L’homme de Dieu est un artisan de paix (2 de 2)

psg-2016-09-10

Dans l’article précédent, nous avons principalement abordé la dimension intérieure de la paix véritable et biblique, celle qui est issue de notre réconciliation avec Dieu et qui entraîne une attitude miséricordieuse envers notre prochain.  Or, cette paix intérieure se traduit naturellement dans la réalité du quotidien par une paix extérieure, par des fruits que tous peuvent voir.  Et le fruit le plus apparent est une transformation radicale des relations humaines qui se traduit souvent par une victoire sur les conflits.

Le problème de l’homme est qu’il tend à oublier l’essence des choses et à ne considérer que les apparences.  Par manque de vision spirituelle, il juge la réalité avec une perspective charnelle et en vient à s’égarer dans ses raisonnements.  Un exemple de cette tendance se retrouve dans l’attitude du peuple juif face aux sacrifices dans l’Ancien Testament.  Alors que certains de ces sacrifices visaient à exprimer extérieurement un sentiment de conviction et de repentance qui était éprouvé intérieurement, le peuple juif en vint à s’attacher aux rituels tout en laissant son coeur se détourner de Dieu.  Il dissociait ainsi le brisement intérieur (qui devait être le motif premier) du sacrifice prescrit par la loi pour ne garder que l’apparence de la religiosité.  Dès lors, les offrandes d’animaux n’étaient plus des sacrifices de bonne odeur mais des rituels dépourvus de sens qui étaient en horreur au Dieu qui les avait pourtant prescrits initialement:

Cessez d’apporter de vaines offrandes: J’ai en horreur l’encens, les nouvelles lunes, les sabbats et les assemblées; je ne puis voir le crime s’associer aux solennités. Mon âme hait vos nouvelles lunes et vos fêtes; elles me sont à charge; je suis las de les supporter.  (Ésaïe 1.13-14)

De la même façon que le peuple de Dieu avait conservé les signes extérieurs de la religion tout en reniant son essence (comme il le fait encore aujourd’hui dans l’Église), l’homme moderne tente plus que jamais de conserver les signes extérieurs de la paix tout en reniant sa source.  Et puisque l’absence de conflits est le principal signe de cette paix, l’homme s’applique à éviter toute confrontation ou toute offense.

Continuer la lecture de L’homme de Dieu est un artisan de paix (2 de 2)

6- De la pornographie à la criminalité (partie 1)

psg 2013-10-10

En introduction du présent sujet, j’aimerais vous partager dans un premier temps l’extrait d’une entrevue que j’ai entendu il y a quelques années à l’émission de radio Family Life Today.  L’invité était Gary Haugen, fondateur et président de International Justice Mission, une oeuvre dédiée à secourir les victimes de l’esclavage, de l’exploitation sexuelle et d’autres formes d’oppressions violentes.  L’entrevue était dirigée par Dennis Rainey et Bob Lepine.  Je vous traduit ici l’extrait le plus important.  Dans le prochain article, nous pourrons ensuite approfondir le sujet  et établir le lien entre la progression de la pornographie et de la criminalité: Continuer la lecture de 6- De la pornographie à la criminalité (partie 1)

5- De la pornographie à la corruption de la féminité

psg 2013-09-26Le féminisme a fait beaucoup de travail en quelques décennies pour que la femme soit reconnue socialement, qu’elle cesse d’être considérée comme un sous-humain par certains et qu’elle puisse jouir des mêmes droits fondamentaux que l’homme. Ce mouvement a eu des effets positifs indéniables car il a contrecarré plusieurs injustices et abus que la femme subissait au quotidien. Toutefois, comme tout mouvement initié par la sagesse humaine plutôt que par l’Esprit de Dieu, le féminisme comporte des failles qui exposent les nouvelles générations de jeunes femmes à d’autres formes d’abus et de dégradation qui n’existaient pas auparavant.

Continuer la lecture de 5- De la pornographie à la corruption de la féminité

Soyez irréprochables au milieu d’une génération perverse

psg 2011-04-19

Soyez irréprochables et purs, des enfants de Dieu irrépréhensibles au milieu d’une génération perverse et corrompue, parmi laquelle vous brillez comme des flambeaux dans le monde… (Philippiens 2.15)

Dimanche dernier, j’ai regardé Tout le monde en parle (version québécoise) avec ma douce moitié.  On y voyait Jean-François Mercier, un humoriste qui a décidé de se lancer en politique et de créer un parti pour lequel les gens peuvent voter en guise de contestation au système actuel.

L’idée n’est peut-être pas mauvaise.  Le problème, c’est que la marque de commerce de cet homme est l’humour cru et l’obscénité.  Et il ne s’est pas départi de son style pour l’adapter au monde politique.  Il a gardé tout son « mordant » en se dotant d’un slogan ordurier et en usant de son langage vulgaire sans la moindre contenance.  Sur le plateau de Tout le monde en parle, il a mis de l’avant son agenda politique en usant de blagues de mauvais goût.  Les gens ont pouffé de rire, y compris les analyste politiques présents sur le plateau.  Seule la journaliste et animatrice Jocelyne Cazin semblait voir la tristesse de tout ce cirque.  Pour la majorité, c’était cependant un moment tout simple de joie, où les yeux brillaient d’affection pour cet homme sympathique.

Continuer la lecture de Soyez irréprochables au milieu d’une génération perverse

Le rôle du relativisme dans la déchéance finale de l’humanité

psg 2009-10-10

Malheur à ceux qui appellent le mal bien, et le bien mal, qui changent les ténèbres en lumière, et la lumière en ténèbres, qui changent l’amertume en douceur, et la douceur en amertume !  (Ésaïe 5.20)

Que pensez-vous du bien et du mal?  Croyez-vous qu’ils existent vraiment?  Ou croyez-vous qu’il ne s’agit que d’idées subjectives crées par l’homme afin de qualifier une réalité objectivement neutre?

En ce qui concerne la pensée populaire, cette dernière penche de plus en plus en faveur de la deuxième réponse.  Un nombre grandissant de gens estime qu’on ne peut se prononcer catégoriquement sur la valeur morale d’une action.  Selon eux, tout est question d’interprétation personnelle, de culture, de croyance.  Ce qui est mal pour une personne peut être bien pour une autre.  Conséquemment, qui sommes-nous pour juger une personne et ses choix de vie?

Continuer la lecture de Le rôle du relativisme dans la déchéance finale de l’humanité