À la lumière de ce qui a été révélé précédemment, nous pouvons comprendre qu’il n’est pas question ici de choisir une religion plutôt qu’une autre. Car Jésus n’est pas venu pour instituer une religion de plus et recruter des membres, mais pour réconcilier avec le Père toute personne qui met sa foi en Lui. Et il n’y a que Jésus qui a ce pouvoir puisque lui seul a offert sa vie en sacrifice pour nous. C’est pourquoi il est écrit :

Il n’y a de salut en aucun autre ; car il n’y a sous le ciel aucun autre nom qui ait été donné parmi les hommes, par lequel nous devions être sauvés. (Actes 4.12)

Il se peut que vous ayez apprécié par le passé l’enseignement de divers maîtres ou philosophes. Et il se peut que par diverses doctrines ou pratiques, vous ayez atteint un certain degré d’équilibre et de paix intérieure. Mais vos péchés demeurent et le standard de perfection de Dieu également. Puisque Dieu est un juge saint et juste, il ne laissera pas vos péchés impunis. Lorsque votre vie s’achèvera et que vous paraîtrez devant Dieu, vos croyances et pratiques spirituelles ne vous seront d’aucune aide pour couvrir vos péchés. Que vous soyez bouddhiste, musulman, hindouiste ou même athée n’importe pas. Vous devrez payer de votre vie pour tous les péchés que vous avez commis contre Dieu. Car aucun de vos maîtres n’a offert sa vie en rançon pour la vôtre. Aucun de vos maîtres n’a payé le prix de vos péchés. Et aucun de vos maîtres n’est revenu de la mort pour attester de l’authenticité de sa doctrine.  Ils n’auront pu que vous faire miroiter cette idée selon laquelle vous pouviez atteindre un degré de perfection spirituelle qui vous donnerait accès à la vie éternelle. Mais lorsque vous quitterez votre corps pour vous retrouver dans la glorieuse présence de Dieu, vous constaterez avec douleur que vos bonnes œuvres n’étaient que des vêtements souillés, que vos intentions étaient perverties, que votre vie était en rébellion contre le Dieu vivant et que vous n’avez jamais eu d’égard à sa volonté pour votre vie. Mais il sera alors trop tard pour implorer la miséricorde du Roi.

N’attendez pas ce moment pour prendre conscience de vos péchés et vous repentir. Pendant que votre cœur bat toujours, tournez-vous vers le seul qui a payé le prix pour vous sur la croix : Jésus Christ, le Fils unique de Dieu, qui a déclaré :

Je suis le chemin, la vérité et la vie. Nul ne vient au Père que par moi. (Jean 14.6)

Peut-être rejetterez-vous ces Paroles de Jésus ou serez tenté de les interpréter autrement. Peut-être croyez-vous impossible qu’il n’y ait qu’un chemin vers Dieu. Mais si vous avez compris la sainteté de Dieu et avez pris conscience de votre nature corrompue, et si vous avez convenu que Dieu ne peut contrevenir à sa parfaite et immuable justice en laissant le coupable impuni, alors vous comprendrez que seul Jésus pouvait vous sauver en offrant sa vie pour la vôtre. C’est pourquoi le grand prophète Jean Baptiste, qui prépara la venue du Messie en vivant dans le désert et en prêchant la repentance, déclara catégoriquement :

Le Père aime le Fils, et il a remis toutes choses entre ses mains. Celui qui croit au Fils a la vie éternelle ; celui qui ne croit pas au Fils ne verra point la vie, mais la colère de Dieu demeure sur lui. (Jean 3.35-36)

Si votre culture vous a conditionné à voir Jésus comme un enseignement parmi tant d’autres que l’on peut accepter ou rejeter à notre convenance, vous devez impérativement croire et comprendre que ce Jésus était en vérité le Christ, Dieu lui-même fait chair.  Si vous rejetez Jésus, vous rejetez donc Dieu.  Et si vous rejetez Dieu, que vous reste-t-il?

Vous êtes d’en bas ; moi, je suis d’en haut. Vous êtes de ce monde ; moi, je ne suis pas de ce monde. C’est pourquoi je vous ai dit que (…) si vous ne croyez pas ce que je suis, vous mourrez dans vos péchés. (Jean 8.23-24)

Et encore :

Celui qui croit en moi croit, non pas en moi, mais en celui qui m’a envoyé ; et celui qui me voit voit celui qui m’a envoyé. Je suis venu comme une lumière dans le monde, afin que quiconque croit en moi ne demeure pas dans les ténèbres. Si quelqu’un entend mes paroles et ne les garde point, ce n’est pas moi qui le juge ; car je suis venu non pour juger le monde, mais pour sauver le monde. Celui qui me rejette et qui ne reçoit pas mes paroles a son juge ; la parole que j’ai annoncée, c’est elle qui le jugera au dernier jour. Car je n’ai point parlé de moi-même ; mais le Père, qui m’a envoyé, m’a prescrit lui-même ce que je dois dire et annoncer. Et je sais que son commandement est la vie éternelle. C’est pourquoi les choses que je dis, je les dis comme le Père me les a dites. (Jean 12.44-50)

Si vous rejetez Jésus Christ, il n’y a donc plus d’espoir pour vous. Que vous soyez une personne spirituelle ou non, que vous soyez une personne hautement morale ou non, vos péchés vous condamnent.  Le salut, la vie éternelle, ne s’obtient pas par vos bonnes œuvres mais par l’œuvre parfaite de Dieu sur la croix.  Ce ne sont pas vos sacrifices pour Dieu qui changeront votre nature pécheresse mais le sacrifice que Jésus a fait pour vous.  Si vous placez votre confiance en Jésus, vous vivrez.

Mais qu’en est-il de ceux qui n’ont jamais entendu parler de Christ? Sont-ils condamnés?

Cette question et bien d’autres se dresseront devant vous dès que vous envisagerez de croire en Jésus. Car vous êtes sous la puissance de Satan et ce dernier ne désire pas vous voir accéder à la vie et à la liberté en Dieu. Mais réfléchissez un moment. Si vous étiez sur le toit d’une maison dans un village frappé par un énorme tsunami et qu’une équipe de secouristes s’approche de vous in extremis pour vous tendre une corde avant que votre maison ne soit emportée et que vous ne soyez broyé et noyé parmi les débris, que feriez-vous? Prendriez-vous le temps de vous interroger sur le sort des autres personnes frappées par la tragédie? Refuseriez-vous d’être secouru du simple fait qu’il vous semble injuste d’être sauvé alors que votre voisin est également sur le point de mourir?

Si vous vous perdez en tergiversations et en considérations philosophiques, c’est peut-être que vous n’avez pas saisi ce qui a été dit précédemment. Vous ne réalisez pas l’urgence de la situation et le caractère inexorable de votre destruction. Vous n’avez pas l’impression de devoir être sauvé. Vous avez confiance en vos propres forces, en votre vertu, en vos œuvres, en votre religion, en vos rituels et croyances, en vos maîtres, bref, en tout ce qui vient de l’homme. Ou vous croyez tout simplement que rien de tout cela n’est vrai. Vous pensez être suffisant, indépendant, fort et intelligent. Vous vous évaluez non pas selon les standards de Dieu mais selon vos propres standards issus de votre culture et de votre personnalité. Vous avez donc l’impression d’être une bonne personne, une personne méritoire devant Dieu, peut-être même une personne sans péchés, sur le point de l’illumination ou du Nirvana.  Mais la Bible dit expressément:

Si nous disons que nous n’avons pas de péché, nous nous séduisons nous-mêmes, et la vérité n’est point en nous.  (1 Jean 1.8)

Ne prenez pas cela à la légère.  Dieu vous tend une corde pour vous sauver:

Voici, je me tiens à la porte, et je frappe. Si quelqu’un entend ma voix et ouvre la porte, j’entrerai chez lui, je souperai avec lui, et lui avec moi. Celui qui vaincra, je le ferai asseoir avec moi sur mon trône, comme moi j’ai vaincu et me suis assis avec mon Père sur son trône.  Que celui qui a des oreilles entende ce que l’Esprit dit aux Églises! (Apocalypse 3.20-22)

Si vous entendez sa voix, répondez à son appel. Vous réaliserez ensuite que vous étiez peut-être la personne désignée pour sauver votre voisin et lui tendre à votre tour une corde avant qu’il ne périsse.

Si vous reconnaissez que vous êtes pécheur et admettez que vous avez besoin d’être sauvé, si vous avez réalisé votre faillite spirituelle et éprouvez le désir profond de vous réconcilier avec votre Créateur et voir tous vos péchés pardonnés et effacés, alors les Saintes Écritures révèlent ce que vous devez faire :

Crois au Seigneur Jésus, et tu seras sauvé (…) (Actes 16.31)

Ce qu’il est primordial de comprendre, c’est que « croire » ne consiste pas en une simple adhésion intellectuelle à ce que la Bible révèle. Le foi implique une démarche concrète et active. La véritable religion, pure et sans tache, ne se déroule pas seulement dans la tête de l’homme, sinon est elle morte et stérile. Votre démarche implique deux actes fondamentaux :

1- D’abord, reconnaissez vos péchés et approchez-vous de Dieu avec un cœur humble et repentant :

Car ainsi parle le Très Haut, dont la demeure est éternelle et dont le nom est saint: J’habite dans les lieux élevés et dans la sainteté; mais je suis avec l’homme contrit et humilié, afin de ranimer les esprits humiliés, afin de ranimer les coeurs contrits.  (Ésaïe 57.15)

Reconnaissez que vous l’avez offensé en désobéissant systématiquement à tous ses commandements depuis toujours. Faites un examen lucide et honnête de votre propre vie (S’il le faut, utilisez le guide mis à votre disposition) et reconnaissez que, conformément à ce que la Bible révèle, votre nature-même est corrompue .  Vous n’avez donc pas le choix de vous en remettre à Jésus Christ pour être sauvé. Il ne vous est pas possible de vous « purifier » ou d’expier vos fautes par une vie de sacrifice ou par de multiples réincarnations.  La Bible dit bien que:

(…) il est réservé à l’homme de mourir une seule fois, après quoi vient le jugement. (Hébreux 9.27)

Vous n’êtes pas appelé à faire un choix quelconque parmi d’autres ou à faire une faveur à Dieu en choisissant Christ plutôt qu’un autre prétendu « maître ». En vérité, c’est Dieu qui vous fait une faveur, qui vous accorde sa grâce et sa miséricorde, qui vous offre le don gratuit de la vie éternelle, qui vous tend la main afin de vous sauver d’une destruction assurée. Ce point est très important, car tant que vous avez le sentiment que vous pouvez vous en tirer vous-même, vous ne pourrez comprendre ce que Jésus a accompli pour vous par sa mort et sa résurrection. Il a dit en effet :

Ce ne sont pas ceux qui se portent bien qui ont besoin de médecin, mais les malades. Je ne suis pas venu appeler des justes, mais des pécheurs.  (Marc 2.17)

Si vous acceptez le diagnostic du divin médecin, alors vous serez apte à recevoir le remède. Si vous niez être atteint de la maladie du péché, cette dernière poursuivra son œuvre en vous, à la façon d’un cancer, jusqu’à votre destruction totale.

2- Une fois que vous avez reconnu que vous êtes pécheur, placez votre foi en Jésus Christ et remettez-lui votre vie.

Croyez que Jésus a payé le prix que vous deviez payer, qu’il a porté la malédiction qui vous était destinée, qu’il a versé son sang afin que vous n’ayez pas à verser le vôtre, qu’il a expérimenté sur la croix la séparation d’avec Dieu alors que c’est vous qui deviez en être séparé à jamais à cause de vos transgressions.  C’est là l’ultime conséquence que devait apporter le péché: l’homme devait être retiré de la vie et de la lumière divine, condamné aux ténèbres et aux tourments.  Et c’est ce que Jésus a souffert pour vous.  Alors que Jésus avait mené une vie sans péchés, il a été livré à la honte, cloué nu sur la croix, portant en lui vos fautes et les miennes.  Et le Père a alors détourné les yeux de lui, le laissant seul au-dessus de l’abîme de la mort.  C’est `ce ce moment que Jésus a cité le Psaume du roi David:

Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné ? (Matthieu 27.46)

Quelques instants plus tard, Jésus a expiré et la terre s’est mise mit à trembler.  Une onde de choc s’est propagée dans le cosmos entier et a fait basculer l’Histoire de l’humanité vers une nouvelle ère de grâce et de miséricorde.  La mort du Fils unique de Dieu venait d’engloutir à jamais les péchés de tous ceux qui allaient mettre leur foi en lui.  L’homme avait désormais la possibilité d’être réconcilié avec son créateur et échapper à la sentence qui pesait continuellement sur sa vie:

Il a voulu par [Jésus] réconcilier tout avec lui-même, tant ce qui est sur la terre que ce qui est dans les cieux, en faisant la paix par lui, par le sang de sa croix.  Et vous, qui étiez autrefois étrangers et ennemis par vos pensées et par vos mauvaises oeuvres, il vous a maintenant réconciliés par sa mort dans le corps de sa chair, pour vous faire paraître devant lui saints, irrépréhensibles et sans reproche… (Colossiens 1.20-22)

Si vous désirez être réconcilié avec Dieu et paraître saint devant lui, confessez-lui vos péchés en ce moment-même et remettez-lui votre vie.  Renoncez au mal et reconnaissez la royauté de Dieu sur vous.  Rappelez-vous que Dieu est déjà maître de votre existence et que vous devrez tôt ou tard vous soumettre à sa majesté:

Tournez-vous vers moi, et vous serez sauvés, vous tous qui êtes aux extrémités de la terre ! Car je suis Dieu, et il n’y en a point d’autre. Je le jure par moi-même, la vérité sort de ma bouche et ma parole ne sera point révoquée : Tout genou fléchira devant moi, toute langue jurera par moi.  (Ésaïe 45.22-23)

Dieu a juré que tout genoux fléchira devant lui.  Pour certains, ce sera lors du Jugement, pour recevoir la sentence de la condamnation éternelle.  Mais pour tous ceux qui reconnaissent la sainteté et l’autorité de Dieu, ce moment est MAINTENANT.  Revenez-donc à lui tandis que vous en avez la possibilité.  Allez à sa rencontre alors qu’il veut se révéler à vous comme un Père.  N’attendez pas l’autre vie pour qu’il se révèle à vous comme juge.   Remettez-lui votre vie et recevez son pardon.

Je vous suggère maintenant la prière de repentance qui suit.  Il ne s’agit pas d’une formule ou d’un rituel mais d’un point de départ pour vous adresser à Dieu et le laisser transformer votre vie à jamais.  Suite à cette prière, ouvrez-lui votre coeur et parlez-lui librement.  Ce ne sont pas les mots qui importent mais votre démarche de repentance, d’humilité, de soumission.   Si vous vous confiez en lui, il vous pardonnera fidèlement car son désir est de vous admettre en sa présence et vous accorder la vie éternelle par le sang de Jésus.  Priez donc ceci:

Père éternel, je reconnais que je suis pécheur et que j’ai besoin de toi pour être sauvé.

Je comprends que je ne peux me sauver moi-même car mes péchés me séparent de toi et m’exposent à ta parfaite et éternelle justice. Je crois que tu as envoyé ton Fils Unique, Jésus-Christ, pour mourir à ma place et me sauver. Je te demande donc pardon pour tous mes péchés, dans le nom de ton fils Jésus. Je renonce au péché et je reconnais maintenant que tu es mon Sauveur et Seigneur.

Je te remercie de m’accorder ton pardon et de m’accueillir auprès de toi. Tu es maintenant mon Père et je suis ton fils. Viens établir ta demeure en moi et remplis-moi de ton Esprit. Guide-moi dans tes voies.  Montre-moi ta parfaite et sainte volonté.  Donne-moi la force pour triompher du péché et marcher dans la sainteté.

Je ne craindrai plus ta colère car j’ai confiance en ton pardon et en l’oeuvre de Jésus sur la croix. Je crois que je suis maintenant sauvé, pardonné et justifié parfaitement.

Je te rends grâce, Seigneur, pour ce que tu as fait pour moi.

Continuez de prier dans vos mots.  Si aucun mot ne vous vient, demeurez simplement dans la présence de Dieu, vous offrant à lui sans réserves et acceptant son pardon.  Lorsque vous aurez donné votre vie à Dieu et aurez terminé de le prier, passez à la prochaine page afin d’avoir un résumé de ce que signifie la vie en Dieu et comment vous pouvez marcher dans ses voies.