec le coeur rempli de rancune: Christianisme 101.

La croix fournira toujours à votre conscience l’ultime argument pour pardonner car aucun des péchés qu’a commis contre vous votre épouse ne pourra excéder ou même commencer à se comparer aux péchés que vous avez commis contre Dieu et qui ont requis le sacrifice de Jésus sur la croix. Les pires sévices que vous pouvez subir ne sont que des ombres légères, comparées aux bassesses que vous avez commis si souvent contre le Dieu souverain qui vous a donné la vie. Vous ne pouvez donc pas recevoir de Dieu le pardon de ces fautes d’une gravité infinie pour ensuite refuser le pardon pour des fautes secondaires commises contre vous. C’est pourquoi la croix est le remède ultime pour cet ennemi ultime qu’est le ressentiment. À chaque fois que vous êtes tenté de ruminer votre amertume, fermez les yeux un moment et pensez à la croix.  Pensez à la dette qui vous a été remise. Pensez à la souffrance que christ a subi pour vous alors que vous ne méritiez que la colère éternelle. Cette méditation réduira à néant le ressentiment en vous, vous donnera la force de pardonner et d’aimer inconditionnellement, et redonnera la vie à votre mariage.

2 – Ne perdez JAMAIS de vue la croix.  JAMAIS.

Ce n’est pas une erreur typographique. Le deuxième point est le même que le premier. Cette fois, par contre, je désire tirer une autre application pratique de la croix.  Car la croix n’enseigne pas seulement le pardon. Elle enseigne aussi que votre vie sur terre ne vous appartient pas. Vous n’êtes pas apparu sur cette petite planète bleue afin d’être servi par votre prochain mais plutôt pour servir. Si vous êtes chrétien, vous appartenez à Christ et votre vie est une offrande sur l’autel de l’amour. Votre vie doit se consumer entièrement dans un service dévoué à ceux que Christ vous a confié. C’est votre mission sur terre: Aimer Dieu et votre prochain.  À chaque fois que vous tenterez de vous éloigner de cette mission, vous deviendrez frustré, tendu et misérable. Et à chaque fois que vous lâcherez prise concernant vos prétendus besoins, l’humilité et la grâce de Dieu feront du progrès en vous.  Vous resplendirez de plus en plus et deviendrez comme un sel savoureux pour votre famille et votre communauté, comme une lumière incomparable dans un monde extrêmement sombre qui est dominé par le culte du soi.

Dans un très bon enseignement portant sur la source de nos conflits et de nos frustrations, le pasteur Pascal Denault résume la chose ainsi:

Le problème: Que ma volonté soit faite
La solution: Que ta volonté soit faite

Si, en tant que leader de votre couple et de votre famille, vous êtes régulièrement préoccupé par la satisfaction de votre volonté, vous ne pourrez jamais connaître un mariage heureux. Quoique si vous avez le coeur particulièrement endurci, il est possible que vous expérimentiez malgré tout une certaine satisfaction dans votre couple mais ce sera unilatéral car une femme s’épanouit rarement aux côtés d’un clown narcissique. C’est pourquoi vous devez passer de la philosophie du monde, qui dit « Que ma volonté soit faite », à la prière que Christ nous a enseigné: « Que ta volonté soit faite ».

Christ est donc comme toujours le modèle à suivre, de sa naissance jusqu’à sa mort sur la croix. Le Fils était l’égal du Père mais n’a pas cherché à accomplir sa propre volonté alors qu’il était parmi nous, comme il en témoigne ainsi:

Je ne puis rien faire de moi-même: selon que j’entends, je juge; et mon jugement est juste, parce que je ne cherche pas ma volonté, mais la volonté de celui qui m’a envoyé.  (Jean 5:30)

…car je suis descendu du ciel pour faire, non ma volonté, mais la volonté de celui qui m’a envoyé. (Jean 6:38)

Paul confirme ainsi:

[Jésus] s’est dépouillé lui-même, en prenant une forme de serviteur, en devenant semblable aux hommes; et ayant paru comme un simple homme, il s’est humilié lui-même, se rendant obéissant jusqu’à la mort, même jusqu’à la mort de la croix.
(Philippiens 2:7-8)

Si nous portons le nom de Christ, nous ne voulons certainement pas aller dans la direction inverse et nous livrer compulsivement à notre gène adamique, cherchant sans cesse à nous établir comme de petits dieux et à faire la pluie et le beau temps sous notre toit. Si Dieu lui-même s’est fait serviteur de tous, la seule position logique pour nous est celle de sous-serviteur. Si le Dieu grand et magnifique qui a créé la voie lactée s’est réduit à presque rien sur terre afin de nous montrer la voie de l’humilité, la seule attitude raisonnable pour nous, qui sommes pécheurs, est celle d’une extrême humilité.

Bien entendu, ce qui précède n’est pas une invitation à un leadership flasque ni à un amour plein de compromis qui s’apparente plutôt à de la dépendance affective. Prendre la position de serviteur ne signifie pas que l’on doive se réduire à une position servile. Aimer son épouse ne signifie pas que l’on doive assouvir le moindre de ses désirs. Vous demeurez malgré tout le chef.  Vous avez une mission de vie et vous avez des comptes à rendre à Dieu. Mais comme le chef qui est au-dessus de vous, vous êtes appelé à diriger avec un amour sacrificiel. Vous êtes appelé à considérer l’autre comme étant au-dessus de vous-mêmes.  Vous êtes appelé à toujours penser en fonction du bien spirituel de votre épouse.  Puis de vos enfants.  Ce sont des perles de grand prix que vous devez aimer, chérir et protéger inlassablement jusqu’à votre dernier souffle.

À chaque fois que vous déviez de cet appel, à chaque fois que surgit la pensée « Et moi, alors? », fermez les yeux et méditez sur la croix.  Lorsque Jésus était suspendu au bois, devant une foule qui le huait et lui criait des injures, il n’a pas dit « Et moi, alors? ».

Mieux encore:

Jésus, voyant sa mère, et auprès d’elle le disciple qu’il aimait, dit à sa mère: Femme, voilà ton fils. Puis il dit au disciple: Voilà ta mère. Et, dès ce moment, le disciple la prit chez lui. (Jean 19:26-27)

Les mains et les pieds de Jésus étaient percés par des clous.  Son souffle était écrasé par le poids de son propre corps. Et pourtant, il a eu cette attention compatissante de confier sa mère endeuillée à son disciple. De la même façon, lorsque nous voyons les besoins de notre femme – et plus spécialement les besoins de son coeur – nous devons être celui qui se détournera de ses propres problèmes pour se consacrer à son devoir de leader et d’amoureux.

Si vous ne perdez pas de vue la croix, et qu’en elle vous trouvez l’inspiration et le modèle pour aimer votre femme, la servir et lui pardonner ses fautes, sachant à quel point vous avez été infiniment plus aimé par Christ, servi par Christ et pardonné par Christ, vous aurez alors un mariage qui résistera à toutes les tempêtes, un mariage pour le meilleur et pour le pire.

J’ai eu la chance, la bénédiction inestimable d’avoir une épouse qui, au fil des deux dernières décennies, a incarné pour moi ce modèle d’amour inconditionnel. Si j’arrive à décrire cet amour avec éloquence, c’est parce que je l’ai vu si souvent en action. A-t-elle toujours pardonné au quart de tour? Évidemment pas.  D’autant plus que je suis tout un numéro! Mais elle est toujours retournée à la croix. Et elle a toujours fini par redonner horizontalement ce qu’elle a reçu verticalement.  Elle a tout simplement un coeur en or et elle m’inspire chaque jour à avoir ce même coeur. Et c’est à cela que nous sommes tous appelés. Particulièrement nous, hommes de Dieu qui sommes mandatés pour incarner l’amour de Christ auprès de nos femmes.  Que le Seigneur nous donne donc la grâce de manifester cet amour toujours plus parfaitement.  Et que la croix soit notre professeur et notre modèle infaillible à chaque jour de notre vie. Amen!

2 réflexions sur “Le mariage: un engagement total pour le meilleur et pour le pire (3 de 3)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s