Le chrétien muet sous la correction divine – [1] Lorsque Dieu ne montre aucune colère!

PSG 2018-01-10

Aujourd’hui débute une série de très courts articles qui alterneront avec notre série sur l’athéisme. Puisque cette dernière est à saveur plutôt intellectuelle, je désirais offrir simultanément du contenu portant davantage sur la vie intérieure et la sainteté.

Continuer la lecture de Le chrétien muet sous la correction divine – [1] Lorsque Dieu ne montre aucune colère!

L’homme de Dieu a un coeur pur

psg 2016-08-12

Christ est-il réellement ma joie?  Et s’il l’est, est-il ma plus grande joie?  Est-il estimé au-dessus de toute chose?  Suis-je prêt à tout perdre et tout souffrir pour le gagner?  Si nous ne pouvons répondre affirmativement à ces questions, alors nous présentons les symptômes d’un coeur impur.  Nos affections sont partagées, notre esprit divisé, notre amour adultère.  Nous sommes atteints d’une maladie spirituelle qui, si elle n’est pas soignée promptement, est susceptible de mener à notre ruine éternelle.  À ceux qui se trouvent dans cette condition, Jésus dit:

Heureux ceux qui ont le coeur pur, car ils verront Dieu!  (Matthieu 5.8)

Continuer la lecture de L’homme de Dieu a un coeur pur

L’homme de Dieu a faim et soif de sainteté

psg 2016-08-06

La vie chrétienne ne sera jamais une vie de perfection.  Mais elle est par contre toujours caractérisée par un désir inextinguible de sainteté.  En dépit de notre nature pécheresse, notre esprit régénéré lutte intérieurement pour être en parfaite communion avec Dieu, pour se conformer à sa volonté et pour rejeter tout ce qui pose obstacle à cette communion.  L’homme de Dieu ne se contentera donc jamais du statut quo.  Il n’atteindra jamais une étape de sa vie où il considérera qu’il est spirituellement accompli.  Au contraire, sa proximité grandissante avec Dieu exposera de plus en plus ses failles, contrariant son désir de sainteté et le poussant à se confier de plus en plus en la grâce de son Dieu, sans laquelle aucun progrès n’est possible.

Continuer la lecture de L’homme de Dieu a faim et soif de sainteté

L’origine satanique de la désobéissance

psg 2015-10-02

Je monterai au ciel, j’élèverai mon trône au-dessus des étoiles de Dieu; je m’assiérai sur la montagne de l’assemblée, à l’extrémité du septentrion; je monterai sur le sommet des nues, je serai semblable au Très Haut.  (Ésaïe 14.13-14)

Ces paroles marquent le début de l’existence du mal.  Ce sont les pensées que l’ange Lucifer a entretenu avant d’être chassé de la présence de Dieu.  Ce sont aussi les pensées que Adam et Ève ont entretenu avant d’être chassés du jardin d’Éden.  Et ce sont les pensées que j’ai entretenu à chaque fois que j’ai pris la décision de désobéir à Dieu.

Continuer la lecture de L’origine satanique de la désobéissance

2015… par sa grâce

psg 2015-01-01Bonne nouvelle année à tous mes lecteurs.  J’aimerais débuter cette année avec une citation que j’ai lu récemment et qui m’a marqué, non seulement à cause des sentiments qu’elle décrit et auxquels je peux si bien m’identifier, mais aussi à cause de l’homme qui en est à l’origine:

«Je ne voudrais pas être le jouet et la proie de pensées vaines, incohérentes, insensées et souvent pire encore que tout cela; mais ce mal est attaché à moi: mon coeur est comme un grand chemin, comme une ville qui n’aurait ni muraille ni portes.  Il n’y a rien de si faux, de si frivole, de si absurde, de si impossible ou de si horrible qui ne puisse y avoir accès, et cela en tout temps et en tout lieu: mon cabinet, la chaire, la table du Seigneur elle-même, ne m’en mettent pas à l’abri.  Je compare quelquefois mes paroles aux notes aiguës d’un instrument que mes pensées accompagnent comme une espèce de basse ou plutôt d’anti-basse, qui viole toutes les règles de l’harmonie, introduit toutes les combinaisons possibles de discordance et de confusion, et détruit entièrement la mélodie.  Ah!  quelle musique feraient souvent mes prières et mes prédications aux oreilles de l’Éternel des armées, s’il les écoutait comme venant uniquement de moi!  Les hommes n’entendent que la partie aiguë; et je n’ai guère sujet de me féliciter, s’il leur arrive de m’adresser des louanges, lorsque ma conscience me dit qu’ils seraient saisis d’étonnement et d’horreur s’ils pouvaient entendre tout.

Continuer la lecture de 2015… par sa grâce

Le ciseau de Dieu

psg 2014-08-24Ce blog est depuis le début un grand paradoxe.  D’une part, j’ai la certitude – et mon épouse également – qu’il s’agit d’un projet inspiré de Dieu et que je suis réellement appelé, à travers ce blog, à proclamer l’Évangile et plus particulièrement le message de la pureté sexuelle.  Mais d’une autre part, je constate souvent que je suis indigne de proclamer ce message.  Et la rechute qui est survenue il y a deux semaines me l’a encore rappelé…

Continuer la lecture de Le ciseau de Dieu

De la relativisation à la perfection (2 de 2)

psg 2013-02-17Une des plus grandes leçons que le chrétien doit apprendre afin d’honorer Dieu est celle de la responsabilisation. Nous sommes responsables de nos pensées, de nos paroles, de nos actions, de nos intentions et aussi en grande partie des événements de notre vie. Nous forgeons notre caractère et notre destinée par des choix personnels conscients. Nous ne sommes pas le jouet du hasard, du destin, des astres ou de forces obscures autour de nous ou en nous. Nous sommes des esprits libres, créés à l’image de Dieu, et nous avons du pouvoir sur nos vies. Cela n’enlève rien à la souveraineté de Dieu, puisqu’il peut intervenir au moment et de la façon qu’il le veut dans nos vies (et c’est ce qu’il fait)… sauf que nous ne sommes pas comme des marionnettes. Nous ne sommes pas attachés à sa main par des ficelles. Nous sommes libres. Et cette liberté implique beaucoup de responsabilité.

Continuer la lecture de De la relativisation à la perfection (2 de 2)

De la relativisation à la perfection (1 de 2)

psg 2013-02-03

Avant de connaître Dieu, vous étiez pécheur. Il s’agissait de votre identité. Ce n’était pas seulement une question de comportements ou d’attitudes. Il s’agissait d’une défaillance inexorable de votre ADN spirituel. Vous et moi étions péché. Notre nature, héritée d’Adam et Ève, nous condamnait à désobéir à Dieu et à vivre sous la colère de Dieu. Nous étions des pécheurs vivant parmi d’autres pécheurs et nous commettions personnellement et collectivement péché par-dessus péché. Néanmoins, nous avions une conscience qui remettait en question périodiquement notre mode de vie. Alors nous utilisions différentes stratégies pour apaiser notre conscience. Ou bien nous reconnaissions intérieurement avoir fait le mal et nous tentions de vaincre le sentiment de la culpabilité en le noyant dans les plaisirs de ce monde ou dans différentes occupations mondaines ou religieuses nous permettant de ne pas penser au problème. Ou encore nous tentions de nous attaquer directement au mécanisme de la conscience en adoptant différentes approches psychologiques:  Continuer la lecture de De la relativisation à la perfection (1 de 2)

Les saints de Dieu doivent haïr le monde

psg 2012-12-05Cet article s’adresse aux saints de Dieu.  Je ne parle pas ici de Saint Pierre, Saint Jean ou Saint Jacques, mais bien de VOUS, qui avez été racheté par Jésus Christ et lui avez donné votre coeur et votre vie.  Car peu importe de quelle façon vous évaluez votre vie chrétienne, il n’en demeure pas moins que les Écritures vous appelle « saints », car c’est ce que vous êtes: Vous êtes des enfants de Dieu, dont la somme des péchés a été annihilée par la mort de Jésus sur la croix.  L’Église catholique n’aura donc pas à vous canoniser.  Vous êtes déjà saint aux yeux de Dieu et par les décrets de sa parole éternelle.  Si vous en doutez, il vaut mieux établir cela fermement en vous dès le début de la journée.  S’il le faut, regardez-vous dans le miroir et aimez ce que vous voyez; déclarez à voix haute que ce que vous voyez est un saint, aimé et chéri par Dieu.  Vous n’en avez peut-être pas l’impression… mais vous savez que votre vie spirituelle n’est pas fondé sur le sable mouvant de vos impressions, mais sur le roc immuable de la Révélation.

Continuer la lecture de Les saints de Dieu doivent haïr le monde

Que faites-vous de votre propre corps?

psg 2012-02-11Que faites-vous de votre propre corps?  Si vous êtes incroyant, la réponse va de soi.  Puisque c’est votre corps, vous en faites ce que vous voulez.  Si vous décidez de vous enfermer dans la salle de bain pour vous faire plaisir, qui sera en position de vous juger ou de vous dire ce que vous devez faire ou ne pas faire?  Si vous décidez de vous rendre à la tabagie du coin pour vous acheter une revue porno, qui pourra vous en empêcher?  Et si vous avez les moyens et l’envie de vous payer une prostituée, en quel honneur vous en empêchera-t-on?  Cet article ne s’adresse donc pas à ceux-là qui sont leur propre maître mais à ceux qui ont donné leur vie à Jésus-Christ et qui en ont fait leur Maître et Seigneur.

Continuer la lecture de Que faites-vous de votre propre corps?

Restaurer le couple et apprendre à aimer (9 de 9)

psg 2012-01-09

Être un exemple et un guide spirituel

Pendant plus de 10 ans, je me suis apitoyé sur mon sort en tant qu’époux.  Je concentrais mon attention sur les défauts de ma partenaire de vie, me demandant souvent ce qu’aurait été la vie si je n’avais pas pris cette décision de la marier.  J’étais assailli d’un esprit d’amertume et de mécontentement.  J’entretenais du ressentiment envers celle que je devais aimer.  Je la trouvais trop sensible, trop accaparante, trop superficielle, trop ceci et trop cela.  Ce que je ne réalisais pas, c’était que cette femme avait toutes les qualités que je recherchais.  Mais comme je ne lui offrais pas un contexte favorable pour son épanouissement, je ne faisais qu’exacerber ses défauts et entraver le développement de ses qualités.

Continuer la lecture de Restaurer le couple et apprendre à aimer (9 de 9)

Soyez irréprochables au milieu d’une génération perverse

psg 2011-04-19

Soyez irréprochables et purs, des enfants de Dieu irrépréhensibles au milieu d’une génération perverse et corrompue, parmi laquelle vous brillez comme des flambeaux dans le monde… (Philippiens 2.15)

Dimanche dernier, j’ai regardé Tout le monde en parle (version québécoise) avec ma douce moitié.  On y voyait Jean-François Mercier, un humoriste qui a décidé de se lancer en politique et de créer un parti pour lequel les gens peuvent voter en guise de contestation au système actuel.

L’idée n’est peut-être pas mauvaise.  Le problème, c’est que la marque de commerce de cet homme est l’humour cru et l’obscénité.  Et il ne s’est pas départi de son style pour l’adapter au monde politique.  Il a gardé tout son « mordant » en se dotant d’un slogan ordurier et en usant de son langage vulgaire sans la moindre contenance.  Sur le plateau de Tout le monde en parle, il a mis de l’avant son agenda politique en usant de blagues de mauvais goût.  Les gens ont pouffé de rire, y compris les analyste politiques présents sur le plateau.  Seule la journaliste et animatrice Jocelyne Cazin semblait voir la tristesse de tout ce cirque.  Pour la majorité, c’était cependant un moment tout simple de joie, où les yeux brillaient d’affection pour cet homme sympathique.

Continuer la lecture de Soyez irréprochables au milieu d’une génération perverse

Le péché n’est pas une plaisanterie, alors coupez votre main droite (2 de 2)

psg 2011-01-15

Nous entrons maintenant dans le vif du sujet.  Nous abordons la prescription de Jésus contre le péché, qui est d’amputer de notre vie tout ce qui pourrait causer notre perte.  Et c’est avec de tels versets que la distinction se fait entre ceux pour qui Jésus n’est qu’un concept intellectuel et ceux pour qui Jésus est véritablement Seigneur.  Car beaucoup de gens approchent la foi chrétienne avec un énorme enthousiasme.  Ils croient avoir trouvé une religion qui leur convient.  Mais la foi chrétienne n’a rien à voir avec une religion.  Elle est un renoncement à une vie de péché, une mort à soi-même, en vue d’obtenir une vie supérieure, surnaturelle, éternelle.  Et ce sacrifice semble impossible pour plusieurs (et il l’est, sans la grâce de Dieu).

Continuer la lecture de Le péché n’est pas une plaisanterie, alors coupez votre main droite (2 de 2)

Le péché n’est pas une plaisanterie, alors coupez votre main droite (1 de 2)

psg 2011-01-14

Pour ce siècle, le péché est devenu un sujet de dérision.  L’homme se plaît même à défier les lois éternelles de Dieu en exaltant des termes qui sont du domaine du mal.  Par exemple, je vois de plus en plus de biscuits qui portent la mention « Décadent ».   Une pub de fromage à tartiner vante son produit « Diablement bon. »  On peut acheter des chocolats « Black Magic » (Magie noire), ramener à la maison une bière nommée «La Maudite» ou des gâteries dont l’emballage affiche une image folklorique de Satan.

D’un point de vue purement naturel et logique, ce phénomène est anodin.  Un psychiatre expliquerait probablement que la société essaie d’exorciser sa culpabilité en donnant un ton léger aux concepts qui autrefois la troublait.  Mais l’homme spirituel reconnaîtra que cette culture est en fait manipulée par le prince de ce monde et qu’elle renverse systématiquement les notions de bien et de mal établies et révélées par Dieu.

Continuer la lecture de Le péché n’est pas une plaisanterie, alors coupez votre main droite (1 de 2)

Je prête serment d’allégeance au Roi des rois

psg 2010-08-18Que faites-vous lorsque le combat pour la vertu devient pénible? Comment réagissez-vous face à la souffrance du renoncement? Que répondez-vous aux suggestions de l’ennemi que vous combattez? Que faites-vous face à la tentation, au découragement, au goût du compromis? Bref, lorsque vous êtes sur la ligne de front et que les projectiles volent en tous sens, quelles sont les dispositions de votre coeur?

Continuer la lecture de Je prête serment d’allégeance au Roi des rois