Autopsie d’un dialogue avec un athée (partie 2: L’importance cruciale des présuppositions)

PSG 2017-12-24Tout être rationnel fonde sa pensée et son discours sur un ensemble de convictions fondamentales. Ces convictions sont des idées maîtresses qu’il juge vraies (à tort ou à raison) et à partir desquelles il élaborera toute sa pensée et sa vision de l’existence. En philosophie, ces idées sont appelées des « postulats ». Dans la discipline de l’apologétique chrétienne, on les appelle couramment des « PRÉSUPPOSITIONS ». C’est-à-dire qu’avant-même d’aborder une discussion, nous supposons a priori que ces idées sont vraies et fondées.

Voici quelques exemples de présuppositions :

  • Dieu existe
  • Dieu n’existe pas
  • L’humanité est une race créée par un Dieu souverain
  • L’humanité est une expérience de laboratoire initiée par des extra-terrestres.

Continuer la lecture de Autopsie d’un dialogue avec un athée (partie 2: L’importance cruciale des présuppositions)

Conjuguer au passé afin de triompher (3 de 3)

psg 2010-09-05

Tout est accompli

Si je vous demande à quel moment avez-vous été sauvé, que répondrez-vous? Peut-être évoquerez-vous une date bien précise dans votre vie, où vous avez pris la décision de suivre Jésus. Et ce n’est pas faux.  Mais techniquement, vous avez été sauvé il y a 2000 ans, au moment où Jésus est mort pour vos péchés. Lorsque vous avez donné votre vie à Christ, vous avez simplement entré dans le mystère de son Salut par la foi. Mais vous n’avez rien accompli. Car tout était déjà accompli sur la croix.

Le même principe s’applique à notre vie avant Christ. Quand sommes-nous devenus pécheurs? À notre naissance? Pas exactement.  Nous le sommes devenus lorsque Adam a désobéit.  Puisque nous étions tous en Adam, nous étions déjà condamnés avant même de naître.  Comme le disent les Écritures, «nous étions par nature des enfants de colère» (Éphésiens 2.3)

Continuer la lecture de Conjuguer au passé afin de triompher (3 de 3)

Conjuguer au passé afin de triompher (2 de 3)

Lorsque Dieu s’est incarné en la personne de Jésus Christ, une nouvelle lignée était créée. Car quoique Dieu s’incarnait en Marie (donc dans la lignée d’Adam), il y avait en lui le germe divin, car Jésus était conçu surnaturellement par la puissance de l’Esprit Saint et non par l’union ordinaire d’un homme et d’une femme.  Un nouvel espoir est aussitôt apparu pour l’humanité: la possibilité de mourir à la lignée maudite d’Adam et d’être admis dans la lignée bénie de Christ.

Continuer la lecture de Conjuguer au passé afin de triompher (2 de 3)